Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le RBM marque le pas et se fait doubler par le MCO




Le RBM marque le pas et se fait doubler par le MCO
Samedi après-midi, l’ambiance de feu qui émanait des travées incandescentes d’un stade d’honneur plein à craquer n’y a rien fait. Alors qu’il semblait avoir son destin entre les mains, le Raja de Béni Mellal s’est fait éjecter de la seconde place, synonyme d’accessit à l’échelon supérieur, après avoir concédé le nul (1-1) sur ses terres face au leader, le Youssoufia de Berrechid. Une contre-performance qui permet au Mouloudia d’Oujda, vainqueur (2-0) sur la pelouse de l’Olympique Dchira, de se replacer dans la course à la montée (2ème). 
Pourtant, on aurait difficilement parié sur un tel épilogue, au sortir d’une première période dominée par les Mellalis, et ce même si c’est le Youssoufia qui a tiré la première banderille. Ce dernier, mû par l‘entame de match fébrile et timorée des locaux, constamment gênés par le pressing orienté sur les côtés de Berrechid, coupant par la même occasion la relation milieu-attaquant, a mal négocié par son avant-centre, une situation de un contre un face au gardien, conséquence d’une perte de balle plein axe de la sentinelle du Raja de Béni Mellal. 
Une piqûre de rappel qui a eu le don de réveiller les hommes de Reda Hakam. Soudainement, ils se sont montrés dans un meilleur jour, et ont remis le pied sur le ballon, grâce à une agressivité décuplée et une concentration retrouvée. Surtout, ils se sont attelés enfin à utiliser la position haute de leur latéral droit. Résultat, penalty et ouverture du score, peu avant le quart d’heure de jeu.
Jusque-là, noyé dans un concert d’approximations, le onze du CAYB a raté tout ce qu’il a tenté, on se demandait même comment pouvait-il être premier. Mais c’était sans compter sur son début de seconde mi-temps tonitruant. Dès le premier ballon, on sentait bien que les poulains de Said Sadiki avaient refoulé la pelouse avec un tout autre état d’esprit. Pour preuve, l’égalisation sur une contre-attaque suite à une récupération dans les quarante mètres adverses. 
L’action a révélé en creux le manque de couverture des milieux de terrain et les lacunes  défensives qui ont valu au Raja de Béni Mellal d’encaisser au moins un but lors de sept de ses neuf derniers matchs.  
La fin du second acte a été du même acabit que le premier. Une domination outrageante mais stérile des Mellalis, auxquels le Youssoufia a volontiers cédé le ballon, dans une quête d’espace et d’un contre assassin. 
Ainsi, et malgré quelques belles opportunités vendangées dans le dernier quart d’heure, le Raja de Béni Mellal confirme qu’il a décidément du mal à conclure. Alors qu’il semblait filer vers la première division, plein de confiance, le club champion de D1 en 1974, se retrouve aujourd’hui, à deux journées de la fin, dans la position du chasseur, à un petit point du Mouloudia d’Oujda et à deux unités de son adversaire du jour. 
 

Chaabi Chady
Lundi 23 Avril 2018

Lu 457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés