Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le RBM joue ses dernières cartes pour éviter le naufrage




Sans victoire depuis le début de la saison, le Raja de Béni Mellal (RBM), lanterne rouge de la Botola Pro 1, se trouve bel et bien dans une "crise sans précédent".
En effet, avec deux points seulement en douze journées (deux matches nuls), la situation du club mellali risque de s'aggraver surtout, avec le départ de son entraîneur Aziz Al Amri, deux jours seulement avant le match nul concédé à domicile par le RBM face à l'Olympique de Khouribga (0-0) sur la pelouse du stade municipal d'Oued Zem dans le cadre de la 12è journée de la Botola Pro 1. Ainsi, avec cette crise qui semble aller en s'aggravant, ce club à la riche histoire, s'achemine tout droit vers un retour à l'étage inférieur, à moins d'un miracle qui parait loin de se produire.
De l'avis de plusieurs observateurs de la scène footballistique locale, les origines de cette crise remontent à l'année dernière, bien que l'équipe ait réussi l'exploit de la montée en première division. Toutefois, il semble que les difficultés se sont accumulées en raison de "plusieurs facteurs structurels qui concernent la gestion, la gouvernance, l'absence d'un comité directeur harmonieux et d'un projet sportif prometteur et organisé".
Selon d'autres spécialistes, ladite crise n'est pas liée à un problème de résultats, mais plutôt à une "pression psychologique" qui ne cesse de croître chez les joueurs qui n'ont toujours pas goûté à la victoire, ô combien indispensable pour leur bien-être psychologique et leur performance, lesquels sont actuellement au plus bas.
Pour les supporters, l’origine de la crise est bien loin d’une simple mauvaise gestion où de problèmes financiers, mais résulte des mauvais choix portés sur certains joueurs qui n’ont apporté aucune valeur ajoutée à l’équipe, et du départ de joueurs expérimentés, ce qui n'a fait que replonger le club dans le doute et partant, dans une crise de résultats pour se retrouver dans les méandres du classement.
Le club, champion du Maroc en 1973, a réussi son retour spectaculaire dans l’élite après 7 ans d’absence suscitant de l’intérêt et de la joie auprès de ses supporters qui ont vécu une nuit blanche inoubliable dans les différents quartiers de Béni Mellal suite à la montée du RBM en première division.
Toutefois, les défaites se sont enchaînées depuis l'entame de la saison et le club demeure toujours sans victoire pour se retrouver dans "une crise interne des plus complexes de son histoire". Approchés par la MAP, de nombreux journalistes sportifs et supporters de l'équipe ont fait observer que les facteurs de cette crise sont multiples et étroitement liés, notamment au "niveau faible" de certains joueurs recrutés en début de saison, à la non- homogénéité du bureau dirigeant actuel qui fonctionne de manière improvisée, en l'absence d'une stratégie intégrée et d'une vision d'avenir avec à la clé, plusieurs dysfonctionnements relatifs aux modes de gouvernance, à la formation et à la gestion des ressources financières et administratives.
Au demeurant, le RBM ne dispose pas encore d'un stade et dispute ses matches "à domicile" loin de ses bases et de ses supporters, sachant que l'équipe est contrainte à se déplacer chaque semaine notamment, à Oued Zem où, le club reçoit depuis le début de cette saison, ce qui a affecté aussi ses résultats et performances. Face à cette crise, les supporters de l'équipe réclament encore plus d'efforts de la part des différentes composantes du club pour un nouveau départ à même de remotiver "les chevaliers de Ain Asserdoun" pour la réalisation de l’exploit, et d'oeuvrer de concert en vue de préserver la place du club dans le cercle des grands.

Jeudi 16 Janvier 2020

Lu 494 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif