Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario et l’Algérie sévèrement recadrés par le Parlement européen


Rejet des allégations sur le mandat de la MINURSO et les arrêts de la Cour de Justice de l’UE



Décidément, les jours se suivent et… se ressemblent pour le Polisario et l’Algérie. Tombant de Charybde en Scylla, les adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume multiplient les déconvenues et accumulent les déceptions de New York, à Genève, en passant par Bruxelles et Strasbourg.
A l’orée de la dernière ligne droite des travaux du Parlement européen avant les grandes vacances, un nouveau revers était au rendez-vous pour les séparatistes et leur soutien. 
Lors du vote en plénière, jeudi au Parlement européen à Strasbourg, d’un rapport de l’Union européenne (UE) à adresser à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations unies, les députés européens ont rejeté en bloc des amendements qui étaient insidieusement glissés dans ledit rapport contenant des allégations erronées sur le mandat de la MINURSO et sur les arrêts de la Cour de Justice de l’UE concernant le Maroc.
Bien que le Royaume compte «beaucoup d’amis au Parlement européen» comme l’a tweeté récemment une eurodéputée déçue de ne pas pouvoir organiser une rencontre de propagande anti-marocaine, le rejet de ces insertions hostiles s’explique surtout par la prise de conscience des députés européens des manœuvres ourdies par les ennemis de l’intégrité territoriale et du lobbying toxique distillé par les diplomates algériens opérant à Bruxelles et leurs VRP au sein du Parlement.
Si ce rejet consacre une nouvelle fois la primauté du processus onusien dans le règlement du conflit artificiel autour du Sahara, il signifie surtout que l’Union européenne, comme l’ont réitéré à maintes reprises ses responsables et dirigeants, refuse toute ingérence dans la question. Dès lors, toute tentative de la part des ennemis de l’intégrité territoriale visant l’instrumentalisation des droits de l’Homme ou de la question des ressources naturelles dans les provinces du Sud s’avère inutile et sans intérêt.
Le rejet de ces amendements, obtenu à la faveur d’une diplomatie dynamique et efficiente, s’explique également par la forte détermination du Parlement européen à ne pas perturber la relation distinguée et le partenariat exemplaire qui unit le Maroc et l’UE, en cautionnant ces manœuvres pour des considérations politiciennes ou en s’accrochant à des arguties judiciaires.  Le Maroc est, en effet, un élément clé du voisinage de l’UE avec lequel elle a développé un partenariat durable et de grande valeur pendant de nombreuses années. Ce partenariat, qui évolue dans le cadre privilégié du «Statut Avancé», revêt un caractère hautement stratégique dans des domaines aussi importants que celui de la migration, de la sécurité et des échanges économiques.
Le Maroc constitue pour l’Europe la porte vers l’Afrique et un gage de stabilité dans la région.  Ses réalisations et acquis en matière de démocratie, des droits de l’Homme, de développement économique et social et son rayonnement continental, régional et international obtenus par le génie de son Souverain, SM le Roi Mohammed VI et les efforts et sacrifices des forces vives du pays, lui ont valu une place de choix dans le concert des nations et sont donnés en exemple à suivre dans le monde.
Conscients de ces facteurs et des intérêts de l’Union européenne, les eurodéputés ne sauraient sacrifier tant d’années de travail au cours desquelles ce partenariat a été construit, renforcé et consolidé et les multiples projets d’avenir communs pour servir d’autres agendas.

Libé
Samedi 7 Juillet 2018

Lu 1487 fois


1.Posté par Reda le 06/07/2018 21:46
Normal qu'ils soient recadrés ,le Sahara est marocain donc ,oust de la ,passez votre chemin.

2.Posté par ould hassan le 06/07/2018 22:35
A force de sniffer trop de ( cocaïne ), on perd son orientation politique ,idéologique ect.
Seul quelques journalistes ( Algeriens ) courageux dénoncent le pouvoir Algérien dans l affaire du Sahara Marocain , Exemple du site tamurt info ,le quotient d Algérie ect.
Il s'est confié au Point Afrique. ( Mohamed Benchicou : « L'Algérie est une bombe à retardement »
Dans « Le Mystère Bouteflika », Mohamed Benchicou, journaliste et écrivain, retrace la vie du chef de l'État devenu comme la métaphore saisissante d'une Algérie suspendue à son seul souffle.
Il avait déclaré après son arrestation ( JE ME SENS intact et déterminé. N'ayez pas peur de leur prison !» Après deux années de détention, le journaliste Mohammed Benchicou a été libéré hier de la prison d'el-Harrach, dans la banlieue est d'Alger. Face à la foule venue l'acclamer, le directeur du quotidien Le Matin, suspendu en juillet 2004, est ému.
Adversaire déclaré du président Abdelaziz Bouteflika, Benchicou publia, à la veille des élections présidentielles d'avril 2004, un livre au vitriol, «Bouteflika, une imposture algérienne», dans lequel il brocardait le chef de l'Etat, sa famille et ses partisans. Yazid Zerhouni, ministre de l'Intérieur accusé d'avoir pratiqué la torture dans les années 70 alors qu'il était officier de la Sécurité militaire, jura de lui faire payer cet affront. Quelques semaines plus tard, Mohammed Benchicou, rentrant d'un voyage en France, fut interpellé à l'aéroport d'Alger, en possession de bons du trésor. Poursuivi pour infraction à la législation sur les mouvements de capitaux, il fut condamné à deux années de prison ferme.

«Benchicou a été frappé pour l'exemple. Après son arrestation, les autres journaux ont compris la leçon, et se sont mis au pas», observe Hichem, le caricaturiste du Matin qui, chaque jour, doit négocier sa liberté avec ses nouveaux employeurs.
Seul les citoyens algériens honnêtes savent que le Sahara est marocain et majoritairement berbères .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés