Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Mondial, une grande fête synonyme d'interdictions pour les Russes

Le maire de Kaliningrad a demandé aux habitants de quitter la ville et d'aller se reposer à la campagne




Pour assurer la sécurité du Mondial-2018 (14 juin-15 juillet) en Russie, les autorités n'ont pas lésiné sur les mesures restrictives. De l'alcool aux brochettes, voici certaines interdictions qui chamboulent la vie des Russes.
La vente de boissons alcoolisées et de toutes sortes de bouteilles en verre sera interdite à Moscou et dans d'autres villes la veille et le jour des matches autour des stades, des terrains d'entraînement, des fan-zones et d'autres "lieux clés" tels que les gares et les parcs.
Les autorités entendent également ressusciter la pratique soviétique des cellules de dégrisement, des espaces surveillés par la police où seront amenés les supporters ayant trop bu. Des visites médicales sont aussi prévues dans les cliniques et hôpitaux pour les gens trop ivres, même s'il n'est pas clair si cela sera sur la base du volontariat.
Les Russes comme les étrangers devront s'enregistrer auprès de la police à leur arrivée dans les villes hôtes sous trois jours, en présentant des preuves d'identité et de logement, au risque d'amendes.
Jusque-là, les Russes n'avaient à s'enregistrer que pour des séjours de plus de 90 jours et les contrôles restaient exceptionnels, ces procédures héritées des strictes restrictions de l'époque soviétique devenant au fil du temps très peu suivies.
Et pour les étrangers qui se déplaceront entre les 11 villes hôtes, cela multiplie les occasions de se frotter à la bureaucratie russe et nécessite d'en interpréter les règles. Si les hôtels se chargent de cette formalité, la question devient plus complexe pour ceux qui louent des appartements ou résident à Moscou. Elle tourne même déjà au casse-tête pour les journalistes préparant le Mondial.
A Moscou, connue pour ses embouteillages sans fin, et autres grandes villes, certaines artères du centre et aux abords des stades seront fermées à la circulation, risquant d'aggraver l'engorgement.
Le maire de Kaliningrad, l'une des villes hôtes, est allé encore plus loin, demandant aux habitants de quitter la ville et d'"aller se reposer à la campagne" pendant le Mondial.
Un décret signé par le président Vladimir Poutine restreint drastiquement le droit des Russes à manifester pendant le Mondial-2018.
Les événements publics non sportifs ne pourront ainsi se tenir, dans les régions des villes hôtes, qu’à des lieux et à des horaires approuvés par les autorités. A Ekaterinbourg par exemple, les manifestations ne seront permises que si elles rassemblement moins de 100 personnes et se tiennent entre 14H00 et 16H00.
Les festivals de musique prévus en Russie cet été ont également dû reporter leur programmation après la fin du Mondial.
Alors que les prix dans les hôtels et pour les locations d'appartements explosent, les autorités ont décidé de restreindre les excursions touristiques, dont les Russes sont particulièrement friands.
Les bus de touristes seront ainsi interdits d'entrée dans les agglomérations des villes hôtes et les bateaux de tourisme seront privés de navigation.
Les autorités ont identifié 41 lieux autour desquels tous les types de vols seront interdits pendant le Mondial, l'utilisation de drones étant interdite dans une zone de 100 kilomètres carrés autour des 11 villes hôtes. Une brigade spéciale de l'armée sera déployée pour mettre en place un brouillage électronique autour des stades.
Déjà privés depuis 2014 de la plupart des produits alimentaires européens pour cause d'embargo décrété en réponse aux sanctions visant Moscou, certains Russes vont voir limitées leurs possibilités de pratiquer leur activité estivale favorite: le barbecue (ou chachlyki en russe).
En raison des feux de forêt massifs qui réduisent en cendres de vastes étendues chaque été, surtout en Sibérie, le gouvernement a ordonné un renforcement des normes anti-incendie le temps de la Coupe du monde.
Si l'application de ces mesures dépend des collectivités locales des 11 villes-hôtes, elles prévoient notamment des interdictions, sous peine d'amendes, de faire des feux de camp, de brûler de l'herbe et de faire cuire de la viande en plein air dans des endroits non équipés spécialement.

Samedi 9 Juin 2018

Lu 542 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés