Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CSKA obtient une qualification historique : Mourinho triomphe à Stamford Bridge


Elias Boubia
Jeudi 18 Mars 2010

Le CSKA obtient une qualification historique : Mourinho triomphe à Stamford Bridge
Après Arsenal, Manchester United, l'Olympique Lyonnais et le Bayern Münich, c'était au tour de l'Inter Milan et du CSKA Moscou de se qualifier pour le prochain tour de la Ligue des champions. Pour le coach des nerazzurri, c'était une belle revanche à prendre sur le terrain de son ex-club qui l'avait limogé pour son incapacité à remporter le titre sur la scène européenne, un titre qui échappera donc une fois de plus au magnat russe et propriétaire des blues, Roman Abrahamovitch. La défaite concédée par Frank Lampard et les siens au San Siro (2-1) mettait le FC Chelsea dans une situation compliquée mais loin d'être insoluble. Une victoire par un but à zéro aurait suffi à redonner le sourire aux supporters du club londonien, et à ouvrir la porte de la qualification. L'Inter aurait pu de son côté se contenter d'un nul vierge pour assurer l'essentiel, mais José Mourinho ne l'entendait pas de cette oreille. En effet,  ce n'est pas moins de trois attaquants qui étaient alignés côté milanais au coup de sifflet du match. Diego Milito, Goran Pandev et l'ancienne gloire du Barça Samuel Eto'o étaient flanqués sur la pelouse par le meneur de jeu Wesley Sneijder  alors que Thiago Motta et Esteban Cambiasso étaient chargés de faire le ménage devant une défense cent pour cent sud-américaine. Et cette stratégie offensive allait finalement se révéler payante à la 79e minute, lorsque le transfuge néerlandais du Real Madrid lança l'attaquant camerounais en profondeur et que ce dernier n'avait plus qu'à battre le jeune gardien remplaçant Ross Turnbull, pour donner la victoire aux siens et sceller l'élimination des hommes de Carlo Ancelotti. C'est au final une victoire méritée pour l'Inter, face à une équipe de Chelsea hésitante qui enregistra à l’occasion sa première défaite à la Stamford Bridge depuis 21 matchs de Ligue des champions.
Du côté du Sanchez Pizjuan, c'était la grande déception pour le club andalou qui a manqué une occasion en or de figurer pour la première fois de son histoire en quart de finale de la prestigieuse compétition. Malgré une situation plutôt prometteuse grâce au match nul (1-1) conquis sur les terres du CSKA, les Sévillans ont été dans l'incapacité d'obtenir la qualification devant leur public et ont concédé une cruelle défaite face aux hommes de Leonid Slutsky. C'est le Tchèque Tomas Necid qui donna tout d'abord l'avantage aux siens à la 39e minute d'une frappe placée à l'entrée de la surface de réparation. Mais la joie des joueurs russes ne fut que de courte durée, car même pas 120 secondes plus tard, le FC Séville riposta en la personne de Diego Perotti, rétablissant l'égalité parfaite entre les deux équipes. C'est finalement sur un coup franc de son attaquant japonais Keisuke Honda à la 55e minute, que le club militaire russe prit définitivement l'avantage. Il fut cependant gracieusement aidé par le portier andalou Andres Palop, coupable d'une faute de main impardonnable à ce niveau. Les coéquipiers de Jesus Navas furent par la suite incapables de renverser la vapeur, et ne se montrèrent dangereux que sur coups de pied arrêtés. Les trois changements offensifs effectués par le technicien sévillan Manuel Jimenez n'y changèrent rien, et le 4e de la Liga BBVA concéda ainsi sa première défaite, synonyme d'élimination, de cette édition de la Ligue des champions. Cette victoire au Sanchez Pizjuan signifia d'ailleurs une qualification historique pour le CSKA Moscou, qui signe là sa meilleure performance sur la scène européenne depuis la Coupe de l'UEFA remportée il y a cinq ans de cela.

Ils ont dit

Jose Mourinho: "J'ai fêté ça dans le vestiaire. C'est une grande victoire pour mon équipe. Comme je l'ai dit avant le match, je suis professionnel. J'aime Chelsea, j'aime ce stade, j'aime ces gens, mais je suis professionnel. Qui sait ? A l'avenir, j'entraînerai peut-être une autre équipe anglaise et je reviendrai ici comme adversaire. Je pense que nous avons été supérieurs dans tous les domaines. Ce n'est pas la tactique, c'est l'attitude sur le terrain. Chelsea a montré de la frustration, celle que ressent une équipe face à un adversaire supérieur. Notre début de seconde période a été incroyable. Nous étions de loin la meilleure équipe. Chelsea est une équipe formidable, nous le savons. Mais nous avons fait le match qu'il fallait. Nous savions que si nous ne contrôlions pas le match en gardant le ballon, nous n'avions aucune chance. Chaque joueur a évolué à son meilleur niveau. C'est presque la performance parfaite. J'ai appris ce soir que nous pouvions battre n'importe qui. Parce que Chelsea n'est pas n'importe qui. C'est l'un des meilleurs. Nous pouvons gagner dans n'importe quel stade. Mais il reste huit bonnes équipes, contre qui on peut aussi perdre."
Samuel Eto'o (attaquant de l'Inter, sur Sky Sport Italie): "L'Inter a prouvé qu'elle était une grande équipe européenne. Et si on continue à jouer de cette façon, on peut aller loin. Wesley (Sneijder) est très fort. Il m'a donné deux balles parfaites: sur la première, j'ai été indécis, mais sur la deuxième je ne pouvais pas me louper et j'ai marqué".
Massimo Moratti (président de l'Inter, sur Sky Sport Italie): "Mourinho a été décisif. Il a eu du courage dans ses choix ces derniers jours et ce soir, il a aligné la formation parfaite. Toute l'équipe a fait un grand match, les défenseurs ont été exceptionnels. Maintenant, ce sont les quarts, et il reste encore des matches. Mais ne me demandez pas de choisir entre la Ligue des Champions et le championnat. Nous tenons aux deux et nous avons les moyens de nous battre sur tous les fronts".



Lu 256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020










Flux RSS