Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lancement officiel du Registre national électronique des sûretés mobilières




Lancement officiel du Registre national électronique des sûretés mobilières
Saâd Dine El Otmani : Un jalon sur la voie de l’amélioration du climat des affaires
Mohamed Benabdelkader : Le RNSM vise à simplifier les formalités liées aux garanties de crédit pour les entreprises


Le Registre national électronique des sûretés mobilières (RNSM), un mécanisme de garantie des créances relevant du ministère de la Justice, a été lancé officiellement, lundi à Rabat, par le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani.
Mis en service lors d'une cérémonie marquée par la présence du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader et du secrétaire général du gouvernement, Mohamed El Hajoui, le RNSM bénéficiera à l'ensemble des citoyens, plus particulièrement les commerçants et les divers opérateurs économiques.
Ce nouveau mécanisme offre aux usagers une plateforme électronique, conçue spécialement à cet effet par le département de la Justice.
L'instauration du RNSM fait partie des actions menées par l'Exécutif en vue de simplifier les procédures administratives, de favoriser une plus grande efficience et plus de transparence en la matière, de soutenir les PME et de faciliter les formalités liées à l'enregistrement des sûretés mobilières.
Intervenant en l’occasion, Saâd Dine El Otmani a indiqué que le lancement de ce registre constitue l'aboutissement d'un long processus de réforme, concrétisé par la publication de la loi 18-21 relative aux sûretés mobilières et du décret portant création du registre national des sûretés mobilières, saluant à cet égard les efforts déployés par la commission nationale des investissements et les professionnels ayant contribué à ce chantier.
La mise en oeuvre du registre électronique des sûretés mobilières intervient dans une période marquée par le lancement du programme intégré de soutien et de financement des entreprises, visant à accompagner les jeunes et les auto-entrepreneurs dans la réalisation de leurs projets, a-t-il souligné.
Saâd Dine El Otmani a relevé, également, que la mobilisation nationale dans cette période tend à inculquer l'esprit d’entrepreneuriat aux jeunes et les encourager à investir ce domaine, affirmant que la réforme du registre électronique des sûretés mobilières constitue un jalon dans la mise en place d’un arsenal juridique, financier et managérial, comme elle est un acquis de réforme que le gouvernement s’attelle à mettre en place, dans le cadre d’une série de réformes importantes visant à améliorer le climat des affaires et redynamiser l’activité économique.
Pour le chef du gouvernement, ce mécanisme donnera un nouveau souffle aux petites et moyennes entreprises et permettra aux auto-entrepreneurs d'accéder au financement nécessaire.
L'instauration de ce mécanisme, placé sous la tutelle du ministère de la Justice, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le ministère pour simplifier et numériser les procédures administratives, pour plus d’efficacité et de transparence dans la mise en oeuvre de ce registre, a ajouté Saâd Dine El Otmani.
Pour sa part, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, a déclaré que le Registre national électronique des sûretés mobilières (RNSM) vise, principalement, à faciliter les formalités liées à l'enregistrement des garanties de crédits dont bénéficient les entreprises.
Il a également relevé que ce registre s'inscrit dans la stratégie du gouvernement visant à simplifier les formalités administratives, promouvoir la rapidité, l'efficacité et la transparence des services et soutenir les petites et moyennes entreprises (PME).
La création de cette plateforme s’inscrit dans le cadre des Directives Royales à l'occasion de la deuxième édition de la Conférence internationale de Marrakech sur la justice, tenue les 21 et 22 octobre dernier, visant notamment à mettre les technologies de pointe au service des formalités et décisions judiciaires liées aux biens et aux affaires.
Mohamed Benabdelkader a souligné que la loi relative aux sûretés mobilières, dont l’article 12 stipule la mise en place d’un Registre national électronique des sûretés mobilières, est considérée comme l'une des lois les plus importantes dans le domaine de la finance et des affaires, soutenant l'investissement et améliorant le climat des affaires, ajoutant que cette loi vise également à promouvoir les PME, à renforcer leur positionnement et leur compétitivité sur la scène économique et en faire un levier de développement économique et un instrument de création et de production de richesse.
De son côté, le secrétaire général du gouvernement, Mohamed El Hajoui, a affirmé qu’il ne s’agit pas seulement de mettre en place un mécanisme de formalisation des sûretés mobilières que le contractant fournit à ses créanciers par le biais de technologies modernes, mais plutôt d'un système intégré de mesures juridiques, procédurales et structurelles.
Il a indiqué que le RNSM contribuera à surmonter les difficultés rencontrées par les entreprises marocaines, en particulier les PME, notamment en ce qui concerne l’accès au financement, notant que ce nouveau mécanisme œuvrera également à améliorer la compétitivité sur le marché, assurer la stabilité des transactions entre les acteurs économiques et renforcer l'attractivité des investissements. Il a souligné que ce registre fournit un service important via des spécifications modernes, basées sur quatre piliers fondamentaux, à savoir l'inclusivité, la continuité, la transparence et la sécurité juridique.
Le registre électronique des sûretés mobilières devra fournir des données aux administrations et établissements publics relatives à la nature, au genre et au nombre de sûretés mobilières enregistrées, alors que l'administration du registre devra fournir une assistance technique aux utilisateurs en vue de faciliter les procédures et les opérations qui y sont liées.
Ce registre, prévu par l'article 12 de la loi 21.18 relative aux sûretés mobilières, ainsi que l'article 01 du décret 2.19.327 paru le 08 octobre 2019, permettra de soumettre l'hypothèque sur fonds de commerce et sur équipements et fournitures à des formalités de publicité dans le registre national électronique des sûretés mobilières, plutôt que de l'inscrire au registre du commerce, d'organiser le processus d'inscription dans le registre national électronique des sûretés mobilières, d'accorder aux parties ou à leurs agents le pouvoir de procéder à cette inscription et de donner à l'administration la possibilité de saisir toute modification ou inscription, sur décision de justice.

Mercredi 4 Mars 2020

Lu 1256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif