Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La pelouse du clasico meilleure qu'en Ligue des champions




La pelouse du clasico meilleure qu'en Ligue des champions
Le plus bel écrin pour le plus beau des matches: élément vivant, mouvant et vital, le gazon du stade Santiago-Bernabeu est bichonné par le responsable des pelouses du Real Madrid, qui promet à l'AFP un terrain "meilleur qu'en Ligue des champions" samedi contre Barcelone.
Paul Burgess, "groundsman" des doubles champions d'Europe en titre, a rejoint le Real en 2009, comme Cristiano Ronaldo. Et comme l'astre portugais, le jardinier anglais est un protagoniste indispensable du clasico du Championnat d'Espagne samedi face au Barça (12h00 GMT).
Sans une pelouse parfaite, pas de spectacle. Et sans spectacle, pas d'engouement pour le match de clubs le plus regardé au monde avec 650 millions de téléspectateurs attendus.
"Pour le clasico, il y a évidemment plus de préparation et plus de caméras. Tout le monde en parle donc la pression extérieure est plus forte. Mais en terme de préparation, c'est quasiment un match normal", souligne le Britannique, âgé de 38 ans.
Depuis la dernière sortie du Real à domicile, le 9 décembre contre Séville (5-0), le gazon de l'enceinte aux 81.044 places a bénéficié d'un soin minutieux.
La surface hybride, composée à 90% d'herbe et à 10% d'un maillage synthétique pour une meilleure stabilité, a été arrosée, tondue et soumise à un éclairage régulier. Histoire de compenser un déficit d'ensoleillement lié à la fois à l'hiver madrilène et à l'ombre des vertigineuses tribunes du stade, que le jovial Burgess compare à un "gratte-ciel". L'absence de matches pendant deux semaines et le protocole de la Liga, plus léger qu'en C1, ont néanmoins permis au "groundsman" de travailler sereinement. Avec pas moins de dix tontes programmées entre mercredi et samedi.
"Le terrain pour le clasico sera meilleur, par exemple, qu'en Ligue des champions. Parce qu'en C1, il y a un entraînement la veille au soir. Donc nous avons moins de temps de préparation", relève celui qui a été "groundsman" d'Arsenal pendant 13 ans et a récemment fêté son 100e match de C1.
"A l'approche du clasico, les conditions sont plutôt bonnes donc le terrain sera dans un superbe état", promet Burgess.
Pour un club comme le Real, vainqueur de 12 Coupes d'Europe et habitué à l'excellence, la qualité de la pelouse n'est pas un détail. Surtout dans une ville aux étés caniculaires (jusqu'à +40°C) et aux hivers glacés (en dessous de 0°C).
"L'herbe est un organisme vivant. Elle peut être heureuse, malade, fatiguée, en surchauffe, assoiffée...", souligne Burgess. "Elle a beaucoup de choses en commun avec l'être humain."
Au total, cinquante-huit personnes travaillent dans le service pelouses et espaces verts du club, son deuxième plus gros département.
Paul Burgess reconnaît d'ailleurs que le Real "investit lourdement" dans ce domaine. Le gazon du Bernabeu a été changé cet été, sachant qu'une pelouse neuve peut coûter plusieurs centaines de milliers d'euros.
Mais c'est un investissement rentable: une belle pelouse minimise les risques de blessures pour des footballeurs recrutés plusieurs millions d'euros.
"Habituellement, les seules fois où j'ai des retours de la part de l'encadrement (de l'équipe première), ce sont des retours négatifs", raconte Paul Burgess. "Mais c'est la meilleure manière de faire. Je ne cours pas après les compliments. Je ne dis pas +joli but!+ à Cristiano, c'est son boulot. Et mon boulot, c'est de produire une belle surface."
L'Anglais garde le souvenir douloureux d'une pelouse malade en 2010 et qualifiée de "champ de patate" par José Mourinho, l'entraîneur de l'époque, qu'il avait dû affronter dans son bureau.
"Ce n'était pas une conversation facile", se remémore-t-il. "Il y a des moments difficiles, de grande solitude, parce que souvent je sais avant tout le monde quand il y a un problème".
Mais il y a aussi des moments de bonheur comme celui de contribuer aux triomphes de l'équipe.
Quelle est la part de mérite de Paul Burgess ? "Cent pour cent!", plaisante-t-il, avant de redevenir sérieux. "Le terrain apporte certainement une valeur ajoutée mais l'important, c'est que le terrain est le même pour les deux camps et il appartient à l'équipe d'être performante le jour J", conclut-il. Comme samedi lors du clasico.

Le Barça et le Real en quête d'attaquants : Le PSG ouvre sa salle des ventes

Le FC Barcelone et le Real Madrid, en quête d'attaquants, vont-ils frapper un grand coup cet hiver après s'être montrés plutôt sages cet été? Le mercato hivernal risque d'être animé en Europe, alors que le PSG cherchera à vendre pour satisfaire au règles du fair-play financier après ses dépenses somptuaires de l'été.
En Espagne, le FC Barcelone est a priori le grand nom qui a le plus besoin de renforts. Après la perte de Neymar cet été et alors que son potentiel remplaçant Ousmane Dembélé se remet encore d'une grave blessure, le club catalan recherche un milieu offensif de talent. La piste menant à Philippe Coutinho (Liverpool), jugée trop onéreuse l'été dernier, n'a pas été totalement abandonnée, selon la presse.
Au Real Madrid, le dossier le plus chaud semble être celui du prometteur gardien Kepa Arrizabalaga (Bilbao), en fin de contrat en juin et susceptible de rejoindre la capitale dès cet hiver. Les médias évoquent aussi un possible intérêt pour un avant-centre destiné à épauler Karim Benzema, avec la condition qu'il soit éligible en C1 (Mauro Icardi? Alexis Sanchez?).
Enfin, l'Atletico Madrid est libéré de son interdiction de transferts et va pouvoir aligner ses recrues estivales Diego Costa et Vitolo, enfin qualifiés. Son mercato devrait être aussi animé dans le sens des départs puisque le club pourrait dégraisser après son élimination précoce en C1.
Le Paris SG sera-t-il encore le grand animateur du mercato ? Après ses deux opérations "exceptionnelles" de l'été -- recrutement de Neymar et Mbappé pour plus de 400 M EUR -- le club français semble condamné cette fois-ci à vendre pour boucler un budget conforme aux exigences de l'UEFA.
Quelles sont les pistes possibles ? Au vu de la pléthore d'éléments dans le domaine offensif et de leur faible temps de jeu global respectif, Javier Pastore (28 ans), recruté en 2011 pour 42 M EUR, Lucas (24 ans, 40 M EUR) ou encore Angel Di Maria (29 ans), recruté en 2015 pour 63 M EUR, sont annoncés comme de possibles partants.
Le salaire imposant des trois Sud-Américains risque de freiner cependant les prétendants. A moins que le PSG ne casse les prix des indemnités de transferts.
Manchester City cherche défenseur central désespérément. Avec un Stones surutilisé, et désormais blessé, Kompany qui passe beaucoup trop de temps à l'infirmerie et Mangala qui n'est pas dans les plans de Guardiola, le club anglais a besoin de renfort dans l'axe.
C'est un peu le même cas de figure pour le rival Manchester United. Avec Bailly "out" indéfiniment, Lindelöf qui peine à convaincre, Rojo pas encore au top, Mourinho n'a plus que Phil Jones et Smalling comme défenseurs de haut niveau.
Ailleurs, c'est la course à Thomas Lemar qui va animer l'hiver. Chelsea est intéressé, tandis qu'Arsenal va sans doute revenir à la charge. Outre le Monégasque, un nom revient souvent, celui de l'ailier de Leverkusen Leon Bailey: Chelsea, ManU et Liverpool seraient sur les rangs.
Chez les "Gunners", il faudra aussi déterminer l'avenir de Sanchez et Özil, en fin de contrat en juin. Il est peu probable que le Chilien prolonge mais c'est plus flou pour l'Allemand. Quant à Giroud, Wenger veut qu'il reste. Le "Super Sub", lui, a évoqué un possible changement d'air.
Dans les autres championnats majeurs, le Bayern Munich n'a pas perdu de temps! Avant même l'ouverture officielle du marché, les Bavarois ont annoncé jeudi l'arrivée de l'avant-centre international allemand de Hoffenheim Sandro Wagner pour servir de doublure au buteur star Robert Lewandowski, qui se plaignait de n'avoir pas assez de temps de récupération.
En Italie, le marché devrait être très calme où la plupart des clubs n'auront soit pas les moyens de bouger, soit pas de raisons de le faire.
Comme l'an dernier, il faudra encore surveiller l'appétit des clubs chinois.
Le défenseur argentin Javier Mascherano, peu utilisé par Barcelone cette saison, est sur le point de rejoindre Hebei Fortune, pour un transfert estimé à 10 millions, selon les médias espagnols, tandis que l'avant-centre ivoirien du Sporting Portugal Seydou Doumbia (29 ans) ferait l'objet de convoitises chez les Chinois du Guangzhou Evergrande.

 

Samedi 23 Décembre 2017

Lu 420 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés