Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La diplomatie économique se mobilise pour appuyer la relance post-Covid

Organisation de la 5ème édition du cycle de formation des conseillers économiques des ambassades du Maroc


Le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger a organisé, les 1er et 2 octobre, la 5ème édition du cycle de formation en faveur des conseillers économiques des ambassades du Royaume du Maroc à l’étranger, autour de la mobilisation du réseau diplomatique pour la relance de l’économie nationale.

Le cycle de formation a été inauguré par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, en présence de représentants de plusieurs départements sectoriels, agences nationales et du patronat marocain. Lors de son allocution d’ouverture, il a rappelé les Hautes orientations Royales contenues dans le discours prononcé par Sa Majesté le Roi à l’occasion du 21ème anniversaire de la Fête du Trône. La déclinaison de la feuille de route pour l’endiguement des effets de la pandémie s’articule, en effet, autour de l’initiation d’un plan de relance économique, de l’injection de 120 milliards de dirhams dans l’économie nationale, de la création d’un fonds d’investissement stratégique, et de la généralisation de la couverture sanitaire.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que si la crise du coronavirus a été porteuse de difficultés, elle présente également un grand nombre d’opportunités qui découlent des nouvelles donnes de l’architecture économique mondiale. Nasser Bourita a estimé, dans ce sens, que le Covid-19 était une occasion de repositionner le Maroc dans la restructuration mondiale en cours, de favoriser une meilleure intégration du Royaume aux chaînes de valeurs, tout en permettant une meilleure insertion dans les courants d’échanges internationaux.

Dans ce contexte de relance économique, le ministre a souligné le rôle majeur de la diplomatie économique, tout en appelant à la mobilisation d’un réseau diplomatique réactif, en rappelant les nombreux atouts stratégiques et compétitifs dont dispose le Royaume. Il a, en outre, présenté les opportunités autant pour les acteurs économiques marocains qu’étrangers. Depuis l’accession de SM le Roi au Trône, le Maroc s’est engagé résolument dans une dynamique de transformation substantielle de son infrastructure, de son économie, de ses stratégies sectorielles et de son environnement des affaires, a conclu Nasser Bourita.

Nasser Bourita : Le Maroc restera aux côtés du gouvernement et du peuple centrafricains comme il l'a toujours été

L’ appui du Maroc à la République centrafricaine (RCA) ne s’est jamais démenti, même au plus fort de la crise dans ce pays, a affirmé, jeudi, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, à l'occasion de la deuxième réunion ministérielle dédiée à la RCA, en marge de la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Le Maroc, qui assure la présidence de la Configuration République centrafricaine de la Commission de la consolidation de la paix de l’ONU, entretient des "relations historiques" avec la République centrafricaine, et ces liens continuent de se renforcer au fil des années, "grâce à un partenariat solidaire, concret et multiforme", a souligné M. Bourita lors de cette réunion co-présidée par le président de la RCA, Faustin Archange Touadéra, le président de la Commission de l’Union africaine, Mouassa Faki Mahamat, et le président de la Commission de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Gilberto Da Piedade Verissimo. Le ministre a rappelé que le Royaume a été le premier pays à envoyer ses Casques bleus sous la bannière de l’ONU, et ce, avant même la création de la mission onusienne de paix en RCA, la MINUSCA, précisant qu’aujourd’hui, près de 750 hommes et femmes sont déployés au sein de cette mission, et jouissent de la confiance et du respect des populations locales. "Le Maroc restera, comme il l’a toujours été, aux côtés du gouvernement et du peuple de la République centrafricaine sœur dans sa quête résolue de stabilité et de prospérité durables", a assuré Nasser Bourita, lors de cette rencontre de haut niveau tenue trois mois avant l’organisation des élections présidentielles et législatives et plus d’un an et demi après la signature de l’Accord politique pour la paix et la stabilité en RCA (APPR), le 06 février 2019.

La réunion ministérielle a aussi eu pour objectif de faire le point des progrès réalisés dans la mise en œuvre de cet Accord politique, d’échanger avec tous les partenaires sur les principaux défis qui restent à relever et de souligner l’importance des interventions dans les domaines de développement et de l’action humanitaire, indispensables pour pérenniser les efforts de paix et de stabilisation.

Nasser Bourita a souligné que la Configuration République centrafricaine demeure mobilisée pour soutenir le gouvernement centrafricain, dans ses efforts de consolidation de la paix, précisant que depuis la dernière réunion de Haut niveau du 26 septembre 2019, les travaux de la Configuration se sont focalisés principalement sur la préparation des élections et la mise en œuvre de l’Accord de paix. Et d’ajouter que la Configuration continuera à mobiliser et plaider pour les autres aspects importants du processus électoral à venir, notamment la nécessité d’assurer une sécurité optimale afin de permettre aux Centrafricaines et Centrafricains en âge de voter, de s’acquitter de leur devoir dans les meilleures conditions. Il faudra, en outre, continuer à mobiliser les bailleurs de fonds, les partenaires de la RCA ainsi que les pays voisins, afin de garantir le vote des personnes déplacées et des réfugiés, qui constituent une part non négligeable des votants, a plaidé le ministre.

"La réussite des prochaines échéances électorales est un véritable défi, de par ses dimensions politique, sécuritaire, financière et sanitaire. C’est pourquoi toute la communauté internationale, ainsi que les bailleurs de fonds sont plus que jamais appelés à se mobiliser pour financer les 9 millions de dollars qui manquent toujours et, ainsi, permettre ensemble la tenue des élections dans un environnement apaisé", a insisté M. Bourita.

Evoquant, par ailleurs, la situation humanitaire en RCA qui a été impactée par le Covid-19, le ministre a noté que le pays requiert un engagement renouvelé de la communauté internationale pour pallier le gap de financement urgent du plan de réponse humanitaire.

Libé
Vendredi 2 Octobre 2020

Lu 500 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS