Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La candidature marocaine pour le Mondial 2026 fixée sur son sort incessamment

Sera-t-on présent à Moscou ou le rêve prendra-t-il fin à Zurich ?




La candidature marocaine pour le Mondial 2026 fixée sur son sort incessamment
L’heure de vérité sonnera-t-elle aujourd’hui pour Maroc 2026 ? Mercredi à Zurich, les hauts responsables de la candidature marocaine pour l’organisation de la Coupe du monde à l’instar de leurs homologues de United 2026 ont été conviés au grand oral qu’ils devaient réussir en vue d’atteindre l’ultime phase, celle du vote prévu le 13 courant au Congrès de la FIFA à Moscou.
Un peu moins d’un mois après la fameuse visite d’inspection de la task force à plusieurs sites proposés par la candidature marocaine, place maintenant au premier verdict qui devrait soit confirmer la suite de la campagne jusqu’au vote à main levée soit la fin, et pour de bon, de ce feuilleton qui a tenu en haleine pratiquement l’ensemble des Marocains.
Nonobstant les rumeurs, rien n’a filtré d’officiel sur la réunion de mercredi, excepté une déclaration, à l’agence Reuters et relayée par le site Huffpost, de Hicham El Amrani, le chargé de coordination entre la FRMF et le comité chargé du suivi des dossiers de candidature auprès de la FIFA. Il a fait savoir que  “c’était une réunion très constructive et très positive. Nous leur avons donné les informations supplémentaires qu’ils recherchaient et nous attendons avec impatience la publication du rapport”.
Il y a lieu de rappeler que bien avant la visite de la task force au Maroc, le comité de candidature marocain et la FRMF ont estimé qu’il fallait anticiper les fâcheuses suites pouvant déboucher sur une élimination préalable du dossier marocain. A cet effet, le président de la FRMF, Fouzi Lekjaâ, avait saisi la secrétaire générale de la FIFA,  Fatma Samba Diouf Samoura, via un courrier pour dénoncer «un système de notation qui ajoute de nouveaux critères techniques qui ne figuraient pas dans les prescriptions transmises initialement par la FIFA».
Le président du comité de candidature Maroc 2026, Moulay Hafid Elalamy, n’est pas allé lui aussi par quatre chemins, tonnant dans un entretien accordé à l’AFP que «si on ne devait pas passer à l’étape suivante (celle du vote), il faudrait qu’on nous explique pourquoi  et de façon suffisamment convaincante». Ajoutant que «je suis très confiant, je pense que les gens de la Fifa sont professionnels, ont rencontré en face d'eux des gens tout aussi professionnels qui ont géré cette candidature avec beaucoup d'attention -- non pas en essayant de fabriquer ou de préfabriquer des réponses aux questions mais en essayant de voir si la stratégie du pays pouvait intégrer cette candidature. J'ai cru comprendre à travers les commentaires des gens de la task force que le dossier marocain est très sérieux».
A une question sur le nombre de voix que peut obtenir la candidature marocaine, sachant qu’il y a 207 associations et fédérations qui voteront, Moulay Hafid Elalamy, a affirmé: «Je le sais mais je ne le dirai pas. On table sur tout le monde, sur tous les pays, nous avons des blocs avec des relations plus privilégiées que d'autres, néanmoins le soutien que la candidature marocaine a suscité est bien au-delà de ce que l'on espérait». Et de préciser que  «je ne dirai rien, chacun a ses secrets de fabrication. On ne met pas ses atouts sur la place publique».
Bref, après les candidatures qui n’ont pu prendre forme pour l’organisation des Coupes du monde 1994, 1998, 2006 et 2010, les espoirs sont fondés sur l’édition 2026. Et si ce Mondial à 48 équipes ne débarque pas au Maroc, il sera approprié dans le futur de se focaliser sur des manifestations de moindre envergure mais à grand enjeu comme la CAN, épreuve que le Maroc n’a pu abriter qu’une seule fois en 1988. Car, l’on doit cesser de voir de la magouille partout et se dire que le Mondial FIFA est taillé sur mesure pour les pays développés, les pays émergents et les pays riches.

Mohamed Bouarab
Vendredi 1 Juin 2018

Lu 671 fois


1.Posté par Outouchent le 01/06/2018 04:47 (depuis mobile)
J''aimerai être aussi confiant que M. Elalamy mais les événements précédents plaident en fâveur de l''idée commune que les magouilles sont l''apanage des dirigeants de la FIFA. Les comportement de M. Infantino jusqu''à présentke montrent bien ...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés