Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Khadouj Slassi : Le domaine de l’ enseignement n ’ est ni une arène, ni un lieu de surenchères


M.O
Jeudi 2 Décembre 2021

Khadouj Slassi : Le domaine de l’ enseignement n ’ est ni une arène, ni un lieu de surenchères
La Commission de l'enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants a examiné, mercredi, les nouvelles conditions d'accès aux concours des cadres des académies, en présence du ministre de l'Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa.

Prenant part à cette rencontre, la député ittihadie Khadija Slassi s’est d’abord demandé, lors de son allocution, si «le gouvernement a pris la peine de réfléchir à l'impact de cette décision». «Après des années compliquées, le peuple marocain attendait de ce gouvernement des signaux forts, synonymes d’espoir et qui redonnerait confiance aux citoyens en la politique et les politiciens», ajoutant que  «Parce que les slogans affichés et scandés lors des campagnes électorales semblaient prometteurs, alléchants et séduisants a-t-elle souligné. Si les Marocains avaient bel et bien perdu toute confiance en ce qui concerne le processus électoral et les responsables politiques, la précarité, les attentes pressantes, en plus des déséquilibres économiques, sociaux et psychologiques engendrés par la pandémie n’ont laissé aux citoyens d'autre choix que de prendre des risques et d’accorder leur confiance aux partis politiques». Et de préciser : «Dans des circonstances difficiles et exceptionnelles,  bercés d’illusions, les Marocains se sont rendus aux urnes et ont donné la victoire à trois partis qui ont formé la majorité dans les  conditions connues».

La député socialiste qui est également secrétaire nationale de l’Organisation socialiste des femmes ittihadies (OSFI) a, en outre, souligné, en s’adressant au ministre de l'Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, que «tout le monde est d’accord sur la nécessité d’améliorer le système éducatif dans son ensemble.

D’abord sur les plans des programmes et des méthodes mais également au niveau de l’approche pédagogique, des dispositifs didactiques, de la formation des enseignants, de l’attractivité, de l'infrastructure, des systèmes de prime de rendement et de performance, basé sur la compétence et non sur l'ancienneté».
Vous avez fixé à 30 ans l’âge maximal d’accès aux concours mais qu’avez-vous prévu et qu’avez-vous préparé pour les plus de 30 ans ? Que fera l’Etat social de ses enfants âgés de plus de 30 ans ? Et depuis quand l’âge fait partie des critères de qualité et d’éligibilité ? 
«Nous sommes également d’accord sur l'importance du critère de la qualité dans le choix et la sélection des personnes les plus appropriées pour exercer cette profession. Il est inconcevable qu’une tâche aussi lourde, comme l’enseignement, soit assignée à des  personnes non-qualifiés, sans même tester leurs capacités et sans mettre leurs préparations psychologiques et pédagogiques à l’épreuve», a-t-elle précisé. «Nous sommes parfaitement conscients de l’importance de l’école, publique comme privée, et nous considérons que l’enseignement est le principal point de départ pour la réforme sociale», a indiqué la député ittihadie. Et de poursuivre : «Nous sommes d’accord avec vous M. le ministre sur le fait qu'il existe un sérieux problème au niveau de la mise en œuvre de la réforme mais nous ne soutenons pas l’idée que nous n’ayons pas besoin d’une vision claire et structurée».

 «Nous avons élaboré une charte de l’éducation et de la formation sans exploiter ses prérogatives et son essence. Nous avons mis en place un plan d’urgence pour l’enseignement sans effet aucun. Nous avons également une loi-cadre et un conseil supérieur de l’enseignement», a-t-elle rappelé, avant de s’interroger sur les raisons qui ont toujours bloqué la réforme de l’enseignement. «Parce que nous lions la vision aux mécanismes, modalités et délais de la mise en place», a-t-elle indiqué.

«Cette mise en place a besoin de fournir les conditions appropriées, de prendre en compte les contextes et de choisir le moment idéal pour assurer la mise en œuvre d’une telle ou telle vision et afin de garantir son succès», a-t-elle fait savoir.  ««Est-ce que vous avez pensé à tout cela, M. le ministre, avant de prendre ces décisions à la surprise de tout le monde ? Avez-vous anticipé l’impact d’une telle décision ? Avez-vous assuré les conditions nécessaires pour la réussite de toute réforme, si l’on considère qu’il s’agit vraiment d’une réforme ?», s’est demandé Mme Slassi. «Il est de votre intérêt en tant que gouvernement et de notre intérêt en tant que représentants du peuple que la réforme réussisse, mais vous n’avez pas choisi le bon moment, ni la procédure adéquate, comme vous n’avez aucune logique  pour faire preuve de persuasion», a-t-elle martelé. «Vous avez évoqué, M. le ministre, l’importance de l’attractivité dans l’école, mais sachez que votre gouvernement a, lui aussi, besoin d’être attractif, non seulement envers le parlement mais surtout envers le peuple», a clamé la secrétaire nationale de l’OSFI.

«Des milliers de Marocaines et de Marocains se préparaient pour ce concours, sur les plans psychologique et cognitif, avant même votre arrivée au gouvernement. Ils entretenaient de grands espoirs et vous avez tout simplement mis fin à toutes leurs espérances. Vous avez brisé l’espoir avant d’anéantir la profession !», a-t-elle martelé.

«Vous avez fixé à 30 ans l’âge maximal d’accès aux concours mais qu’avez-vous prévu et qu’avez-vous préparé pour les plus de 30 ans ? Que fera l’Etat social de ses enfants âgés de plus de 30 ans ? Et depuis quand l’âge fait partie des critères de qualité et d’éligibilité ?», a-t-elle lancé  à l’adresse du ministre.

 «En tant que militants avant d’être parlementaires, nous sommes conscients, sans avoir besoin de recevoir de leçon de quiconque, que le domaine de l’enseignement n’est ni une arène, ni un lieu de surenchères. On ne peut pas l’améliorer avec une opposition aveugle et têtue ou en l’absence d’objectivité chez une majorité qui n’accepte pas les critiques», a tenu à rappeler la député socialiste, avant de conclure : «L’enseignement est l’affaire de toute une nation».

M.O 


Lu 1307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS