Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatiha Saddas, nouveau chef de cabinet du ministre de la Culture : La passion d’une militante




Fatiha Saddas, nouveau chef de cabinet du ministre de la Culture : La passion d’une militante
Sa passion va désormais habiter le ministère de la Culture. Dans ses nouveaux habits de chef de cabinet du ministre de la Culture Bensalem Himmich, l’Usfpéiste Fatiha Saddas renoue de nouveau avec les cabinets ministériels. Ce n’est pas là sa première expérience. Sous le gouvernement d’alternance conduit par Youssoufi, celle dont le cœur a toujours battu à gauche a été directeur de cabinet au ministère en charge de la question féminine. La militante s’adonnera alors à sa passion : la défense des droits des Marocaines. Le quota des femmes aux élections sera d’ailleurs l’un de ces principaux chevaux de bataille en même temps que son combat en faveur de l’égalité.
Militante jusqu’au bout, Fatiha Saddas fuit les projecteurs. A l’ombre, elle aime à mener ses actions dans la discrétion et surtout l’efficacité, n’hésitant jamais à se faire seconde plutôt que première.  Ses prises de parole autant que ses éclats de rire ne passent jamais inaperçus au sein de sa famille politique. 
Depuis 1976, elle est de toutes les campagnes électorales, battant le pavé, grimpant les étages d’immeubles, multipliant les porte-à-porte jusqu’à plus d’heure. Fatiha Saddas est d’abord une militante. Une Ittihadie qui a fait toutes ses classes à l’USFP. Et quand cette membre du Conseil national parle de son parti –sa famille politique, l’expression est encore plus juste dans son cas- c’est toujours avec des trémolos dans la voix. Fatiha Saddas est une passionnée. Et quand le parti de la Rose lui a demandé de se présenter aux communales de juin dernier, à Témara, elle n’a pas hésité une seule seconde en s’engageant avec passion, battant le pavé comme au bon vieux temps. « J’aime mon pays. Quand mon parti me demande de me mobiliser pour servir une cause, je le fais. Et on peut servir son pays de n’importe quel poste, sachant que la commune est une belle expérience et qu’elle est à la base même de la démocratie ».
Cette femme de défis aime multiplier les expériences. Au département de la culture et aux côtés du philosophe devenu ministre, Fatiha Saddas a de l’ouvrage sur le métier. Et il y a fort à parier que sa passion, forcément communicante, fera le plus grand bien aux arts et à la culture.

Narjis Rerhaye
Jeudi 27 Août 2009

Lu 1430 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés