Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Et si le WAC ravissait sa première Super Coupe d’Afrique ? Ce serait super !




Le Complexe sportif Mohammed V à Casablanca sera ce samedi à partir de 16h30 le théâtre du match de la Super Coupe d’Afrique entre le WAC et les Congolais du TP Mazembe, lauréats respectifs de la Ligue des champions et de la Coupe de la CAF 2017.
Après la C1 et le CHAN 2018 remportés par le Wydad et l’EN des locaux sur cette même pelouse, un troisième sacre continental ne fera que du bien au football national qui vit des moments de liesse suite également à la qualification de la sélection marocaine aux phases finales de la Coupe du monde en Russie l’été prochain.
Le WAC, qui avait disputé jusqu’ici deux matches de Super Coupe, perdus  contre l’ASEC Mimosas de Côte d’Ivoire en 1993 et le Zamalek d’Egypte dix ans plus tard (2003), entretient l’espoir légitime pour que la troisième tentative soit la bonne, d’autant plus que ce choc se jouera devant son nombreux public à guichets fermés d’ailleurs.
Une confrontation à grand enjeu devant un sacré client du football africain qui présente une carte de visite des plus garnies : Cinq Ligues des champions, deux Coupes de la CAF, une Coupe des Coupes et  trois Super Coupes, sans oublier qu’il a été finaliste du Mondial des clubs en 2010 aux Emirats Arabes Unis.  
Un gros morceau qui n’inquiète pas pour autant l’entraîneur du Wydad, Fouzi Benarti, qui connaît bien le Tout Puissant Mazembe qui ne lui a pas toujours réussi au moment où il coachait l’Espérance de Tunis.
Pour Benzarti, «le niveau du TP Mazembe a, certes, baissé ces derniers temps mais il reste un adversaire de taille, en atteste sa consécration en Coupe de la CAF ». Et de poursuivre : «Le Wydad s’est préparé dans les meilleures conditions pour ce match et l’équipe devrait être au grand complet, et nous devrons récupérer Brahim Nekkach et Ismaïl El Haddad» qui s’étaient blessés lors du dernier match de championnat face au Rapid Oued Zem.
Fouzi Benzarti n’a pas manqué dans ses propos de rappeler l’importance du public, 12ème joueur, qui devra soutenir tout au long de la partie son équipe, surtout dans les moments délicats, sachant qu’il s’agit d’un match qui se jouera au finish, donc sur les petits détails.
Côté joueurs, l’optimisme est de mise et tout le groupe se dit prêt à se donner à fond afin de permettre au WAC de remporter ce titre rejoignant ainsi le Raja et le MAS qui s’étaient déjà adjugé la Super Coupe d’Afrique en 2000 et en 2012.
Il y a lieu de rappeler qu’à l’occasion de ce match, il sera procédé pour la première fois dans le continent à l’usage de l’arbitrage vidéo (VAR). A cet effet, le secrétaire général de la CAF, Amr Fahmy, avait fait savoir : « Il s’agit d’un moment historique pour le football africain (…) Je suis fier de voir l'Afrique prendre l'initiative d'adopter les dernières technologies pour aider au développement du football. C'est un grand pas pour le football africain et je suis convaincu que l'impact se fera sentir à tous les niveaux».
La rencontre WAC-TP Mazembe sera sifflée par l’arbitre zambien Janny Sikazwe, assisté par l’Angolais Jerson Emiliano Dos Santos et le Sud-Africain Zakhele Thusi Siwela.

 

Mohamed Bouarab
Samedi 24 Février 2018

Lu 954 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés