Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Confirmation de la pérennité de l'esclavage dans les camps de la honte à Tindouf

Témoignages en direct, films et enquêtes


Ahmadou El-Katab
Vendredi 3 Mars 2023

Confirmation de la pérennité de l'esclavage dans les camps de la honte à Tindouf
L'esclavage est considéré comme l'un des dossiers tabous à l'intérieur des camps de Tindouf et que les pantins du Polisario s'efforcent toujours de cacher.
Bien que dans les camps de la honte, les séquestrés subissent toutes sortes de violations, d’humiliations et d’injustice, les personnes à la peau noire vivent une réalité encore plus amère et plus  cruelle souffrant de toutes sortes de discrimination et d’exclusion.

Parmi les cas les plus flagrants d’esclavage dans les camps de Tindouf, il y a celui de Salem Ould Abdeen, qui a déclaré dans un court clip vidéo qu'il n’a pas pu avoir ses documents d'identité et être enregistré sous le nom de son vrai père par son "maître" (celui qui l'asservit).

Le jeune homme a révélé  qu'il avait été menacé de mort et sévèrement battu parce qu’il a demandé justice, confirmant par la suite que son père géniteur devait payer une grande somme d’argent en échange de l’obtention desdits documents et de  son affranchissement.

Ce n’est qu’un cas parmi tant d’autres dans les camps de la honte et dont personne n’ose parler. Ces derniers temps, de nombreux moyens ont été déployés pour dénoncer l'esclavage, y compris une initiative collective et des films documentaires qui ont joué un rôle prépondérant  dans la révélation du phénomène de l'esclavage à l'intérieur des camps de Tindouf, dont le film documentaire "Stolen", une production australienne présentant un ensemble de témoignages sur la souffrance des victimes,  qui a été primé dans de nombreux festivals internationaux. Ce documentaire a participé au Festival international du film de Melbourne, malgré les tentatives du Polisario d'empêcher sa projection.

Le réalisateur du film, "Voletta Ayala", s'est engagé à allouer une partie des revenus du film  à un fonds spécial afin de contribuer à la réunification des familles souffrant d'esclavage et des pratiques discriminatoires dans les camps de Tindouf.

Ahmadou El-Katab


Lu 1573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p