Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Colloque national à Dakhla sur la régionalisation avancée et le nouveau modèle de développement

Tenue d’une conférence sur l’intégrité territoriale




Un colloque national sur ''La régionalisation avancée et le nouveau modèle de développement'' a été organisé, samedi à Dakhla, dans le cadre de la commémoration du 76ème anniversaire de la présentation du Manifeste de l'indépendance.
Cette rencontre, initiée par l'Association de la régionalisation avancée et de l’autonomie dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, le Centre Sahara et Afrique pour les études stratégiques et la délégation régionale du Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, reflète l’engagement du tissu associatif local à relever les divers défis actuels et à soutenir le processus de développement en cours dans la région.
Dans une allocution lue en son nom, la déléguée régionale du Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'armée de libération, Salam Tirouz, a mis l'accent sur la situation économique du Maroc pendant la période du protectorat, soulignant que les infrastructures mises en place lors de la période coloniale étaient concentrées sur l'axe Casablanca-Rabat-Kénitra, permettant ainsi à ces régions de s'accaparer de l'ensemble des investissements nationaux et étrangers en créant des disparités territoriales entre les différentes régions du Royaume.
Après l'indépendance, l'Etat a veillé à réduire ces disparités via la promotion de l'investissement dans l'ensemble du territoire national, en particulier dans les régions éloignées du centre, par le biais de plans économiques favorisant la mise en place des modèles économiques favorisant le développement dans le Royaume, a-t-elle indiqué.
Dans cette lignée, elle a fait savoir que ces plans avaient pour objectif le développement sectoriel dans toutes les régions en fonction des capacités de chaque entité, rappelant qu'ils interviennent conformément à la déclaration lourde de sens, visionnaire et pleine d'enseignements de Feu S.M Mohammed V: "Le Maroc sort du petit jihad pour s’engager dans le grand jihad", celui de la modernisation et de la consolidation de l'Etat.
Ces plans se sont concrétisés davantage en 2004 avec le lancement de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) dans le but de réduire les disparités territoriales et sociales entre les régions du Royaume, a-t-elle poursuivi, tout en mettant l'accent sur la régionalisation avancée en tant que mécanisme essentiel pour la mise en œuvre du nouveau modèle de développement.
Pour sa part, l'acteur associatif, Youssef Oubeli, a souligné que cette commémoration au niveau des établissements scolaires est l'occasion d’initier les nouvelles générations à l’histoire de leur pays et de leur inculquer les valeurs de fierté nationale et de patriotisme.
De même, il a indiqué que la présentation du Manifeste de l'indépendance célèbre une page lumineuse de l'histoire de la lutte nationale et constitue un tournant décisif sur la voie du recouvrement de la liberté du Royaume, tout en insistant sur l’importance de la préservation de la mémoire nationale et d’inculquer aux nouvelles générations les valeurs de patriotisme et de renforcer l'identité nationale.
Le même jour, une conférence sur le thème: "L'intégrité territoriale, du document d'allégeance à la consécration de la régionalisation avancée" a été organisée, à Dakhla, avec la participation d'une pléiade de chercheurs et de juristes.
Initiée par le Syndicat national des adouls du Maroc (SNAM), affilié à l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), cette rencontre qui s'inscrit, elle aussi, dans le cadre de la commémoration du 76ème anniversaire de la présentation du Manifeste de l'indépendance a été une occasion pour se remémorer les épopées héroïques du peuple marocain en forte symbiose et communion avec le glorieux Trône alaouite pour la défense de l'intégrité territoriale, la légitimité juridique et historique ainsi que l'attachement à l'allégeance en tant que pacte solide entre le Roi et le peuple.
A cette occasion, l'accent a été également mis sur le nouveau modèle de développement, la régionalisation avancée, le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud et le Plan d’autonomie présenté par le Maroc pour régler le différend autour du Sahara.
Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le secrétaire national du SNAM, Driss Alami, a indiqué que la présentation du Manifeste de l'indépendance a été un tournant décisif dans la lutte du peuple marocain ayant permis d'affranchir le Royaume du joug du colonialisme.
Cet événement constitue une étape déterminante dans l'histoire contemporaine du Royaume et l'une des multiples incarnations de la symbiose qui caractérise les liens entre le glorieux Trône alaouite et le mouvement national, a-t-il souligné.
Il a, par ailleurs, mis l'accent sur le rôle fondamental qu'avaient joué les adouls pour établir le document de l'allégeance et préserver l'identité marocaine, faisant savoir que les adouls se sont abstenus de signer les actes fonciers entre les Français et les étrangers d'une part et les Marocains d'autre part, en vue de préserver les droits de ces derniers et ne pas céder à la pression coloniale.
Pour sa part, le vice-président du Conseil régional des adouls près la Cour d'appel de Laâyoune, Abdelkabir Lkhal, a fait savoir que cet événement célèbre une page lumineuse de l'histoire de la lutte nationale et un tournant décisif dans l'histoire nationale.

Le tissu associatif salue l'ouverture de représentations diplomatiques dans nos provinces sahariennes

Le tissu associatif de Dakhla a salué, dimanche, la décision de pays africains d'ouvrir des représentations diplomatiques dans les provinces du Sud du Royaume.
L'ouverture des consulats de la Côte d'Ivoire et de l'Union des Comores à Laâyoune et celui de la Gambie à Dakhla constitue ''un événement diplomatique qui soutient la position constante du Maroc quant à la justesse et la légitimité de sa cause nationale", soulignent des acteurs associatifs locaux dans un communiqué conjoint parvenu à la MAP.
Signé par l'Association de la régionalisation avancée et de l'initiative d'autonomie, l'Association de l'intégrité territoriale pour le développement humain et les œuvres sociaux au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab et le bureau régional de la Ligue marocaine de protection de l'enfance, le communiqué conjoint relève que "cette décision est un soutien explicite en faveur de l'intégrité territoriale, la marocanité du Sahara et la proposition d'autonomie présentée par le Maroc en vue d'une solution politique et réaliste au différend autour du Sahara marocain".
Dans ce cadre, les trois associations indiquent que l'ouverture de consulats généraux dans les provinces du Sud témoigne de la réussite de la diplomatie Royale, de la diplomatie officielle et celle parallèle et constitue "un moment historique qui renforce davantage les liens historiques du Maroc avec sa profondeur africaine".
"Cette décision est de nature à consolider la coopération Sud-Sud dans toutes ses dimensions, appuyer les opportunités de développement et promouvoir les investissements au service du progrès, de la sécurité et de la stabilité de tous les peuples africains, en particulier dans la région du Sahel et du Sahara, conformément à la vision Royale clairvoyante en la matière", a ajouté le communiqué.

Mardi 14 Janvier 2020

Lu 1766 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.