Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Barcelone peine mais sauve les meubles à Chelsea




Le FC Barcelone, loin de son meilleur niveau, a pris une option sur la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions, après son match nul (1-1) mardi à Londres lors des huitièmes aller. Sans grande inspiration, le Barça n'a pas brillé à Stamford Bridge dans le sillage d'un début d'année 2018 compliqué pour les "Blaugranas". 
Mais une erreur de Chelsea a suffi à Lionel Messi pour égaliser en fin de rencontre et aborder le match retour dans de bonnes conditions. Les Catalans n'avaient pas brillé contre Eibar durant le week-end, renouant malgré tout avec la victoire après deux matches nuls. 
Ernesto Valverde s'était dit plutôt satisfait, malgré la manière. Après tout, le club ne venait-il pas d'égaler la meilleure série d'invincibilité de son histoire en Liga? 31 matches d'affilée soit la même série que le Barça de Pep Guardiola en 2010-2011. 
Les leaders de la Liga n'ont beau avoir perdu qu'une fois depuis août, une manche de Coupe du Roi contre l'Espanyol, contre Chelsea, ils n'ont pas été à leur meilleur niveau. Loin de là. Dominateurs en terme de possession (73%), ils n'ont eu que très peu d'occasions contre les Londoniens. Suarez a été virtuellement absent, tandis que Messi, qui a souvent hérité du ballon en position reculée, a été surveillé comme le lait sur le feu par le trio défensif des "Blues", Azpilicueta-Christensen-Rüdiger. En face, le public attendait de voir Hazard devenir grand dans les grands matches, lui qui atteint, à 27 ans, les plus belles années de sa carrière et que les rumeurs persistantes envoient du côté du Real Madrid. 
Le Belge aura apporté du danger mais, aligné en pointe, seul contre Piqué et Umtiti, il n'a pas pu faire grand-chose. Antonio Conte avait en effet choisi de se passer de ses deux pointes Olivier Giroud et Alvaro Morata, les jugeant sans doute pas assez prêt pour le Français et encore trop court physiquement pour l'ancien Madrilène. Le joker, l'homme le plus dangereux, le plus malchanceux et paradoxalement le plus en réussite aussi, c'est Willian. 
L'Auriverde a en effet touché deux fois les poteaux avant de réussir l'ouverture du score. Le Brésilien et sa vitesse ont fait mal à chaque fois ou presque, provoquant les fautes ou les décalages et piquant l'arrière-garde espagnole. Son crochet et sa frappe enroulée sur le poteau de Ter Stegen ont fait frémir Stamford Bridge (33). Quelques minutes plus tard, son tir croisé, sur un ballon mal dégagé par la défense barcelonaise, s'est à nouveau écrasé sur le poteau, au grand dam du public londonien (41). L'ancien joueur du Shakhtar Donetsk a enfin réglé la mire à l'heure de jeu, s'offrant un coup de rein pour éliminer Busquets avant de placer une frappe à ras de terre le long du poteau mais cette fois du bon côté (62). Sauf qu'en face, c'était le Barça. Et la pression s'est fait trop forte. Sur un ballon anodin, Christensen a bafouillé sa passe pour Azpilicueta. Iniesta n'a pas manqué l'occasion d'en profiter, servant Messi en retrait pour un but sans trop de difficultés pour le quintuple Ballon d'or argentin (75).  L'expérience avait frappé. Et elle servira sans doute encore au match retour au Camp Nou pour conserver ce léger avantage...

Ils ont dit

Ernesto Valverde (entraîneur du FC Barcelone): "Je crois que c'est très positif. C'était une véritable opposition de styles. Nous voulions avoir le contrôle du ballon. Nous voulions avons manqué de lucidité dans le dernier tiers et ils ont bien défendu (...) A la fin, il a fallu qu'ils fassent une erreur pour que nous en profitions. C'est un bon résultat, sachant que nous avons été derrière et, clairement, tout reste à faire au match retour (...) C'est très important d'avoir marqué ce but à l'extérieur mais rien n'est décidé."
Andres Iniesta (milieu de terrain de Barcelone : "Il y avait tout dans ce match. C'était un vrai match de Ligue des champions, très intense, contre une grande équipe. Nous savions que ce serait difficile. Nous n'avons pas réussi à terminer nos actions dans le dernier tiers parce qu'ils étaient nombreux à défendre. Je crois que cela sera différent au match retour (...) Nous savons que cela sera dur car ils jouent pour sauver leur saison. Ils sont l'une des meilleures équipes d'Europe (...) Dans cette compétition, chaque erreur peut vous coûter beaucoup."

Libé
Jeudi 22 Février 2018

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés