Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Antonio Guterres confirme l’ absence de tout statut du polisario auprès de l’ organisation onusienne


Le rapport du SG de l'ONU épingle l’armée algérienne pour l’assassinat de deux Sahraouis dans les camps de Tindouf

Dans son rapport au Conseil de sécurité sur la question du Sahara marocain, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a confirmé que «le polisario» ne jouit d’aucun statut auprès des Nations unies. En effet et comme dans ses précédents rapports, M. Guterres s’est référé, à trois reprises, «au représentant du polisario à New York» et nullement en tant que «représentant auprès des Nations unies». Cette énième confirmation du plus haut responsable de l’ONU dément catégoriquement, et une fois pour toutes, les assertions fallacieuses du groupe armé séparatiste qu’il dispose d’une prétendue représentation auprès de l’organisation onusienne. Cette indication, sans ambigüité, du Secrétaire général de l’ONU, met, à nouveau, à nu l’usurpation de statut et de fonction, d’un membre du «polisario» à New York, qui se présente comme étant un soi-disant représentant de ce groupe armé séparatiste auprès de l’ONU. Ces références dans le rapport du Secrétaire général des Nations unies confirment, à nouveau, que le «polisario» n’a aucune qualité juridique et encore moins politique, pour nommer un quelconque représentant auprès d’une organisation internationale à composition étatique, où il n’y a pas de place aux groupes armés séparatistes. Alors que le Secrétaire général de l’ONU s’alarme sur la situation humanitaire dans les camps de Tindouf en Algérie, le représentant du «polisario» jouit d’un niveau de vie élevé au cœur de Manhattan, pris en charge entièrement par l’Algérie, aux frais des contribuables algériens. Les manœuvres fallacieuses du groupe armé séparatiste «polisario» pour se donner une soi-disant légitimité internationale se retrouvent une fois encore estompées par le Secrétaire général général de l’ONU, qui met ainsi à nu la propagande mensongère de l’Algérie et du «polisario» dans ce cadre. Par ailleurs, et dans son rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, le Secrétaire général de l’ONU a épinglé l’armée algérienne pour l’assassinat de deux Sahraouis dans les camps de Tindouf. M. Guterres a souligné dans son rapport que les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales du Conseil des droits de l'Homme ont transmis une communication au sujet des exécutions extrajudiciaires de deux Sahraouis dans les camps de Tindouf par les forces de sécurité algériennes dans un site minier près du «camp de Dakhla» à Tindouf en Algérie, en octobre 2020. A ce titre, le Secrétaire général des Nations unies a signalé la communication provenant des experts onusiens au sujet de cet incident, notamment du Rapporteur spécial sur les droits de l’Homme des migrants, de la Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires et du Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Les trois Rapporteurs onusiens ont tous exprimé leurs graves préoccupations à l’égard des exécutions extrajudiciaires de deux Sahraouis dans les camps de Tindouf par les forces de sécurité algériennes dans un site minier au sud de la ville d’Auinet Balakraa à Tindouf. Ils ont précisé que la patrouille militaire algérienne a mis le feu au fossé minier, où se trouvaient les deux personnes, et a quitté le lieu sans se soucier de leur sort. Aucune enquête n’a été ouverte sur les circonstances de la mort de ces deux personnes et les coupables n’ont pas été poursuivis. Les experts onusiens ont tenu à affirmer, dans leur communication, que ces violations font partie d’une tendance plus générale de violations systématiques commises par les forces de sécurité algériennes à l’encontre des populations séquestrées dans les camps de Tindouf et des mineurs migrants, déplorant, particulièrement, la répression et les pratiques discriminatoires à l’égard de ces populations, qui se sont accrues pendant la pandémie de Covid-19 dans les camps de Tindouf. Ces experts des droits de l’Homme ont ajouté que les familles des victimes n’osent pas signaler ces violations aux autorités algériennes par crainte des représailles, laissant les populations des camps de Tindouf en danger d’abus par les forces de sécurité algériennes et sans possibilité d’entamer des poursuites judiciaires, et d’empêcher que de telles violations ne se reproduisent. Ces informations provenant des titulaires de mandat au titre des procédures spéciales du Conseil des droits de l'Homme, mentionnées dans le rapport du Secrétaire général sur le Sahara marocain, viennent alimenter le registre noir des violations graves et systématiques des droits de l’Homme dans les camps de séquestration à Tindouf, en Algérie.

Libé
Mercredi 13 Octobre 2021

Lu 498 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS