Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

23 manifestants détenus en grève de la faim



23 manifestants détenus en grève de la faim
Vingt-trois manifestants, arrêtés le 3 avril à Alger et placés en détention, sont en grève de la faim, a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Plusieurs manifestants, arrêtés lors d'une marche à Alger, ont été tous placés sous mandat de dépôt sauf deux d'entre eux, un mineur et l'autre pour des raisons médicales, a précisé le Comité dans un communiqué.

Ces manifestants sont poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale, attroupement non armé et incitation à attroupement non armé", souligne le CNLD. La décision de placer en détention ces manifestants, arrêtés lors des marches de samedi dernier, a provoqué l’indignation et la consternation des activistes du Hirak qui ont tenu des rassemblements devant les deux tribunaux concernés à Alger lors des présentations.

Mercredi dernier, l’ONG de défense des droits humains, Amnesty International, qui a dressé un tableau noir de la situation des droits humains en Algérie en 2020, a souligné que toutes les personnes détenues simplement pour avoir exprimé leurs opinions pacifiquement doivent être libérées immédiatement et sans condition. Dans son dernier rapport sur la situation des droits humains dans le monde en 2020/21, elle a déploré le fait que des dizaines de détenus d’opinion continuent de croupir en prison pour avoir exprimé leur opinion, notamment sur les réseaux sociaux. "Du 19 au 25 février 2021, 59 personnes arrêtées arbitrairement pour avoir exprimé leurs opinions ou manifesté pacifiquement ont été libérées.

D’autres sont encore en détention uniquement pour avoir participé au Hirak ou pour des publications sur les réseaux sociaux critiquant les autorités", a regretté l’organisation. Pour sa part, le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies avait exigé des autorités algériennes de cesser immédiatement les violences à l’encontre des manifestants pacifiques et mettre un terme également aux détentions arbitraires. Il a aussi appelé à "la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées ou détenues arbitrairement pour leur soutien présumé au Hirak" et "abandonner toutes les charges retenues contre elles".

Libé
Vendredi 9 Avril 2021

Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS