Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Décès tragique du ministre d’Etat Abdallah Baha

Les islamistes du PJD pleurent le «meilleur d’entre eux»




​Décès tragique du ministre d’Etat Abdallah Baha
La nouvelle  du décès tragique du ministre d’Etat Abdallah Baha est tombée aussi violente que le choc du train navette rapide qui l’a percuté dimanche soir  non loin de Bouznika  et à proximité  du pont Cherrat qui a vu la mort, il y a un mois, jour pour jour,  du socialiste Ahmed Zaidi. 
Ce dimanche 7 décembre, il est près de 20h30 quand l’information de la mort d’Abdallah Baha a commencé à circuler avant de se répandre, une heure plus tard comme une traînée de poudre sur la Toile.  Le responsable gouvernemental, numéro 2 du PJD, celui-là même qu’Abdelilah Benkirane a toujours considéré comme le vice-premier ministre, est décédé dans un accident ferroviaire. C’est un communiqué officiel du ministère de l’Intérieur qui l’annonce vers 22 heures.  L’homme a été  écrasé par un train sur le pont de la commune de Cherrat. Il était à pied, sur la voie ferrée. Selon une source autorisée, il était environ 18 heures. Que faisait-il à cet endroit précis et à la tombée de la nuit? La question n’en finit pas d’intriguer une classe politique encore abasourdie par la mort de cette figure islamiste.
Abdallah Baha aurait quitté le domicile familial en fin d’après-midi. Il aurait informé ses proches qu’il se rendait à Bouznika pour voir de plus près le lieu de l’accident qui a coûté la vie à un autre homme politique, le socialiste Ahmed Zaidi, emporté par les eaux du fleuve Cherrat, le 9 novembre dernier. 
Abdallah Baha serait parti seul et sans chauffeur sur les traces de l’accident d’Ahmed Zaidi. Il  est descendu de sa voiture –ce dimanche, il avait emprunté son véhicule personnel et non pas la berline ministérielle- et s’est rendu sur la voie ferrée. Les enquêteurs ont retrouvé sa voiture à une centaine de mètres du drame. 

Branle-bas de combat sur les lieux de l’accident

La Gendarmerie Royale est alertée. Très vite, et dès que l’identité de la victime a été découverte, le gouverneur de Bouznika s’empresse d’informer le ministre de l’Intérieur. Un ministre d’Etat vient de perdre la vie, percuté par un train alors qu’il était à pied.
A l’annonce de la disparition de  celui qui a été le plus proche collaborateur mais aussi l’ami de 40 ans du chef du gouvernement, le personnel politique a afflué, dès dimanche soir, au domicile de M. Benkirane, dans le quartier des Orangers à Rabat. Les deux hommes qui ne se sont jamais quittés étaient d’ailleurs voisins. Abdelilah Benkirane venait à peine de rentrer de Paris où il avait assisté à une conférence organisée à la Maison des mines. Les représentants de la majorité sont tous là. Le leader du PPS, Nabil Benabdallah, apprend la nouvelle alors qu’il est en mission en Australie. C’est Khalid Naciri, membre influent du Bureau politique  et le ministre de la Culture Amine Sbihi qui présentent les condoléances   au patron de l’Exécutif. Le président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami, fait partie des tout premiers arrivés. Peu à peu, des figures de l’opposition arrivent à leur tour. La plupart des ministres ont fait le déplacement pour présenter leurs condoléances  au chef du gouvernement et à la famille du défunt. Les membres du gouvernement qui ont vu Benkirane nous ont parlé d’un homme  «éperdu de douleur, effondré, presque dans un état second». «C’est le meilleur d’entre nous», disait le chef du gouvernement quand il parlait d’Abdallah Baha. 
Visiblement très affecté, Mostafa El Khalfi, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, n’en finit pas de répondre au téléphone pour confirmer l’information à la presse nationale et internationale. 
Au même moment, c’est le branle-bas de combat sur les lieux de la tragédie. Un cordon de sécurité est formé. Mustafa Ramid, le ministre de la Justice et des Libertés, et Abdelaziz Rabbah, celui en charge de l’Equipement, des Transports et de la Logistique sont sur place.  Ils ont du mal à faire face à des images insoutenables. Dans la nuit, une ambulance transporte la dépouille d’Abdallah Baha. Une  enquête est ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’accident. Une autopsie a été ordonnée. «Les  résultats de l’enquête seront communiqués dès son achèvement», précise le communiqué du département de l’Intérieur. 

Benkirane, sans Baha

La disparition tragique d’Abdallah Baha ne va pas être sans conséquences sur la vie de sa famille politique, le PJD, et surtout sur l’exercice du pouvoir par les islamistes.  Celui que la presse avait surnommé la boîte noire du chef du gouvernement est volontiers présenté comme «le sage» et «le pondéré» du parti de la Lampe. «Sa capacité à fédérer mais aussi à désamorcer les crises nous a toujours impressionnés au sein du gouvernement. On avait l’habitude de comparer Benkirane à une haute tension et Baha au régulateur de cette haute tension», confie un ministre. Les deux hommes au caractère diamétralement opposé ont tout vécu, tout partagé dans une étrange communauté de destin. De la rupture de la Chabiba islamya d’Abdelkrim Moutii à la création, en 1981, de la Jamaa Islamya, Abdelilah Benkirane et Abdallah Baha ont su conduire le PJD jusqu’aux cimes du pouvoir. Depuis l’installation du leader des islamistes à la Primature, les deux compagnons de route  ont développé des liens encore plus forts, plus solides. Même l’épouse du chef du gouvernement s’y est habituée derrière la boutade révélée à la presse par Benkirane himself : «Benkirane et Baha, c’est 1+1=1 !». Depuis dimanche soir, les  témoignages se multiplient trempés à la même encre de l’hommage sincère. D’un bout à l’autre de l’échiquier politique, c’est le même homme simple, ouvert, modéré et à l’écoute qui est décrit. « Abdallah Baha était originaire du Souss. Il n’a jamais oublié ses origines», commente ce parlementaire de la capitale. Cet ingénieur agronome était  député depuis 2002 –il a été élu à la circonscription de Rabat Chellah- et ne cèdera son siège qu’à sa nomination au gouvernement. 
Les obsèques d’Abdallah Baha auront lieu à Rabat aujourd’hui, à la prière d’Ad dohr. Il avait 60 ans. 

Narjis Rerhaye
Mardi 9 Décembre 2014

Lu 2729 fois


1.Posté par mounir ould brahim le 09/12/2014 07:00
Lah irahmou ,wa irham aljami3...... ..

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés