Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Barrios, champion par ambition et par obligation




Avec les grands succès viennent souvent de grandes responsabilités. Le vainqueur de la Copa Libertadores  est assuré de disputer la Coupe du monde des clubs de la FIFA. Et Grêmio de Porto Alegre est bien heureux d'être l'élu cette année. Sauf que pour les clubs sud-américains, participer ne suffit pas. le champion continental est "obligé" de se qualifier pour la finale...
"Jouer dans un grand club comme Grêmio donne toujours des obligations", admet au micro de FIFA.com l'attaquant Lucas Barrios, l'un des joueurs phares de l'équipe brésilienne. "Représenter le club et le football sud-américain est une grande responsabilité, mais il faut apprendre à vivre avec cette pression. C'est une agréable responsabilité."
Cela implique de ne pas sous-estimer ce qui vient avant la finale. "Nous sommes conscients d'être favoris pour arriver en finale, mais pour ça, il faut d'abord penser à la demi-finale. C'est comme ça que nous avons abordé chaque tour de Libertadores et ça nous a bien réussi", précise le Paraguayen.
A la différence des éditions antérieures, où la finale de la Libertadores et la Coupe du monde des clubs se disputaient à quasiment cinq mois de distance, Grêmio débarque aux Émirats Arabes Unis pour sa confrontation avec Pachuca   tout frais de son sacre en Amérique du Sud. "Ce n'est pas un avantage", affirme Barrios. "Dans une demi-finale, l'important est d'avoir le rendement maximum ce jour-là."
Et la fatigue après une longue saison ? "Elle existe, mais la joie d'avoir gagné la Libertadores et de jouer le Mondial est énorme. Nous voulons faire bonne figure."
Barrios explique qu'il y a eu deux autres éléments clés dans le sacre obtenu par l'équipe copera et qui pourraient être utiles à Abou Dhabi. "D'un côté, le groupe. Il est fort, uni et il n'y a aucun égoïsme." L'autre est footballistique. "Nous jouons mieux en déplacement qu'à domicile. Cela reflète la maturité de l'équipe."
Barrios ne cache pas son envie de jouer contre le Real Madrid et la question de savoir si Grêmio a les arguments pour rivaliser avec le club espagnol n'en est pas une pour lui. "Bien sûr que oui", répond-il catégoriquement. "Nous savons de quel effectif ils disposent et ce qu'ils ont gagné, mais nous rivaliserons avec eux", a-t-il conclu.
Fifa.com

Lundi 11 Décembre 2017

Lu 339 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés