Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un week-end consacré aux journées internationales oiseaux, eau et zones humides à Khénifra


Samedi 20 Mai 2017

L’Ecole supérieure de technologie de Khénifra (ESTK) relevant de l’Université Moulay Ismail organise, les 19 et 20 mai à Khénifra, les 8èmes journées internationales oiseaux, eau et zones humides sous le thème “Les zones humides face aux changements climatiques : quel défis et quelles orientations?”.
Cette édition est co-organisée avec le GREPOM/BirdLife Maroc et l’Institut scientifique de Rabat, en partenariat avec le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification et la Tour du Valat (France) et avec l’appui du Groupement d’assurance du supérieur.
Ces journées visent à débattre du rôle de la recherche en relation avec les effets des changements climatiques sur les zones humides nord-africaines.
Elles offrent aussi l’occasion pour renforcer un programme ambitieux de recherche et de formation en environnement lancé par l’ESTK, lequel programme s’individualise au Maroc comme initiative pilote d’intégration de la gestion des milieux naturels à la formation universitaire. Selon une note de présentation de cette rencontre, les multiples efforts déployés pour instaurer des pratiques de développement durable durant les trois dernières décennies n’ont pas ralenti la dégradation des écosystèmes, dont la gestion reste dominée par l’approche sectorielle, qui ne considère guère leur vulnérabilité.
Cet échec est en grande partie aggravé par les changements climatiques, enjeu environnemental et sociétal qui occupe depuis plus de vingt ans le devant de la scène à l’échelle mondiale, souligne la même source.
La note relève que les zones humides méditerranéennes, écosystèmes particulièrement vulnérables et riches en faune et flore, payent depuis longtemps le prix des pressions humaines, notamment d’une gestion non intégrée des ressources en eau, où les besoins hydriques écologiques de ces écosystèmes sont totalement négligés.
Dans ce sens, des millions d’oiseaux d’eau paléarctiques qui transitent par cette région sont fréquemment sujets à des disettes, consécutives aux pertes et modifications des zones humides où ils satisfont leurs besoins énergétiques.
La plupart de ces espèces peuvent modifier leur répartition spatio-temporelle pour s’adapter aux sécheresses, mais les chances de cette adaptation sont très réduites actuellement, relèvent les organisateurs, en ajoutant que les modes de développement humains actuels, marqués par des technologies puissantes et des ambitions économiques démesurées, imposent des modifications imprévisibles et irréversibles des mécanismes de résilience des écosystèmes et de leurs ressources.


Lu 1000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS