Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois personnes poursuivies à Essaouira pour diffusion de fake news




Trois personnes poursuivies à Essaouira pour diffusion de fake news
Un homme et deux femmes ont été poursuivis par le procureur du Roi près le tribunal de première instance d’Essaouira suite à l’enregistrement et la diffusion de contenus mensongers sur la situation pandémique dans la ville.
Arrêtés par la police judiciaire lundi 30 mars 2020 dans le cadre d’une opération bien coordonnée avec la DGST sur ordre du Parquet, deux des mis en cause ont reconnu être coupables des faits en question tandis que le troisième a tout nié en bloc. 
A cet effet, le procureur du Roi a décidé mercredi 1er avril 2020 de poursuivre deux des prévenus en état d’arrestation et le troisième en liberté provisoire.
Après une première audience tenue le lendemain au tribunal de première instance d’Essaouira, les mis en cause comparaîtront à nouveau aujourd’hui devant la justice.
Les enregistrements audio avaient défrayé la chronique à Essaouira comme au reste du Maroc, rappelle-t-on.
Au lendemain de la déclaration du premier cas d’atteinte au coronavirus à Essaouira, lesdits enregistrements prétendant la découverte de plusieurs dizaines de cas suspects suite à de prétendues relations sexuelles avec la personne infectée, ont fait le buzz sur les réseaux sociaux.
Une vraie psychose s’est emparée de la population pendant plusieurs jours suite au partage desdits enregistrements et en l’absence d’un démenti des autorités compétentes.
« Ce fut vraiment vilain ! Je n’arrive toujours pas à comprendre l’intérêt de cet acte malveillant qui a terrorisé la ville et porté gravement atteinte à un citoyen marocain dont l’identité a été divulguée avec toute l’irresponsabilité et la légèreté du monde !», s’est indigné un habitant d’Essaouira.
Les citoyens réclament la stricte application de la loi 22.20 relative à l’utilisation des réseaux sociaux, récemment adoptée par le gouvernement en vue de faire face aux fake news et la protection de la vie privée des malades, de leurs identités et de leurs pathologies.

Situation épidémiologique sous contrôle

La situation épidémiologique du nouveau coronavirus (Covid-19) dans la province d'Essaouira est "sous contrôle", a assuré, mardi, le délégué provincial de la santé, Dr. Zakaria Ait Lahcen.
Dans une déclaration à la MAP, il a précisé que "la province d'Essaouira a enregistré 2 cas confirmés d'infection au Covid-19", dont un cas décédé suite à une détresse respiratoire aiguë, vu que le patient était âgé de plus de 70 ans et présentait une comorbidité cardiaque, alors que le 2ème cas a été déclaré guéri, le 5 avril, après une réponse favorable à un traitement de 10 jours.
"Les autorités sanitaires ont procédé à la détection de 9 cas suspects qui se sont révélés négatifs après prélèvements d'échantillons envoyés pour analyse à l'Institut Pasteur-Maroc à Casablanca", a-t-il ajouté. Et de noter que les équipes médicales ont veillé au suivi biquotidien de 19 sujets contacts des cas confirmés 2 jours avant l'apparition des signes cliniques et durant les 14 jours après la manifestation de la maladie.
"A la date du 6 avril 2020, 4 cas contacts restent encore sous surveillance à leur lieu de mise en quarantaine", a-t-il tenu à préciser.
"Aujourd'hui, il y a zéro cas d'infection au Covid-19 en hospitalisation à l'hôpital provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah" à Essaouira, où toute une unité a été dédiée à l'accueil des patients atteints du virus, et équipée de lits de réanimation et d'autres réservés aux cas non compliqués, a-t-il poursuivi.
Il a fait savoir que les cas éventuels seront sous "une étroite prise en charge" par des staffs médical, infirmier et technique ainsi que du personnel ambulancier relevant de l'établissement hospitalier et des structures ambulatoires de la province, qui se sont portés volontaires pour appuyer leurs confrères de l'hôpital, outre une équipe de cadres de la médecine militaire, composée de médecins, d'infirmiers, d'aides-soignants et d'assistantes sociales.
Toutefois, a insisté le Dr. Zakaria Ait Lahcen, "le fait que la province d'Essaouira ne présente maintenant aucun cas d'infection au Covid-19 ne signifie aucunement qu'il ne faut pas se conformer aux mesures de protection et de prévention et aux directives du confinement".
Dans ce sens, le délégué provincial de la santé a appelé, en conclusion, la population locale "à faire preuve de plus de vigilance et d'être plus coopérante" afin d'éviter l'apparition de nouveaux cas de contamination par cette pandémie.
 

Abdelali Khallad
Jeudi 9 Avril 2020

Lu 1024 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif