Elza Soares: La diva noire de la chanson brésilienne symbole de résistance et de courage

 


Samy Houiche Le CrossFit est un sport à part entière


C.C
Lundi 29 Novembre 2021

Libé : Comment vous est venue l'idée d'organiser une compétition de CrossFit ?
Samy Houiche : C’était quelque chose que je souhaitais depuis très longtemps. Mais je n’en ai pas eu l’occasion. Ensuite, il y a eu le confinement. A la réouverture des salles, je me suis dis qu’il fallait redémarrer fort et retrouver une vie normale. Il fallait aussi donner un nouveau souffle au sport et redonner l’envie à tout le monde d’en pratiquer. Et je pense que dans une discipline comme le CrossFit, cette envie passe par les compétitions et des objectifs à atteindre.

Quel bilan en tirez-vous ?
La compétition a été une réussite. Les participants sont venus des quatre coins du Maroc. Ils arboraient un bonheur sincère sur leur visage. Et il y a des gens dont c’était la première compétition parce que justement j’ai instauré une compétition pour débutants, et une seconde pour les pros. Le parfait exemple est mon voisin Rachid. C’est un papa cinquantenaire et qui a commencé le sport à Gym Factory juste avant le confinement, alors qu’à la base, il n’est pas du tout sportif.

Qu’est-ce que sa participation vous a inspiré ?
J'ai été ému. Je me suis dit quel challenge de dingue est en train de réaliser ce père de famille, en passant d’une personne pas du tout sportive à un compétiteur de CrossFit avec des jeunes. C’est un truc de fou. C’est autant un challenge pour moi que pour lui. Pour ma part, je prends cela comme une réussite car c’est ça le but, influer sur la vie des participants positivement. Franchement, j’étais heureux. Et il y a des personnes qui sont venues me remercier pour l’opportunité que je leur ai accordé. Donc que du bonheur.

Comment percevez-vous l’évolution du CrossFit au Maroc ?
Il faudrait avant tout former des coachs avec des diplômes. C’est ce que fait Casa CrossFit. Ils ont des formations pour passer les niveaux 1 et 2 de CrossFit. Ensuite, les compétitions vont aider justement à démocratiser cette discipline dont beaucoup pensent que c’est du fitness alors qu’on en est très loin en réalité. C’est vraiment un sport à part entière qu’il faudrait considérer comme tel, avec des entraînements et des championnats. C’est comme ça qu’il faut l’appréhender. Penser que c’est du fitness est une mauvaise approche.

Vous comptez organiser d'autres compétitions de ce genre ?
C’est, en effet, la première compétition d’une longue série. J’organise d’ailleurs une compétition de Grappling le 11 décembre prochain. Et la prochaine compétition de Crossfit est prévue pour fin janvier. Le but à terme est d’organiser des compétitions dans des stades ou des gymnases. Comme ça, on aura plus de places pour accueillir encore plus de monde.

Des compétitions dans un stade ?
Bien sûr. C'est possible. J’ai déjà des vues sur un endroit. Mais le mieux serait de conclure un accord avec une fédération sportive pour que ça soit beaucoup plus simple en termes d’organisation. Mais sinon c’est un projet réalisable. Mais ça demande de gros moyens. Je pense que si je dois organiser une compétition à l’extérieur ou dans un stade, il va me falloir au minimum 30.000 euros d’investissement, notamment pour acheter du matériel et l'installer, financer le service de sécurité, la billetterie, etc. Donc ça risque de coûter un peu d’argent, mais cet argent là, je compte aller le chercher auprès des sponsors, en plus des revenus liés aux inscriptions des participants.

La compétition que vous avez récemment organisée peut-elle vous aider à ce dessein ?
Forcément. Cette compétition est une vitrine de notre savoir-faire afin d’approcher les sponsors et gagner leur confiance en leur prouvant nos compétences et notre capacité à organiser de tels évènements. 

Quels sponsors visez-vous ?
Je ne sais pas encore. Il faudrait que je vois dans l’historique des évènements sportifs pour viser certains sponsors et ne pas perdre de temps. Je ne sais pas si des sociétés comme Sidi Ali ou l’OCP sont en mesure de sponsoriser ce genre d’évènements.
Après, il faudra également démarcher les petites boîtes comme Fitness Boutique, Go Sport. Je pense que c’est tout à leur avantage. Nike, j’ai essayé mais j’ai du mal à comprendre sa politique de sponsoring. Je vois qu’elle sponsorise des salles comme Passage Fitness et Befit mais elle me boycotte. Je ne sais vraiment pas pourquoi.

Propos recueillis par C.C

Lire également 

Le CrossFit Plus qu’un sport, un art de vivre Le CrossFit Plus qu’un sport, un art de vivre



Lu 2587 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br