Quand l’Afrique chantait Mehdi Ben Barka

“Les Immortels”de Franklin Boukaka, un hymne au leader socialiste


ALAIN BOUITHY
Jeudi 12 Février 2009

Mehdi Ben Barka fut pour de nombreux intellectuels et politiques africains un militant exemplaire. Ils voyaient en lui le leader charismatique du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste. Un pacifiste dont l’abnégation et la dévotion inspirèrent bien de mouvements sur le Continent noir. Une région minée par des maux qu’il dénonçait et qui causèrent (et causent toujours) du tort à son émancipation, tronquant ainsi l’avenir des générations entières.
Au Congo Brazzaville, l’histoire de cette figure historique du mouvement anticolonialisme séduisit de nombreux intellectuels congolais d’alors et inspira le monde culturel artistique.
En premier lieu, le musicien et poète congolais Franklin Boukaka, une des plus belles voix de l’Afrique de l’après-indépendance.
L’artiste connu pour ses textes critiques n’allait pas avec le dos de la cuillère pour dénoncer les inégalités, la répression sévissant à travers le continent, la mauvaise gestion de certains dirigeants... Comme son mentor Mehdi Ben Barka à qui il dédia une chanson d’anthologie : «Les Immortels». 
Un titre qui deviendra rapidement l’un des standards de la musique africaine aux côtés d’autres morceaux comme « Le bûcheron » et « Pont sur le Congo » (qui célébrait déjà l’unité des deux Congo).
« Les Immortels » fut chantée pour la première fois en 1967, deux ans après l’enlèvement du leader socialiste et son assassinat. 42 ans après sa sortie, ce merveilleux morceau de légende, un hymne au leader du panafricanisme, inspire toujours de nombreux jeunes musiciens qui entonnent encore cet air et ravive encore des souvenirs inoubliables parmi les intellectuels d’aujourd’hui.
« Oh ! Mehdi Ben Barka. Mehdi nzela na yo ya bato nyonso (Mehdi, ta voie est celle de toute l’humanité), Mehdi nzela na yo ya Lumumba (Mehdi, ta voie est celle de Lumumba), Medhi nzela na yo ya Che Guevara (Mehdi, ta voie est celle de Che Guevara), Medhi nzela na yo ya Malcom X (Mehdi, ta voie est celle de Malcom X)… Oh ya Tiers-monde (Oh ! celle du Tiers-Monde), Oh ya libération ya ba peuple (Oh ! celle de la libération des peuples)… chantait Boukaka dont le nom signifie dans sa langue maternelle (lari) : solitude.
Mais, comme le leader qui inspira sa chanson et bien d’autres panafricanistes, ses textes aux accents poétiques appelant à l’unité nationale, la paix en Afrique et la fin des guerres tribales ne plaisaient pas à tout le monde.
Le 23 février 1972, le jeune artiste âgé seulement de 32 ans fut assassiné à son tour sur un terrain vague en compagnie d’autres personnes que n’affectionnaient pas le régime de l’époque.
Cet assassinat n’a jamais été véritablement élucidé.
Le premier martyr de l’histoire de la musique congolaise disparaît ainsi, emportant avec lui des mélodies lumineuses et une force du lyrisme que l’on ne retrouvera pas de sitôt sur les platines.
Franklin Boukaka n’a-t-il pas dit : “Tout homme doit mourir un jour; mais toutes les morts n’ont pas la même signification” (« Les Immortels », 1967).  Oh o Mehdi Ben Barka, Mehdi nzela na yo ya bato nyonso (Mehdi, ta voie est celle de toute l’humanité).



Africa mobimba e.................... .......... ......... L'Afrique tout entière
Tokangi maboko e ........................................A croisé les bras
Tozali kotala e ..............................................Nous observons impuissants
Bana basili na kokende................... .............La perte de ses enfants
Bana basili na kotekama e................ ..........Le trafic de ses enfants
Na banguna a ...............................................Auprès des ennemis
Tolati mokuya ata maloba te ......................Silencieux, nous avons porté un voile noir
.........................................................................de deuil
Congo na bana Africa baleli........................Le Congo et l'Afrique fondent en larmes
(2x)
Oh o Mehdi Ben Barka ................. ........... ..Oh ! Mehdi Ben Barka
Mehdi nzela na yo ya bato nyonso .............Mehdi, ta voie est celle de toute l'humanité
Mehdi nzela na yo ya Lumumba .................Mehdi, ta voie est celle de Lumumba
Medhi nzela na yo ya Che Guevara.............Mehdi, ta voie est celle de Ché Guevara
Medhi nzela na yo ya Malcom X .................Mehdi, ta voie est celle de Malcom X
Medhi nzela na yo ya Um Nyobe .................Mehdi, ta voie est celle de Um Nyobe
Medhi nzela na yo ya Coulibally ..................Mehdi, ta voie est celle de Coulibally
Medhi nzela na yo ya André Matsoua .........Mehdi, ta voie est celle de André Matswa
Medhi nzela na yo ya Simon Kimbangu.......Mehdi, ta voie est celle de Simon Kimbangu
Medhi nzela na yo ya Albert Luthuli ...............Mehdi, ta voie est celle de Albert Luthuli
Oh ya Tiers-monde .........................................Oh ! celle du Tiers-Monde
Oh ya libération ya ba peuple ........................Oh ! celle de la libération des peuples
Paroles
Un vieux, que je considère toujours jeune, m'a dit un jour : " Mon petit, tout homme doit mourir un jour; mais toutes les morts n'ont pas la même signification ".
Mehdi Ben Barka(xxx).
Mehdi Ben Barka(xxx).





Lu 9978 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.











services