Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Paris et Chelsea perdent mais passent


Paris au bout de la souffrance! Même battu 1-0 par le Bayern Munich mardi, le PSG s'est qualifié pour les demi-finales de Ligue des champions pour la deuxième année d'affilée après l'exploit de l'aller (3-2). Même scénario pour Chelsea, battu par Porto (1-0) mais qualifié. Quelle abnégation! Dans un quart retour devenu irrespirable, les Parisiens ont évité de revivre les désillusions du passé en venant à bout des Bavarois, leurs bourreaux lors de la finale 2020 (1-0), malgré l'ouverture du score de l'ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting qui a placé le Bayern à un petit but de la qualification pendant près d'une heure. Mais après avoir effacé en huitièmes le spectre de la "remontada" de 2017 en éliminant Barcelone, les Parisiens ont fait un sort à l'ascendant psychologique des champions d'Europe en titre, probablement la meilleure équipe du moment. "On est vraiment une équipe", a savouré Neymar au micro de RMC Sport. "Le plus important c'est qu'on soit qualifié. On est en demi-finales et maintenant on vise plus grand." De retour dans le dernier carré, les Parisiens défieront fin avril et début mai Manchester City, ou bien Dortmund, qui devaient s'affronter hier (aller: 2- 1). Pour décrocher la troisième demi-finale de C1 de son histoire après 1995 et 2020, Paris a dû préserver mardi l'avantage chèrement acquis à l'aller la semaine dernière, et notamment ses trois buts inscrits à l'extérieur qui ont compté double. Le scénario a été haletant, avec des ratés offensifs incroyables de l'intenable Neymar en première période, puis une fin de match à trembler sur toutes les offensives munichoises et à souffler sur les interventions cruciales du gardien Keylor Navas. Mais l'essentiel est là: Paris tient sa place dans le dernier carré, où le club champion de France fera figure d'épouvantail pour la victoire finale. "On est une grande équipe, aujourd'hui, avec tout le respect pour les autres, on est là avec eux", a lancé le président parisien Nasser Al-Khelaïfi sur RMC Sport. Surtout si le PSG montre son visage de la première période mardi, où il a mis au supplice le Bayern... sans concrétiser, comme un miroir inversé du match aller. Il faut dire que Kylian Mbappé, Neymar et Angel Di Maria, virevoltants, ont fait mal à chaque accélération. Mais "Ney" a buté sur l'impeccable gardien Manuel Neuer (9e, 28e) et le Brésilien, pourtant dans un grand soir, a manqué de réussite sur plusieurs tentatives brûlantes repoussées par les poteaux (34e, 39e) ou la transversale (37e). Et que dire de son accélération plein axe, conclue en bout d'action par une passe de Di Maria que Neymar, en se jetant, ne parvient pas à reprendre devant la cage vide (53e). Cela aurait pu coûter cher à Paris quand le Bayern, cette fois, s'est montré réaliste: déjà buteur à l'aller, l'ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting a catapulté au fond un ballon mal repoussé par le portier Keylor Navas (40e). Ce dernier, encore déterminant, a dû s'employer (40e, 44e, 45e+2, 60e), symbole d'une équipe en souffrance. Et puisqu'il fallait souffrir, même Mbappé est revenu défendre avec acharnement, jusqu'à la libération finale: une défaite synonyme de qualification et de rêve européen toujours vivant pour le Paris SG. Et revoilà Chelsea dans le dernier carré de la Ligue des champions, sept ans après sa dernière apparition à ce stade! Les Blues de Thomas Tuchel avaient sans doute fait le plus dur à l'aller avec une victoire 2-0, mais ils ont eu le mérite de gérer sans trop trembler le match retour, malgré la victoire 1-0 de Porto et l'extraordinaire retourné de Mehdi Taremi en fin de rencontre (90+3). Chelsea a résisté, Chelsea a serré les dents et Chelsea revient dans le grand monde, où il retrouvera en demi-finales (27-28 avril et 4-5 mai) le vainqueur de la confrontation entre Liverpool et le Real Madrid (aller: 1- 3). Avec dans la tête le rêve d'une nouvelle finale, le 29 mai à Istanbul: ce serait la première pour Chelsea depuis son sacre en 2012 et la deuxième d'affilée pour Tuchel, finaliste avec le PSG l'été dernier.

Libé
Jeudi 15 Avril 2021

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS