Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Metouali, un temps de jeu maximum pour une gestion minimum

En déplacement à Rabat pour y affronter les FAR, le Raja devra faire sans son maître à jouer


Moins de 72h après avoir difficilement validé son billet pour les demi-finales de la Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions, le Raja de Casablanca enchaîne avec le clasico comptant pour la 15ème journée du championnat. En se déplaçant à Rabat pour y affronter les FAR, les Verts en seront à leur quatrième match depuis le début du mois de février. Et il est somme toute logique que les muscles commencent à tirer et les articulations à grincer.
Bien que ce soit leur métier et qu’ils soient entraînés pour ça, les footballeurs ne sont pas des surhommes. Au RCA, les blessures musculaires et autres bobos ont avant tout concerné les joueurs qui ont le plus de minutes dans les jambes. Le dernier en date est Mouhcine Metouali. D’après TransfertMarkt, le plus que trentenaire (33 ans) est le deuxième joueur de champ le plus utilisé cette saison après Chakir (1.559'), qui lui aussi brille récemment par ses absences répétées dues à des gênes physiques, avec 1.419' de jeu, réparties entre le championnat et la Ligue des champions. Et si l’on ajoute la Coupe arabe des clubs champions, il est plus que certain que ce nombre sera largement revu à la hausse.
Titularisé dimanche face au Mouloudia Club d’Alger, Mouhcine Metouali a contracté une blessure à la cuisse peu après l’heure de jeu. De nature musculaire, elle l’éloignera des terrains pour au moins trois semaines. Difficile de ne pas incriminer son coach, Jamal Sellami, dans cette lourde perte, conséquence d’une gestion pour le moins déficiente, eu égard à son âge et surtout au temps de jeu accumulé. On veut bien que la présence du feu follet assure une moyenne de 2,06 points par match à son équipe, mais les occasions de le faire souffler n’ont pas été saisies par le technicien marocain. Tout le monde a en tête sa titularisation inutile, il y a quelques jours, pour le dernier match de poules en Ligue des champions contre l’AS Vita Club. Une rencontre, encore faut-il le rappeler, dépourvue d’enjeu, les positions étant figées depuis la précédente journée.
On concède aisément qu’avec Metouali, le Raja est irrésistible. Mais sans lui, ce ne sont pas des brèles non plus. Dès lors, si son absence est de nature à inquiéter le peuple vert, il n’en reste pas moins que le quatrième de la Botola, relégué à huit points du WAC (voir encadré), son éternel rival et leader, dispose d’un effectif quantitativement et qualitativement armé pour pallier son absence. A Ahaddad ou encore Zrida de saisir leur chance et de se montrer à la hauteur en allant défier les FAR (6èmes), qui pourraient leur griller la politesse et les dépasser au classement en cas de victoire qui serait la troisième d’affilée. A contrario, le Raja ne doit pas laisser passer la chance de recoller au podium. Sans oublier de ménager quelques joueurs en vue du match des demi-finales de la Coupe arabe des clubs champions prévu dimanche, en Egypte, contre Al Ismaily.
Metouali ne sera évidemment pas de la partie. Mais même sans sa blessure musculaire, il n’est pas sûr qu’il aurait fait le déplacement après la mésaventure qu’il a vécue lundi soir, lorsqu’une roue de son véhicule s’est détachée de son essieu. Un sabotage qui aurait pu avoir de lourdes conséquences dans le cas où Metouali roulait à vive allure, ce qui n’était pas le cas. L’issue de ce sabotage qui lui a fait plus de peur que de mal ne l’a pas dissuadé de porter plainte, à raison, contre X.

Statu quo en tête de la Botola

Le Wydad de Casablanca a fait match nul face au FUS de Rabat (1-1) lundi à Casablanca, en match retard comptant pour la 15è journée du Botola Pro D1, et conserve sa place de leader du classement. Les hommes de Sébastien Desabre ont ouvert le score à la 29è minute sur un but de l'Ivoirien Cheick Comara avant que les Fussistes ne remettent les pendules à l'heure à six minutes de la fin de la rencontre par le biais de Naoufel Zerhouni.
Pour sa part, la Renaissance de Berkane a été tenue en échec lundi par l'Olympic de Safi (1-1), en match retard comptant pour la 15è journée du Botola Pro D1, disputé au stade municipal de Berkane. Les hommes de Tarik Sektioui ont ouvert le score dès la 22è minute de jeu par le biais de Mohamed Aziz, mais son coéquipier Ismail Mokadem a offert l'égalisation au club safiot à la 55è minute sur un but contre son camp. Au terme de cette rencontre, la Renaissance de Berkane conforte sa deuxième place du classement avec 30.

Chady Chaabi
Mercredi 12 Février 2020

Lu 2300 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS