Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Luis Planas : J’aimerais que la flotte espagnole puisse pêcher dans les eaux marocaines avant l’été prochain




Luis Planas : J’aimerais que la flotte espagnole puisse pêcher dans les eaux marocaines avant l’été prochain
Le ministre espagnol de l’Agriculture, la Pêche et l’Alimentation, Luis Planas, a indiqué qu’il souhaite que l’adoption finale par le Parlement européen de l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne (UE) intervienne à la prochaine plénière de février.
Dans un entretien publié, lundi, par l’agence de presse espagnole EFE, il a ajouté que l’accord de pêche Maroc-UE devra être adopté, ensuite, par le Parlement marocain avant son entrée en vigueur.
"J’aimerais que la flotte espagnole puisse opérer de nouveau dans les eaux marocaines avant l’été prochain", a affirmé le ministre espagnol.
La commission de la pêche du Parlement européen a adopté, le 23 janvier, à une large majorité l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne.
Ce vote décisif au sein de cette commission, qui statue sur les questions de fond, est l’ultime étape au niveau des commissions spécialisées du Parlement européen avant l’adoption finale en session plénière qui devrait intervenir le 13 février.
L’accord de pêche entre le Maroc et l'UE, qui fixe les conditions d’accès pour la flotte européenne et prévoit les exigences d’une pêche durable, a été signé le 14 janvier à Bruxelles.
Cet accord couvre la zone de pêche s'étendant du parallèle 35 jusqu'au parallèle 22, à savoir du Cap Spartel dans le Nord du Maroc jusqu'au Cap Blanc dans le Sud du Royaume.
Il convient de rappeler que Luis Planas avait déclaré en août dernier devant la commission de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation du Congrès des députés que cet accord est «vital» pour certains segments de la flotte espagnole et qu’il est très bénéfique pour celle-ci, dans la mesure où son pays détient 90 des 138 licences de pêche délivrées, soit plus de la moitié. «Cet accord devrait favoriser la durabilité de la flotte de pêche espagnole dans ses aspects environnemental, social et économique, garantir l'activité de la flotte dans les zones espagnoles vulnérables, créer des emplois et de la richesse et permettre de contrôler de manière stricte les captures et de préserver les ressources halieutiques de la région», avait-il  expliqué à ce propos.

Mercredi 6 Février 2019

Lu 678 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com