Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligue des champions: Après Lisbonne, Porto à la rescousse de l'UEFA


Lisbonne l'été dernier, Porto ce week-end.C'est encore le Portugal qui a dépanné l'UEFA en offrant une ville hôte d'ultime recours pour accueillir la finale de Ligue des champions dans un contexte sanitaire et politique plus commode. Une situation épidémique maîtrisée, une capacité d'organisation qui a fait ses preuves et un rapport de confiance entre la fédération nationale et l'instance européenne, voilà les principales raisons pour lesquelles Manchester City et Chelsea s'affronteront samedi soir au stade du Dragon devant 16.500 spectateurs, dont 12.000 supporters anglais, et non à Istanbul comme initialement prévu. "Une fois encore, nous nous sommes tournés vers nos amis portugais pour aider l'UEFA et la Ligue des champions et je suis, comme toujours, très reconnaissant envers la Fédération portugaise de football et le gouvernement portugais d'avoir accepté d'accueillir ce match dans un délai aussi court", a expliqué le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin. La ville d'Istanbul a ainsi été privée de finale pour la deuxième année consécutive en raison des chamboulements provoqués par la pandémie de Covid-19. Cette fois, l'UEFA a fini par délocaliser la finale il y a une dizaine de jours, après que le gouvernement britannique a durci les restrictions de voyage entre le Royaume-Uni et la Turquie,rendant impossible aux supporters anglais de s'y rendre. Le Portugal, en revanche, est actuellement le seul pays de l'Union européenne ou les Britanniques peuvent se rendre, y compris en vacances,sans devoir observer une quarantaine à leur retour. Dans un premier temps, le Royaume-Uni avait été pressenti comme solution de repli, mais Londres a refusé de permettre aux médias, responsables et invités d'entrer sur son territoire sans quarantaine, poussant l'UEFAà chercher une troisième option. Les autorités portugaises ont par ailleurs accepté que le stade du FC Porto soit occupé jusqu'à un tiers de sa capacité, ce qui veut dire que jusqu'à 16.500 spectateurs pourront assister samedi à la finale, a annoncé mardi l'UEFA, qui avait déjà alloué 6.000 billets à chaque finaliste. Pour le gouvernement de Lisbonne, le choix de Porto représente "la reconnaissance internationale que les mesures prises pour combattre la pandémie ont produit des résultats", puisque le Portugal connaît actuellement un contexte sanitaire qui est "parmi les meilleurs en Europe",a commenté mardi le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva. Cela n'a pas empêché le président turc Recep Tayyip Erdogan de dénoncer "une décision politique" motivée par le fait que deux équipes anglaises se soient qualifiées pour le match décisif. Istanbul devait déjà accueillir la finale l'an passé, mais l'UEFA s'était déjà repliée sur le Portugal, et Lisbonne a accueilli en août un "Final 8" au format inédit, qui a vu le Bayern Munich titré à huis clos face au Paris SG (1-0). Après avoir été frappé par une violente vague de coronavirus en début d'année, le Portugal est entré en mai dans la dernière phase d'un déconfinement graduel qui, pour l'instant, n'a pas provoqué un rebond des contagions. Afin de réduire le risque au minimum, les supporters anglais devront respecter un protocole strict: en plus d'un test négatif, ils devront éviter tout contact avec la population locale et leur séjour ne pourra pas dépasser 24 heures. Au-delà des considérations sanitaires, le Portugal compte à son actif un historique positif après avoir organisé sans accroc l'Euro-2004, la finale de Ligue des champions 2014 à Lisbonne, le "Final 4" de Ligue des nations 2019, dont la finale a eu lieu à Porto, et, bien sûr, le "Final 8" de C1 l'été dernier. Enfin, autre argument de poids, le président de la Fédération portugaise de football, Fernando Gomes, est un proche du patron de l'UEFA et un de ses vice-présidents. "Tout cela est possible car la Fédération portugaise de football etson président ont beaucoup de prestige auprès de l'UEFA.Quand ils donnent leur aval à l'organisation de cette compétition, carils connaissent bien le FC Porto, l'UEFA leur fait confiance et accepte de venir tranquillement ici", a résumé le président du club du nord du Portugal, Jorge Nuno Pinto da Costa.

Libé
Jeudi 27 Mai 2021

Lu 321 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Septembre 2021 - 23:00 Le Raja stoppe l’élan de la Jeunesse Salmi

Dimanche 26 Septembre 2021 - 23:00 L’OCK assure l’essentiel

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS