Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lewandowski enfin “The Best”

Goût de Ballon d'Or pour Bronze


Lewandowski enfin “The Best”
Désigné meilleur joueur européen en octobre, le buteur polonais Robert Lewandowski a réussi le doublé jeudi en arrachant le prix Fifa "The Best" des griffes de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Chez les dames, Lucy Bronze s'empare d'un trophée 2020 au goût de Ballon d'or. La Fifa a mis fin à un suspense tout relatif à l'occasion d'une cérémonie sans public, Covid-19 oblige, retransmise sur ses réseaux numériques. Oui, la saison 2019-20 est bien celle de "Lewy"!

L'avant-centre du Bayern Munich n'avait jusqu'alors pas été en mesure de bousculer les monstres sacrés Ronaldo-Messi, les deux autres finalistes qui se sont partagés trois des quatre trophées "The Best" et onze des douze derniers Ballons d'Or, ne cédant que face au Croate Luka Modric en 2018. "Gagner un prix devant Lionel Messi et Cristiano Ronaldo signifie beaucoup pour moi", a réagi le buteur de 32 ans. Ce trophée "appartient aussi à mes coéquipiers et à mon coach, (...) nous avons gagné tout ce que nous pouvions gagner". Le Polonais a atteint son Graal en cette année singulière où le Ballon d'Or, récompense suprême attribuée par France Football, a été annulé pour la première fois depuis 1956, tant la pandémie a perturbé la saison. La forme étincelante du N.9, elle, n'a pas connu d'éclipse. Véritable machine à buts, l'ancien du Borussia Dortmund en a empilés 55 en 47 matches toutes compétitions confondues, dont 15 en 10 rencontres de Ligue des champions. Le quintuplé doré du Bayern, sur la scène nationale (Championnat, Coupe et Supercoupe d'Allemagne) et continentale (C1 et Supercoupe d'Europe) doit beaucoup à celui qui a attaqué 2020- 2021 pied au plancher, avec déjà 18 buts en 17 matches. Les sélectionneurs et capitaines des équipes nationales, journalistes et internautes appelés à désigner le meilleur joueur de l'année 2019-20, l'ont donc préféré à Messi et Ronaldo, aux statistiques encore géantes mais pénalisés par le bilan de leurs équipes respectives.

L'Argentin de 33 ans, encore meilleur buteur de Liga avec le Barça la saison dernière, a cédé le championnat au Real et quitté la C1 sur une raclée historique en quarts face au Bayern (8-2). A 35 ans, le Portugais Ronaldo s'est approché des 40 buts dans une saison conclue par une élimination dès les huitièmes face à Lyon. Le club français a vu son ancienne défenseure Lucy Bronze, partie de l'OL cet été après son troisième sacre consécutif en Ligue des champions, remporter le prix de meilleure joueuse. L'Anglaise de 29 ans, désormais à Manchester City, s'est montrée "surprise" de gagner devant son ancienne capitaine Wendie Renard et l'attaquante danoise Pernille Harder, les deux autres finalistes. "Gagner ce trophée cette année, je vais l'apprécier plus que tout. Je me souviendrai de ce moment pour le reste de ma vie", a-t-elle commenté. Autre déception pour l'OL: son coach Jean-Luc Vasseur n'a pas reçu le prix d'entraîneur de l'année chez les féminines, décerné à la sélectionneuse des Pays-Bas Sarina Wiegman.

Le lot de consolation est venu de Sarah Bouhaddi (34 ans), désignée meilleure gardienne de l'exercice 2019-20. Elle succède à la Néerlandaise Sari van Veenendaal. Chez les messieurs, le trophée est tombé dans les gants de l'Allemand Manuel Neuer, capitaine du Bayern seulement pris à défaut deux fois durant le "Final-8" remporté par les Munichois en août. Il s'agit "d'une des plus belles saisons de ma carrière", avec une performance "incroyable" en conclusion à Lisbonne, a commenté le portier de 34 ans, préféré au Slovène Jan Oblak, dernier rempart de l'Atlético Madrid, et au Brésilien Alisson Becker de Liverpool. Les Reds peuvent se consoler avec le prix d'entraîneur de l'année décerné à l'Allemand Jürgen Klopp, déjà sacré l'an passé et qui a offert en juin à Liverpool un titre de champion d'Angleterre derrière lequel il courrait depuis trente ans. Enfin, le prix Puskas du plus beau but de l'année a été remis au Sud-Coréen Heung-min Son, auteur d'un raid solitaire mémorable avec Tottenham, effaçant la moitié de l'équipe de Burnley par ses dribbles et son accélération foudroyante avant de conclure l'action sans trembler.

Libé
Vendredi 18 Décembre 2020

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Octobre 2021 - 18:00 Mbappé de retour avec le PSG

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS