Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les transactions via Internet sont-elles sécurisées au Maroc ? Arnaque électronique dans une agence de voyages à Khénifra




Les transactions via Internet sont-elles sécurisées au Maroc ? Arnaque électronique dans une agence de voyages à Khénifra
Le parquet de Khénifra vient d’ordonner l’arrestation d’un gérant d’une agence de voyages fictive qui exerçait sans autorisation ni procuration d’un quelconque tour-opérateur. Exploitant une enseigne d’une ancienne agence de voyages qui opérait dans le même complexe commercial, B.H vendait des billets de voyage sur différentes destinations. Il s’est avéré lors de l’enquête que le pseudo-voyagiste exploitait deux jeunes mineurs qui lui procuraient ces titres de voyage moyennant 400 jusqu’à 500 DH. Les deux  hackers pacouraient des sites Internet d’achat et de shopping en utilisant les numéros de cartes bancaires appartenant à des tiers pour payer les billets demandés. Ils ont reconnu qu’ils en faisaient de même pour l’achat d’autres produits via Internet.
L’affaire a éclaté au moment où une autre agence a déposé plainte contre l’exercice illégal d’une agence concurrente. Un fait divers, dirions-nous presque banal, mais qui nous interpelle sur l’épineuse question de la sécurisation des transactions via Internet qui a fait les choux gras de la presse l’année dernière, mais surtout plusieurs victimes. Un exemple entre autres : J.K qui fait partie du personnel navigant de la RAM s’est vu détrousser d’une somme de 6000 DH. Il s’est présenté au commissariat pour déposer plainte: irrecevable, lui a-t-on signifié. Le parquet lui a demandé de faire  contre mauvaise fortune bon cœur. Il s’est donc adressé à la banque émettrice de la carte, qui se trouve être française, pour qu’elle le rembourse après avoir porté plainte en France.
S’agissant des banques marocaines, c’est on ne peut plus simple: client et marchand sont les seuls responsables. Ils doivent donc assumer les conséquences de leurs transactions. Ceci d’autant plus que le Maroc dispose d’une plate-forme de transactions commerciales sécurisée via Internet. En effet, une plateforme  SSL (Secure socket laer)  authentifie le commerçant et crypte les données du client. Malheureusement tout le monde sait que la sécurité en matière informatique reste relative. Les bugs et autres vulnérabilités qui appartiennent au domaine de l’aléatoire font que les systèmes les plus sophistiqués peuvent avoir des failles. Aussi, sous d’autres cieux, cette sécurisation a pris la forme d’une défense du consommateur. Laquelle défense instaure l’incontournable confiance qui permet au commerce de fleurir comme bourgeon au printemps. C’est ce qui a permis par exemple à J.K  de continuer à acheter beaucoup de produits via la Toile. D’autres amateurs marocains des nouvelles technologies ne le font plus de peur d’être arnaqués et de ne pas pouvoir rentrer dans leurs frais. Ce qui constitue un frein au développement  du e-commerce. Il faut dire qu’en général la législation dans le domaine de la criminalité informatique est encore embryonnaire et la sensibilisation reste presque inexistante officiellement.

KAMAL MOUNTASSIR
Vendredi 13 Janvier 2012

Lu 793 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés