Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les sans-abris d’Ain Chock sujets de toutes les attentions




Les sans-abris d’Ain Chock sujets de toutes les attentions
Au Centre socio-sportif de Sidi Maârouf à Casablanca, des sans-abris bénéficient d’une protection sociale inclusive, qui a encouragé certains d'entre eux à exprimer le vœu d'échapper à la situation de rue et de reprendre en main le cours de leur existence.
Mise en place à l'initiative de la préfecture d'arrondissement d’Ain Chock, cette structure a eu le double avantage d’atténuer l'impact de l'état d'urgence sanitaire sur ces personnes vivant à la marge et de permettre aux plus déterminées parmi elles de vouloir retrouver un semblant de vie normale, au sortir de la crise engendrée par la pandémie du nouveau coronavirus.
En plein confinement obligatoire, décrété pour enrayer la diffusion du virus, l'action sociale s'est voulue globale en prenant en considération les besoins immédiats de toutes les catégories vulnérables, dont les sans-abris qui étaient en quête d'un refuge les tirant des tréfonds de la rue.
C'est dans cet esprit que la préfecture d'arrondissement d’Ain Chock a procédé, en coordination avec la délégation provinciale de la jeunesse et des sports d'Ain Chock, Hay Hassani et Nouaceur, à l'aménagement d'un espace provisoire pour héberger les personnes sans-abri au Centre socio-sportif de Sidi Maârouf.
Depuis le début de cette crise, les autorités publiques, appuyées par un vaste maillage d'associations de la société civile, ont dirigé une partie de leurs efforts vers la prise en charge de ces personnes, qui se voyaient infliger une peine supplémentaire avec la restriction de la circulation et la fermeture des commerces chaque jour avant 18H00.
"Dans le cadre de la mobilisation nationale pour lutter contre la propagation de la pandémie du Covid-19, la préfecture a décidé de dédier cet espace d'une manière provisoire pour accueillir les personnes sans-abri", a fait savoir Latifa Errouhi, chef de la division de suivi, d'évaluation et de communication à la préfecture d'arrondissement d’Ain Chock dans une déclaration à la MAP.
Cet espace, d'une capacité de 30 lits, accueille actuellement 16 personnes qui bénéficient de services de qualité à même de leur offrir de meilleures conditions de vie, particulièrement durant cette période de crise sanitaire, a-t-elle précisé.
Il est doté de dortoirs, d’une cuisine équipée de matériel nécessaire pour assurer une restauration de qualité, d’un service de santé, de terrains de sport et de salles pour se divertir et regarder la télévision, a souligné Latifa Errouhi.
Dès leur admission au Centre, après un contrôle médical et la réconfortante douche chaude, les sans-abris sont pris en charge par l'assistante sociale qui assure leur accompagnement et leur fournit un soutien psychologique, dans le dessein de faciliter leur réintégration.
Au moment où trois parmi eux ont pu retourner au domicile familial grâce à l'intermédiation des service sociaux de la préfecture, d'autres ont fait part de leur souhait de disposer d'une activité génératrice de revenus (AGR), dans le but de sortir de la situation de précarité. Des personnes âgées ont souhaité leur transfert dans un centre de protection sociale.
L'ensemble de ces demandes sont recueillies par une cellule d'écoute qui offre à ces personnes l'opportunité de s'exprimer librement et les incite à ne pas revenir à la rue après le confinement.
La participation du département de la jeunesse et des sports à cette opération consiste à mettre ce centre à la disposition de la préfecture, en plus de la mobilisation d’un staff pour accueillir et encadrer les pensionnaires provisoires, a indiqué, de son côté, le délégué provincial Hicham Zelouach.
Cette initiative vise à fournir à ces personnes la stabilité, l'accompagnement social et l'accès aux services de santé tout au long de la période de l'état d'urgence sanitaire, ajoute Hicham Zelouach, faisant remarquer que la Division de l'action sociale (DAS) de la préfecture veille sur le suivi individuel des différents cas, en application du programme d'accompagnement des personnes en situation de précarité de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Vendredi 17 Avril 2020

Lu 1334 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif