Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les samouraïs du keirin à l'assaut des Jeux olympiques


Les samouraïs du keirin à l'assaut des Jeux olympiques

Le keirin, épreuve olympique de cyclisme sur piste, est une passion japonaise. Mais plus qu'un sport, c'est d'abord une industrie qui sert de support aux paris, ce qui explique en partie que le Japon n'ait jamais vraiment brillé dans cette discipline aux JO.

En japonais, "keirin" signifie tout simplement "course cycliste". Six à neuf coureurs lancés par un "lièvre" sont lâchés à trois tours de l'arrivée (750 m). Le premier à franchir la ligne a gagné.

"C'est un sport très populaire ici, parce qu'on parie dessus", explique à l'AFP Junki Iwasawa, un journaliste spécialisé, "mais les règles du keirin japonais sont un peu différentes de celles du keirin international, et c'est pourquoi nous n'avons encore jamais gagné de médaille d'or aux Jeux".

Populaire, mais à l'image ambiguë. "Les gens l'associent au monde du jeu, à des hommes âgés, des retraités qui vont perdre leur argent", explique à l'AFP Justin McCurry, auteur du livre "Keirin: The War on Wheels" (non traduit): "Autrefois, le crime organisé et les gangs étaient très impliqués dans le keirin, pour truquer les courses. Les réunions se terminaient parfois par des bagarres violentes".

Depuis quelques années, d'énormes efforts ont été faits pour assainir le milieu. Avant chaque course dorénavant, les coureurs -- formés dans une école où ils apprennent des règles très strictes -- sont confinés pendant trois jours sans moyen de contact avec l'extérieur, pour éviter toute tricherie.

"Mais ce n'est pas une culture que le Japon a envie de montrer au reste du monde. Ce n'est définitivement pas le Japon des brochures touristiques", insiste Justin McCurry.

Créé en 1948 pour lever des fonds pour la reconstruction après la guerre, le keirin fait vivre aujourd'hui plus de 4000 professionnels.

Les courses se disputent sur des anneaux généralement en plein air de 333 à 500 m, beaucoup plus grand que l'ovale olympique (250 m), dans une ambiance survoltée d'hippodrome (avant la Covid-19!).

Pour que les parieurs puissent suivre leurs favoris, les couleurs de maillots sont immuablement associées aux numéros: blanc pour le 1, noir pour le 2, rouge pour le 3, etc jusqu'au violet pour le 9, puisque le keirin au Japon se dispute par séries de neuf coureurs, contre six en compétition internationale.

Le sommet de la saison, le "Superbowl" du keirin, est le traditionnel Grand Prix disputé le 30 décembre, dont le vainqueur empoche l'équivalent d'un million de dollars (840.000 euros).

Longtemps, les champions locaux ont boudé l'équipe nationale. "Quand on gagne un ou deux millions d'euros par an, on n'a pas d'intérêt à aller perdre son temps sur des courses internationales qui vont juste leur faire perdre de l'argent", reconnaît pour l'AFP l'entraîneur de l'équipe olympique japonaise, le Français Benoît Vêtu, embauché en 2016 justement pour apporter un encadrement de qualité et inciter les meilleurs à défendre les couleurs nationales.

La discipline est olympique depuis Sydney-2000. Mais le Japon ne compte pour l'instant qu'une seule médaille de bronze, à Pékin-2008. Pour réussir "ses" Jeux à Tokyo, la Fédération a donc mis des moyens, et misé sur les méthodes européennes de préparation.

Les trois sélectionnés - une femme et deux hommes - sont effectivement des stars du keirin traditionnel, qui ont accepté de suspendre pour quelques mois leur lucrative carrière locale pour tenter l'aventure olympique.

"Benoît Vêtu a introduit des méthodes de préparation scientifiques et changé l'état d'esprit des coureurs de keirin japonais, et ça marche", témoigne le journaliste Junki Iwasawa: "Le keirin n'est pas aussi important pour nous que le judo, mais c'est notre sport, et conquérir l'or olympique est notre défi".

 


Libé
Vendredi 6 Août 2021

Lu 375 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Mondial biennal: La Fifa convoque un sommet

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Ligue des champions: Ronaldo libère Manchester

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Classement FIFA: L’EN dans le Top 30

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS