Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mutations du monde du travail dans les pays arabes au centre d’une conférence régionale à Casablanca




La Conférence de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur l’avenir du travail dans la région arabe, a ouvert mercredi ses travaux à Casablanca avec en toile de fond les mutations du monde du travail dans cette zone. 0rganisée par le Bureau des activités pour les travailleurs (ACTRAV), qui coordonne l'ensemble des activités du Bureau international du travail (BIT), cette conférence régionale pour les États arabes connaît la participation de plusieurs ministres arabes, notamment Mohamed Yatim, ministre du Travail et de l’insertion professionnelle. Elle s’inscrit dans le cadre de l’initiative lancée par l’OIT : ''L’avenir du travail que nous voulons».
'’Cette conférence régionale est une étape importante pour comprendre et examiner les défis qui se posent au monde du travail au niveau régional, afin de mettre en place des solutions politiques efficaces à l’intérieur d’un nouveau cadre de gouvernance et du système tripartite’’, a souligné M. Yatim.
Il s’agit d’une réunion pour engager des réflexions sur l’avenir du travail, un thème important et crucial vu les mutations en cours dans l’économie mondiale et dans le système et moyens de production, ce qui nécessite une transformation totale dans les profils et dans la qualité de la main-d’œuvre’’.
 ‘’Il est opportun d’engager dès à présent une réflexion sur une série de questions qui risquent d’avoir un impact négatif sur le monde du travail à cause des mutations en cours dans ce secteur surtout dans les pays en développement’’, a-t-il ajouté.
Selon la directrice d’ACTRAV, Maria Helena Andrei, les discussions lors de cette rencontre de deux jours mettront tout particulièrement l’accent sur les répercussions que des facteurs déterminants, tels que la mondialisation et le changement technologique, ont eu sur le monde du travail, les effets négatifs potentiels qu’ils ont sur la société, et les modalités de mise en œuvre de politiques réagissant à ces effets dans une perspective de droits et d’égalité hommes-femmes.
Elle s’agit de la quatrième d’une série de conférences organisées par ACTRAV de juin dernier à septembre courant en Asie, en Afrique, dans les Amériques, en Europe et dans les pays arabes, en préparation de son Colloque mondial sur «L’avenir du travail que nous voulons» qui se tiendra en octobre prochain au siège de l’OIT.
Après avoir rappelé que l’OIT fêtera son 100è anniversaire en 2019, Helena Andrei a souligné qu’au cours de la période précédant cette célébration, l’OIT a lancé les ‘’Sept initiatives du centenaire’’ afin de préparer l’organisation à remplir avec succès son mandat en faveur de la justice sociale.
Le programme a été présenté par le directeur général de l’organisation dans son rapport à la 102e Conférence internationale du travail (Genève 2013), intitulé ‘’Vers le centenaire de l’OIT: réalités, renouveau et engagement tripartite’’, a-t-elle poursuivi, expliquant que les sept initiatives portent sur les ‘’l’avenir du travail’’, ‘’l’éradication de la pauvreté’’, ‘’les femmes au travail’’, ‘’les emplois verts’’, ‘’les normes’’ et ‘’les entreprises et la gouvernance’’.
D’après Nezam Kahouch, responsable du bureau régional du monde arabe (OIT), la réunion qui se tient à Casablanca rassemble des syndicalistes, des représentants d’entreprises, des responsables gouvernementaux, des dirigeants politiques, des universitaires et des experts arabes et vise formuler des propositions sur l'avenir du travail dans la zone arabe. Elle est organisée autour de quatre grands dialogues thématiques et un dialogue spécial, à savoir ‘’travail-société’’, ‘’un travail décent pour tous’’, ‘’l’organisation du travail et la production’’ et ‘’gouvernance du travail’’, a-t-il expliqué. Le dialogue spécial portera sur le thème ‘’Agenda2030: une manière de promouvoir un avenir du travail fondé sur un développement inclusif et durable centré sur la création un travail décent dans un contexte complexe de défis ponctuels et structurels, a ajouté M. Kahouch. Le mandat du bureau des activités pour les Travailleurs (ACTRAV) est de renforcer les syndicats représentatifs, indépendants et démocratiques dans tous les pays afin qu'ils puissent défendre au mieux les droits et les intérêts des travailleurs. ACTRAV permet aux syndicats d’offrir à leurs membres des services efficaces aux niveaux national et international, et de promouvoir la ratification et l'application des conventions de l'OIT.
Principal lien entre le Bureau international du travail (BIT) et les travailleuses et travailleurs, ACTRAV coordonne l'ensemble des activités du BIT concernant les organisations syndicales, aussi bien au siège que sur le terrain. L'OIT, dont le BIT constitue le secrétariat exécutif, est l'unique agence tripartite des Nations unies. Les gouvernements, mais aussi les employeurs et les travailleurs y sont représentés sur un pied d'égalité et bénéficient équitablement de ses prestations.

Vendredi 22 Septembre 2017

Lu 835 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.