Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les banques en ordre de marche pour réussir le programme d'appui au financement des entreprises




La profession bancaire est en ordre de marche pour répondre à l'appel de S.M le Roi Mohammed VI et honorer ses engagements de manière "ferme" et "déterminée" pour réussir le programme intégré d'appui au financement des entreprises, a souligné le vice-président délégué du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), Mohamed El Kettani.
Lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation du Programme "Intelaka", M. El Kettani a indiqué que "nous sommes en ordre de marche dès ce soir, et les réseaux bancaires sont engagés pour recevoir dès demain à 8H les premiers demandeurs pour que nous puissions les accompagner dans de bonnes conditions".
Nous allons fluidifier les process pour asseoir une qualité de service irréprochable parce que nous sommes engagés à honorer le délai à trois semaines à partir d'un dossier complet, a-t-il dit. Et de préciser que dans les réseaux bancaires, il y aura une check-list et un canevas allégé pour que le demandeur puisse honorer l'ensemble de la documentation et des informations nécessaires à l'instruction du dossier, ajoutant que "plus on honore cette check-list des documents exigés, plus la décision est rapide", rapporte la MAP. Le taux appliqué est un taux choc qui va créer le déclic et libérer les énergies pour pouvoir régénérer une nouvelle génération de femmes et d'hommes entrepreneurs qui feront la gloire économique de ce pays dans l'avenir, a-t-il relevé."Nous rendrons un grand service à notre nation si on assure de manière très professionnelle, rapide et réactive le financement des investissements viables à moyen et long termes", a-t-il ajouté.
C'est pour cela, a-t-il poursuivi, que "nous veillerons, en tant que profession bancaire, à faire notre métier le plus valablement possible, c'est-à-dire, veiller au respect des critères de viabilité et s'engager à honorer les trois piliers du programme".
M. El Kettani a également rappelé que suite au discours Royal du 11 octobre, le GPBM s'est mobilisé aux côtés du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration et Bank Al-Maghrib, et nous avons travaillé d'arrache-pied pour mettre en place en commun ce programme.
Il a, à cet égard, tenu à rappeler les trois piliers du programme: l'accès au financement, l'accompagnement et la démocratisation de l'accès aux services bancaires de base, ajoutant dans ce sens que le secteur s'est mobilisé pour la bancarisation et l'inclusion financière, pour les citoyens à faible revenu à travers la digitalisation.
Par ailleurs, M. El Kettani a fait remarquer que ce programme va créer une nouvelle dynamique en amont sur la question de l'accompagnement des porteurs de projets, le secteur bancaire va orienter les jeunes entreprises vers les centres régionaux d'investissement (CRI) qui sont dotés de prérogatives importantes, ainsi que l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFFPT) qui dispose de plateformes d'accompagnement et de formation.
La formule "Damane Intelak "est le cœur de cible de ce programme d'appui et de financement aux entreprises, elle concerne les auto-entrepreneurs, les TPE ayant une existence qui remonte à 5 ans, ainsi que toutes les petites initiatives de création à partir d'un taux extrêmement bas, a-t il rappelé, ajoutant que concernant les petits projets dont le crédit ne dépasse pas 300.000 de dirhams, l'Etat a admis le principe du prêt d'honneur à 0% qui ne sera remboursé par l'entrepreneur qu'une fois l'échéancier de son crédit avec sa banque remboursé.
Pour sa part, la présidente du directoire du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, Dounia Ben Abbas Tâarji, a souligné que le programme intégré d'appui et de financement des entreprises est un dispositif "ambitieux" et "innovant" à même de créer un déclic pour l'entrepreneuriat au Maroc et sur lequel le fonds fonde beaucoup d'espoir.
Revenant sur la dimension monde rural, une des caractéristiques majeures de ce programme, Mme Tâarji a souligné que l'entrepreneuriat rural a besoin d'accompagnement et de suivi, rappelant à cet effet le partenariat noué entre le Crédit Agricole du Maroc et Al Barid Bank, dans le cadre de ce programme afin de mutualiser leurs efforts et couvrir l'ensemble du territoire national.
Mme Taârji a ainsi invité l'ensemble des acteurs concernés à être à la hauteur des attentes et des espoirs de cette cible de la population marocaine, appelant à continuer à réfléchir sur les mécanismes d'accompagnement en amont.
"Il faut capitaliser sur les expériences réussies en matière d'accompagnement de projets et de petits entrepreneurs dans le milieu rural pour en faire bénéficier ces jeunes et moins jeunes qui se présenteront avec des projets qui ne sont pas suffisamment structurés. De même, il est nécessaire de réagir de manière à les aider à présenter, in fine, des projets acceptables par les banques", a-t-elle insisté.
Il convient de rappeler que le programme a été développé de manière conjointe entre le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Bank Al-Maghrib et le Groupement professionnel des banques du Maroc dans le cadre d’une approche participative. Il vise à offrir une nouvelle génération de produits de garantie et de financement à destination des TPE, des jeunes porteurs de projet, du monde rural, du secteur informel et des entreprises exportatrices.

Mercredi 5 Février 2020

Lu 1424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.