Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tout Casa en liesse




Euphorie des grands jours, Casablanca a fêté allégrement la consécration du Wydad en Ligue des Champions d'Afrique, un titre qui fuyait à la métropole et au Maroc depuis le succès du Raja en 1999.
Le bonheur des "Rouge et Blanc" était d’autant plus grand du fait que le trophée a été enlevé au nez et à la barbe de l’ogre égyptien d’Al-Ahly, le club le plus titré et le plus puissant du continent. 
Dès le coup de sifflet final de cette confrontation âprement disputée, les klaxons ont commencé à retentir dans la métropole, qui a vécu une nouvelle journée mémorable dans l’histoire du football national.
Une ambiance de folie s’est installée dans tous les recoins de la métropole. Des milliers de supporters, dont certains sont venus de toutes les régions du Royaume, ont laissé éclater une joie sincère, soulagés d’avoir mis un terme à une disette de 25 ans en Ligue des Champions. 
La médina, la corniche d’Ain Diab, Hay Hassani, Derb Soltan et Moulay Rachid ont été pris d’assaut par les fans du "Wydad de la Nation", chantant et dansant aux rythmes de leurs refrains de prédilection.
Des jeunes et moins jeunes, des femmes accompagnées de leurs enfants et des familles entières sont descendus dans les rues, dans une atmosphère apaisée et conviviale. Le rush des automobilistes était signalé du côté de la corniche, où les Casablancais ont pris l’habitude de célébrer leurs victoires sportives. 
Dans l’antre du "stade d’Honneur", nom d’affection donné par les supporteurs au Complexe Mohammed V, la liesse était indescriptible. Les supporters brandissant fièrement des fanions aux couleurs rouge et blanc ont scandé en chœur des chants à la gloire du club, notamment leur fameux tube "Amigo" qui fait la fierté des Wydadis.
Pour garantir la sécurité des supporters, les forces de l’ordre ont quadrillé plusieurs quartiers connus pour être des fiefs des Rouge et Blanc. Force est de constater que ces fêtes ne sont qu’un avant-goût d’autres célébrations prévues par les Wydadis.
A travers le Royaume, les Wydadis n’ont pas manqué l’occasion de célébrer le titre et posté des vidéos immortalisant le moment sur les réseaux sociaux. Le WAC a écrit, ce soir, une page rayonnante de l’histoire du football marocain, qui aura, à nouveau, un représentant dans la Coupe du monde des clubs, en décembre prochain aux Emirats arabes unis.
MAP

​Scènes de joie à Rabat


Des scènes de liesses ont animé samedi soir la ville de Rabat dès que l'arbitre gambien Bakary Gassama a mis fin à la finale retour de la Ligue des champions d'Afrique de football WAC- AL Ahly (1-0).
Le public marocain qui a suivi cette rencontre ayant permis aux hommes de Lhoucine Ammouta de s'adjuger leur deuxième Ligue des champions a été nombreux à sortir dans les avenues et boulevards de la capitale, btandissant des drapeaux à la main et scandant des hymnes à la gloire des Rouge et Blanc.
Sons de klaxons et chants ont célébré dans les principales artères et avenues de Rabat (Boulevards Mohammed V, Hassan II, Allal Benabdallah, et quartier de l'Agdal) les prestations de l'équipe casablancaise, assurée de disputer la prochaine Coupe du monde des clubs. Le WAC a remporté la C1 en venant à bout d'Al Ahly d'Egypte par 1-0, privant le club égyptien d'un neuvième titre continental.

Libé
Lundi 6 Novembre 2017

Lu 419 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés