Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Colombie annonce les premières extraditions de rebelles de l'ELN vers les Etats-Unis



La Colombie a annoncé mardi la première extradition d'un guérillero de l'Armée de libération nationale (ELN) vers les Etats-Unis pour trafic de drogue, qu'elle entend faire suivre de dix autres. "Ce sont au total 11 membres de l'ELN, dont quatre déjà arrêtés" et sept recherchés, a déclaré le haut commissaire pour la paix, Miguel Ceballos, précisant que leur extradition "fait partie d'une sollicitude plus large de procureurs et juges des EtatsUnis". Le président Ivan Duque a signé lundi la première de ces extraditions, concernant José Gabriel Alvarez, requis par un tribunal du Texas pour trafic de drogue et qui devrait être transféré aux EtatsUnis dans une dizaine de jours. "C'est la première fois dans l'histoire de la Colombie qu'un membre de l'ELN est extradé pour des raisons liées au trafic de drogue aux Etats-Unis", a ajouté le conseiller présidentiel Ceballos. L'ELN, considérée comme la dernière guérilla active du pays depuis l'accord de paix de 2016 avec la rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a nié toute implication. "Il est totalement faux que le personnage appelé José Gabriel Alvarez Ortiz soit membre de l'ELN, de même que les trois autres qui seront extradés", a déclaré le commandement central de la guérilla dans un communiqué. Les trois autres déjà arrêtés sont Yamit Rodriguez alias "Choncha", Franco Ruiz alias "Motorola" et Henry Trigos. Opérant depuis 1964 et comptant environ 2.300 combattants, l'ELN affirme ne pas être liée au trafic de drogue. Fiché comme groupe "terroriste" par les Etats-Unis, l'Union européenne et l'actuel gouvernement de droite colombien, elle est toutefois, selon Miguel Ceballos, "en passe d'être considérée internationalement comme un groupe de narco-trafiquants"."Il revient maintenant à l'ELN de nous dire clairement si elle est disposée ou non à faire la paix et, si elle l'est, à laisser de côté pour toujours le trafic de drogue", a-t-il ajouté. Le président Duque a enterré les pourparlers entamés avec l'ELN par son prédécesseur et prix Nobel de la paix, Juan Manuel Santos, après l'attentat à la voiture piégée de janvier 2019 contre l'école de police de Bogota, dans lequel 22 cadets avaient été tués, outre l'auteur de l'attaque. Il exige que Cuba livre la délégation de l'ELN restée depuis dans l'île, mais La Havane refuse en invoquant le protocole souscrit par la Colombie et les pays garants qui prévoie un retour sûr des rebelles dans leurs campements. La Colombie est le premier producteur mondial de cocaïne et les Etats-Unis en sont le principal consommateur.

Libé
Jeudi 1 Avril 2021

Lu 147 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS