Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fredericks suspendu par l'IAAF pour des soupçons de corruption




L'ancien champion du monde namibien Frankie Fredericks, dont le nom est apparu dans la presse française associé à des soupçons de corruption, a été suspendu à titre provisoire par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) au sein de laquelle il siégeait, a annoncé lundi l'instance.
L'ancien sprinteur a été suspendu à titre provisoire "de sa fonction de membre du Conseil de l'IAAF et de toute fonction dans l'athlétisme" en attendant les résultats de l'enquête à son encontre, a décidé la commission de discipline de l'IAAF.
Frankie Fredericks a indiqué qu'il faisait appel de cette suspension et assure dans un communiqué transmis à l'AFP qu'il "n'a pas violé le code d'éthique de l'IAAF".
Dans un article daté du samedi 4 mars, le quotidien français Le Monde avançait que Frankie Fredericks avait reçu un versement de 299.300 dollars (262.000 euros) le jour même de l'attribution des Jeux olympiques par le Comité international olympique (CIO) à Rio, le 2 octobre 2009 à Copenhague.
L'ancien sprinteur assure que ce versement a été réalisé "conformément à un contrat daté du 11 mars 2007", "pour services rendus entre 2007 et 2011", et que le paiement "n'a rien à voir avec les Jeux olympiques".
Ce versement provient de la société du fils de l'ancien président de l'IAAF Lamine Diack, Papa Massata Diack. Ce dernier est accusé d'avoir reçu 1,5 million de dollars (1,31 M EUR) de la part d'un homme d'affaires brésilien, Arthur Cesar de Menezes Soares Filho, trois jours avant le vote.
Le dossier Fredericks est "maintenant entre les mains" de l'Unité d'intégrité de l'IAAF (AIU) chargée de mener l'enquête, a précisé l'instance.
Selon Frankie Fredericks, la décision de la commission de discipline de l'IAAF "ne tient pas compte des explications qu'il a fournies" dans un communiqué en date du 14 mars. Cette décision de le suspendre provisoirement "contient des inexactitudes", ajoute-t-il dans le communiqué envoyé lundi.
Fredericks attend désormais "avec impatience la décision finale pour lui permettre d'oublier cette saga pour toujours", ajoute le communiqué.
Peu après sa mise en cause, Fredericks avait démissionné de la présidence de la Commission d'évaluation des Jeux olympiques 2024. Il a été remplacé à ce poste par le Suisse Patrick Baumann.
L'ancien champion du monde du 200 m avait également précisé qu'il ne participerait pas au vote pour la désignation de la ville hôte des JO-2024, en septembre prochain à Lima. 
L'IAAF avait également annoncé au même moment que l'ancien athlète avait été remplacé au sein du groupe de travail de l'instance sur la réintégration de l'athlétisme russe accusé de dopage institutionnalisé.

Libé
Mercredi 19 Juillet 2017

Lu 127 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés