Ça chauffe de partout: Y a-t-il un gouvernement au numéro demandé ?

Grèves et manifestations déclarées à la santé et à la justice


Mourad Tabet
Jeudi 11 Juillet 2024

Blocage désespérant aux facultés de médecine

Ça chauffe de partout: Y a-t-il un gouvernement au numéro demandé ?
Les professionnels de la santé ont exprimé leur ras-le-bol contre la politique gouvernementale lors d’une marche organisée hier à Rabat parallèlement à une grève nationale de trois jours (de mardi à jeudi) décrétée par les syndicats de la santé.

Ce mouvement de protestation intervient après que les syndicats de la santé ont pris acte que l’ordre du jour du Conseil de gouvernement comprenait l’examen de projets de décret.

Le premier porte sur l’application de certaines dispositions de la loi relative à la création des groupements sanitaires territoriaux, le deuxième est relatif à la mise en œuvre de la loi sur la création de l’Agence marocaine des médicaments et des produits de santé, tandis que le troisième concerne l’application de certaines dispositions de la loi relative à la création de l’Agence marocaine du sang et de ses dérivés.

La coordination des syndicats qui mène ce mouvement comprend le Syndicat national de la santé publique affilié à la Fédération démocratique du travail (FDT), le Syndicat national de la santé (SNS) affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT), la Fédération nationale de la santé (FNS) affiliée à l'Union marocaine du travail (UMT), le Syndicat indépendant des médecins du secteur public, l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM), l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), l'Organisation démocratique du travail (ODT) et le Syndicat indépendant des infirmiers.

Ces instances syndicales ont également appelé à l’organisation d’une grève nationale de trois jours la semaine prochaine (du 16 au 18 juillet).

Par ailleurs, le débrayage des professionnels de la justice depuis mardi dernier a fait un tabac et a paralysé les tribunaux du Royaume. En effet, le taux de réussite de la grève a atteint plus de 90% dans plusieurs villes telles que Ksar El Kébir, Larache, Guelmim, Boujdour, Meknès…

« Félicitations à tous les militants et militantes du Syndicat démocratique de la justice (SDJ affilié à la FDT) pour le grand succès de la grève nationale. Nous poursuivrons avec détermination notre mouvement de protestation jusqu'à l’obtention de notre droit à l’adoption d’un statut juste et incitatif », a affirmé Youssef Aidi, secrétaire général du SDJ dans un message publié le premier jour de cette grève qui s’achèvera ce jeudi 11 juillet.
Ce débrayage intervient, selon un communiqué du SDJ rendu public la semaine dernière à l'issue d'une réunion urgente de son bureau national, après avoir pris acte de l'ordre du jour du Conseil de gouvernement du 4 juillet prévoyant l'inclusion du secteur de la justice parmi les outputs du dialogue social central, alors que le gouvernement s'était auparavant engagé à poursuivre le dialogue en ce qui concerne les dossiers sectoriels en suspens, y compris celui du secteur de la justice.  

«Nous avons mené des négociations en tant que syndicat avec le ministère de la Justice durant 2 ans pour amender le statut particulier du corps du secrétariat de greffe. Quand l’exécutif avait l’intention de présenter les outputs du dialogue social central entre le chef du gouvernement et les centrales syndicales en y incluant le statut particulier du corps du secrétariat de greffe, nous avons décidé de mener une série de protestations, mais pour montrer notre bonne foi, nous avons suspendu ce mouvement de protestation après que le gouvernement s’est engagé à respecter les résultats du dialogue social sectoriel », avait déclaré Youssef Aïdi la semaine passée au sujet des raisons de ce mouvement. Et le responsable syndical de poursuivre : «Mais nous avons été surpris cette semaine que le gouvernement présente le statut particulier du corps du secrétariat de greffe, ce qui signifie qu’il revient sur ses propres engagements concernant ce sujet. Car notre débat avec le ministère de tutelle ne concerne pas seulement l’augmentation des salaires, mais porte également et essentiellement sur d’autres problématiques concernant notre corps telles que les dysfonctionnements concernant le système d’indemnités et les nouveaux engagements et contraintes professionnels des fonctionnaires imposés par la nouvelle organisation judiciaire», alors que le statut présenté par le gouvernement porte uniquement sur l’augmentation générale des salaires décidée dans le cadre du dialogue social central.

Si le gouvernement continue de faire la sourde oreille aux revendications des fonctionnaires de la justice, le bureau national du SDJ compte observer une autre grève nationale les 23, 24 et 25 du mois courant.

Mourad Tabet


Lu 345 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        





Flux RSS
p