Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

CAN 2019 en Egypte : La sécurité comme principal défi




L'Egypte, désignée mardi pays hôte de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019, aura pour principal défi la sécurité de la compétition, dans un pays confronté aux attentats et aux violences autour des stades.
"L'Egypte, pays de la sécurité, accueille les pays africains et leurs supporters à la CAN-2019", a tweeté la Fédération égyptienne de football (EFA), peu après l'annonce de la CAF.
Dans la foulée de l'annonce de la décision de la Confédération africaine de football (CAF) mardi, les responsables égyptiens ont multiplié les déclarations rassurantes sur le sujet sensible de la sécurité.
"Il y a de grands projets concernant la sécurité", a assuré le président de l'EFA Hani Abou Rida devant la presse à Dakar. "Je pense que nous n'aurons aucun problème", a-t-il ajouté.
"Nous sommes un pays sûr", a également martelé Karam Kurdi, membre du conseil d'administration de l'EFA.
Si l'Egypte a déjà organisé la CAN sur son sol à quatre reprises, dont la dernière en 2006, c'est la première fois qu'elle assure cette tâche depuis la révolution de 2011 qui a mis fin au régime du président Hosni Moubarak, et plongé le pays dans l'instabilité sécuritaire.
Pour H.A Hellyer, membre associé du Royal United Services Institute, "cela montre que Le Caire est entièrement réhabilité pour le secteur du sport africain, mais je pense que c'était déjà le cas depuis un moment. Je suppose que les exigences de sécurité seront fortes, mais sur ça, je pense que Le Caire peut le faire".
"L'Egypte est prête à accueillir le tournoi", a déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports Achraf Sobhi. Lors d'une allocution retransmise à la télévision, il a assuré que le pays "serait à la hauteur de la confiance (accordée)".
L'organisation de compétitions de football en Egypte ces dernières années a pourtant été émaillée de violences.
Depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, à la faveur de manifestations massives contre ce dernier, les rassemblements populaires de grande ampleur sont devenus rares, en particulier autour des stades de football.
Ces derniers ont souvent été secoués de violences sporadiques, qui concernent toutefois davantage les matches locaux.
En février 2012, au moins 74 personnes, pour la plupart des supporters d'Al-Ahly, sont mortes dans des heurts au stade de Port-Saïd (nord) après une rencontre entre le club cairote et l'équipe locale d'Al-Masry.
Ces violences avaient conduit à l'interdiction aux supporters d'assister aux matches. La mesure a été par la suite assouplie, puis d'autres violences ont eu lieu.
Les autorités ont décidé en 2018 de permettre leur retour progressif. Certaines rencontres, jugées sensibles, se déroulent encore sans public.
"Lutter contre les attaques terroristes (...) sera probablement une tâche plus facile pour l'Egypte que le contrôle général des foules", a souligné à l'AFP Zack Gold, spécialiste des questions de sécurité au Moyen-Orient et analyste au centre de recherches CNA, basé aux Etats-Unis.
Au-delà des violences autour des stades, l'Egypte est également confrontée à des groupes extrémistes dont les attaques ont tué des centaines de membres des forces de sécurité, mais aussi des civils, notamment des chrétiens coptes et des touristes étrangers.
"Il pourrait y avoir une légère montée du terrorisme avant la CAN dans le but de dissuader les supporters et les équipes de venir en Egypte", a ajouté M. Gold.
En février 2018, les forces de sécurité avaient lancé l'opération "Sinaï 2018", pour déloger le groupe jihadiste Etat islamique (EI) de cette péninsule de l'est du pays. Cette campagne, prévue pour durer trois mois, est toujours en cours.
La semaine dernière encore, dans un nouvel incident visant la communauté copte, un commandant de police spécialisé dans le déminage a été tué au Caire en tentant de désamorcer une bombe près d'une église. Plus d'une centaine de personnes sont mortes depuis fin 2016 dans des attaques contre la communauté chrétienne, la plupart revendiquées par l'EI.
Les touristes étrangers restent également une cible.
En novembre 2015, l'EI avait fait exploser une bombe à bord d'un avion de ligne russe décollant du Sinaï, tuant les 224 personnes à bord. Plus récemment, le 28 décembre, trois vacanciers vietnamiens et leur guide égyptien ont été tués dans un attentat à la bombe près des pyramides de Guizeh.
La CAN-2019 doit se tenir pour la première fois en été, du 15 juin au 13 juillet, et avec 24 équipes.

Jeudi 10 Janvier 2019

Lu 454 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com