Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

37 morts dans des protestations contre la vie chère au Soudan

Omar El Béchir promet de "vraies réformes"




 Trente-sept manifestants ont été "abattus" par les forces de sécurité en cinq jours d'un mouvement de protestation contre la vie chère au Soudan, a déclaré l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International.
Le mouvement de colère d'une partie de la population, qui a touché jusque-là une dizaine de villes, a été déclenché le 19 décembre par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, dans un pays en plein marasme économique.
Selon des responsables et des témoins, les manifestations ont fait au moins huit morts -six à Al-Gadaref (est) et deux à Atbara (est)- lors des heurts avec les forces anti-émeute. Mais des bilans plus lourds ont été évoqués
Le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi a estimé à 22 le nombre de morts, dénonçant la "répression armée" des autorités.
Dans un communiqué publié lundi soir, Amnesty International rapporte de son côté que "37 manifestants ont été abattus par les forces de sécurité au cours de cinq jours de manifestations antigouvernementales".
"Le fait que les forces de sécurité utilisent une force meurtrière de manière aussi aveugle contre des manifestants non armés est extrêmement préoccupant", a estimé Sarah Jackson, directrice adjointe de l'ONG pour l'Afrique de l'Est, les Grands Lacs et la Corne de l'Afrique.
L'organisation appelle les autorités à "mettre fin à cet usage meurtrier de la force et empêcher de nouvelles effusions de sang inutiles".
Le président Omar el-Béchir a promis lundi aux Soudanais de "vraies réformes" au sixième jour de manifestations contre le prix du pain assombries par des heurts meurtriers et qui constituent l'une des plus importantes contestations de son pouvoir en trois décennies.
Il s'agit de la première réaction du président soudanais, au pouvoir depuis 1989, au mouvement de contestation sociale qui touche plusieurs villes du pays dont la capitale.
"L'Etat va entreprendre de vraies réformes pour garantir une vie digne aux citoyens", a déclaré M. Béchir, 74 ans, lors d'une réunion avec les chefs des services de sécurité et des renseignements, selon l'agence de presse officielle Suna.
"J'appelle les citoyens à ne pas croire ce que disent" les leaders du mouvement, a-t-il ajouté.
Le parti au pouvoir du Congrès national avait affirmé plus tôt comprendre la colère de la population face à la mauvaise situation économique. Mais son porte-parole, Ibrahim el-Sadik, avait aussi accusé "les partis de gauche qui souhaitent déstabiliser l'appareil d'Etat" et Israël d'être à l'origine de ces protestations.
Une grève a débuté lundi à l'appel d'un rassemblement de professionnels de différents secteurs après cinq jours de manifestations.
Les hôpitaux ont été les premiers à rejoindre ce mouvement, a confirmé à l'AFP Mohamed al-Assam, membre du comité des médecins au sein de ce rassemblement.
Cette organisation a affirmé dans un communiqué qu'elle comptait remettre mardi au palais présidentiel une demande officielle exigeant la "démission immédiate du président en réponse à la volonté du peuple soudanais" et la "formation d'un gouvernement transitoire".
Devant un hôpital public du sud de Khartoum, des médecins avaient placé des pancartes sur lesquelles était écrit: "Médecins en grève, seulement les cas d'urgence", selon un journaliste de l'AFP.
Le mouvement de colère d'une partie de la population, qui a touché jusque-là une dizaine de villes, a été déclenché le 19 décembre par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, dans un pays en plein marasme.

Mercredi 26 Décembre 2018

Lu 267 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com