Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Tanger à l’heure du 1er festival digital Africa Taba’Talent




La 1ère édition du festival digital Africa Taba’Talent s’est ouverte, samedi à Tanger, avec une série d’activités culturelles et de spectacles animés par de jeunes artistes marocains et migrants, pour le plus grand bonheur des férus de l’art et de la créativité.
Initié par l’association Tabadoul, située à Tanger, cet événement, qui s’est tenu les 25 et 26 juillet, vise à mettre à l’honneur les performances en musique, danse et chant, des artistes résidents et des gagnants des opens mics et battle de danse de Tabadoul, ainsi qu’à promouvoir les valeurs de tolérance, de vivre ensemble et de diversité culturelle.
“Le festival devait se tenir en plein air sur la nouvelle Marina de Tanger, mais étant donné la situation mondiale liée au Covid- 19 nous avons décidé d’adapter le festival à la situation sanitaire du Maroc, en proposant une édition entièrement digitale et gratuite sur notre site et nos réseaux sociaux”, a expliqué la présidente de l’association Tabadoul, Silvia Coarelli, ajoutant que “ne pas réaliser cette édition 2020 aurait voulu dire renoncer à la construction de ce rêve”. Dans une déclaration à la MAP, Mme Coarelli a précisé que la transformation d’un festival “réel” en “digital” nécessite des moyens et toute une logistique complètement différents, faisant savoir que l’association a travaillé depuis mars dernier pour essayer de rendre ce rendez-vous culturel le plus fidèle possible à ce qu’aurait été le Festival sur la marina de Tanger. Le Festival Africa Taba’talent, a-t-elle poursuivi, est l’aboutissement d’une initiative, lancée en novembre dernier et réalisée par Tabadoul, dans le cadre du projet “Création d’opportunités pour la jeunesse au Maroc”, mis en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), grâce à l’appui financier de l’Agence catalane de coopération au développement (ACCD). 
Cette initiative a permis la mise en place d’une série d’open mic, d’accompagnements, de formations et de résidences pour les jeunes artistes en herbe présents à Tanger. Et le Festival a pour objectif d’inviter ces artistes pour venir défendre et présenter leur voix, leur musique, leur danse et leur art, a relevé Mme Coarelli, notant que ce projet a permis d’intégrer les jeunes artistes marocains et ceux provenant d’autres pays du continent, et de les faire évoluer ensemble.  “Le projet Africa Taba’talent a permis encore plus à Tabadoul d’encourager les jeunes à échanger et surtout à s’entraider, et à respecter autrui avec toutes ses différences”, a-t-elle insisté. L’objectif général de ses activités est de soutenir la mise en oeuvre de projets visant à favoriser l’inclusion, l’autonomisation et la cohésion sociale entre les jeunes marocains et migrants étrangers en situation difficile à Tanger, en utilisant le vecteur de la culture et de l’art.
Des workshops en break dance, graffiti et parkour, organisés par des jeunes marocains, des migrants et des participants de Tabadoul, figuraient aussi au menu de cette édition, outre des projections de documentaires à thématiques engagées et le making-off sur le projet Africa Taba’Talent. Concernant les concerts et spectacles au programme de cette édition, ils ont été partagés en plusieurs sections, dont les musiques originelles, les musiques Covers, les danses solo, les danses collectives et les rencontres artistiques, qui ont été animées par plusieurs artistes, dont Yasmine Jhabli, Tofangui Wilfried Coulibaly, Ossama Eliane Jaelle Coulibaly, Jean Eudes Aka, Naomie Anne Metushelah coulibaly, Anass Tsouli, Saoussan Kotbi, Yasmine Chakir, Abdelmounim Mensouri, Imad Ben Rkia, Sophie Christelle Guei, Najlae Boujemaa, Sophie Christelle Guei et Tchuppo Laudrice.
A l’affiche figuraient aussi des expositions réalisées par les bénéficiaires du projet sous la direction d’artiste affirmés. Parmi elles les expositions “Roboteca” et “Cartes postales”, qui sont le résultat d’ateliers menés auprès des jeunes talents visuels de Tabadoul lors des neuf derniers mois.
Le Centre culturel Tabadoul, après 7 ans d’activités, s’est imposé comme scène musicale locale indépendante à Tanger. Il est ouvert aux artistes engagés du monde entier qui veulent se produire à Tanger.
Cette proximité permet aux jeunes de voyager : avec une mobilité réduite voire quasi nulle, le monde vient à eux ! Il amène des professionnels de la gestion culturelle, de la scène musicale, et de la régie technique qui prêtent main forte à Tabadoul dans l’accompagnement professionnel et artistiques des jeunes, explique l’association dans un communiqué. Tabadoul a mis en place une série d’activités de novembre 2019 à juin, dont des Open mics de musique et des battles de danse réguliers avec à la clé une résidence artistique pour les participants, des résidences artistiques en danse, chant et musique, des résidences d’accompagnement et de développement personnel en technique de scène, en graphisme et audiovisuelle, des workshops liés au métier des arts et du spectacle, et aux compétences artistiques, ainsi que des cours de langues de darija et français et des projections- débat.

Mardi 28 Juillet 2020

Lu 787 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif