Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Pudibonderie ministérielle




​Pudibonderie ministérielle
Si ce n’est pas Benky, c’est Khalfi. Le ministre de la Communication donne, au fait, une piètre image de sa conception  de la communication. Le comble, c’est qu’il se trouve aussi être porte-parole du gouvernement.
Et avec tout ça, il choisit de s’exprimer via Facebook ! Mais entre nous, mieux vaut coucher quelques mots à travers un réseau social que de courir le risque de commettre de grosses énormités dans les studios d’Europe 1. C’est clair.
On ne peut s’empêcher de remercier Ba Settouf, parce que, avec lui, il y a toujours matière à écrire et à … rire.
Son avant-dernière sortie de ses gonds, on la doit à Much loved et à Nabil Ayouch. Dans sa précipitation, dans sa furie, le doux ministre s’est improvisé en vilain censeur, oubliant que l’on est dans un Etat de droit  et qu’en aucun cas, il ne devait prendre une décision aussi importante. Aussi grave.
Faut-il en rire ou en pleurer ? Mais avec lui, on est en droit de s’attendre à mieux ou au pire. C’est selon.
Alors qu’il avait tout intérêt à se faire oublier, le temps que l’on digère sa trop grosse bourde, il ressurgit de nulle part pour dire tout le mal qu’il pense de l’art et de 2M.
On le croyait au Canada. On s’était dit que ce séjour, si court soit-il, devait lui servir pour qu’il apprenne à faire la part des choses et à regarder de près comment agissent de vrais ministres dans un pays authentiquement démocratique.
Combien nous aurions aimé qu’il prolonge son séjour un peu plus, le temps pour des dizaines de milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs d’apprécier les spectacles de haute facture que leur propose ce grand festival qu’est Mawazine.
 Mais c’était trop lui demander. C’est dire s’il ne l’a pas fait exprès.  Il s’amène fissa et prend même le temps de regarder cette chaîne à laquelle il est particulièrement allergique et même au-delà de minuit, le vicelard ! Il aurait  pu éteindre  sa télé et aller se coucher tranquillement, surtout que la même méchante récidiviste 2M l’avait déjà irrité au plus haut point en lui servant des feuilletons mexicains.
 Non, au lieu de cela, il serait resté collé à sa télé pendant trois longues heures.  On ne sait pas vraiment si en son for intérieur  Khalfi le citoyen n’a pas aimé.
 Quant à Khalfi le ministre et juste avant de s’abandonner dans les bras de Morphée, il se saisit de son ordi (cette autre invention diabolique !) et pianote sa sentence. 2M n’aurait pas respecté son cahier des charges à lui.  Et cette fois, il dit vouloir s’en remettre à la HACA. Heureusement qu’il y a eu ce voyage au Canada. Sinon, il aurait fait comme pour le film et bombarder tout Aïn Sebaâ.
Mais il faut dire qu’il n’y a pas que lui.  Bon nombre de députés PJD n’en finissent pas de se mordre la queue. D’ailleurs c’est toujours ainsi à chaque Mawazine.
Décidément, il y en a qui sont nés par erreur dans ce beau pays qu’est le Maroc.

Par Mohamed Benarbia
Lundi 1 Juin 2015

Lu 849 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés