Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le phare de Cap Spartel fête ses 150 ans

Un magnifique patrimoine de Tanger




​Le phare de Cap Spartel fête ses 150 ans
Le phare de Cap Spartel (ras Spartel, en arabe), anciennement connu sous le nom de Cap ampelusium ou Cap des vignes, fait partie du patrimoine des côtes Nord du Maroc.
Situé à l'entrée sud du Détroit de Gibraltar, à 15 kilomètres de la ville de Tanger, il est le premier phare du réseau d'établissements de signalisation maritime du Royaume.
Vieux d'un siècle et demi, il fut construit sous le règne de Sidi Mohammed Ben Abderrahmane en vue de guider les navires à bon port et d’éviter les accidents, à l’époque très fréquents, au large de la côte. 
La construction de cet édifice dont la lumière porte à 30 milles marins (55,6 km2), a, en effet, été décidée pour mettre fin aux nombreux naufrages qui survenaient au large.
Démarré en 1860, il sera mis en service le 15 octobre 1864, à la joie des représentants consulaires des puissances européennes qui le réclamaient. 
Pour l’anecdote, «plusieurs avancées techniques ont marqué l'histoire de l'édifice, qui a commencé avec la mise en service d'un appareil optique d'une puissance de 20.000 bougies décimales pour arriver à un système lenticulaire d'une grande puissance, installé en 1931. Un système sonore, utile en temps de brume, a été mis en place en 1933 et, en 1937, un radiophare a été ajouté pour permettre aux navires de déterminer leur position», rappelle la MAP.
Par ailleurs, poursuit l’agence, l'inauguration de cette magnifique structure a coïncidé avec la signature d'une convention entre le Maroc et dix pays occidentaux ; à savoir l'Autriche, la Belgique, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, la Hollande, le Portugal, l'Espagne, la Suède et les Etats-Unis. Selon les termes de cette convention, ces pays s'engageaient à prendre en charge « tous les frais de la direction et de l'entretien du phare étant donné que le Royaume ne possédait pas de flotte commerciale à l'époque», précise l’agence.
Edifié à une altitude de 250 mètres, le phare de Cap Spartel a bonne réputation auprès des Tangérois mais aussi des tour-opérateurs et guides de voyage. Ces derniers vantent la beauté et le charme d’une structure dont les environs offrent une magnifique vue sur la côte.
En effet, souligne l’un d’eux, «la zone autour de Cap Spartel est populaire pour l'observation des oiseaux, en particulier avec les migrations vers l'Europe».
Signalons qu’à l’occasion des 150 ans de cette structure, la ville abrite plusieurs activités artistiques et culturelles. 
Organisées depuis le 16 octobre jusqu’au 15 novembre prochain, elles visent à mettre en exergue l'importance de cette structure. 

Alain Bouithy
Samedi 18 Octobre 2014

Lu 811 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés