Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Conseil supérieur de l'éducation tient sa sixième session à Rabat




​Le Conseil supérieur de l'éducation tient sa sixième session à Rabat
Le Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique a tenu, récemment à Rabat, sa sixième session consacrée à l'examen du projet d'avis du Conseil sur le projet de loi relatif à l'enseignement supérieur, à la présentation de la version revue et corrigée du rapport sur l'évaluation de l'application de la Charte nationale d'éducation et de formation entre 2000-2013 ainsi qu'à l'examen de la procédure de validation des travaux de l'Instance nationale d'évaluation.
Intervenant à cette occasion, le président du Conseil, Omar Azziman, a indiqué que le projet d'avis, soumis aux travaux de cette session, constitue l'aboutissement d'un processus de maturation initiée par la mise en place d'une commission ad-hoc pour analyser le projet de loi et élaborer un projet d'avis tout en prenant en compte les observations du bureau du Conseil et proposer une nouvelle version du projet d'avis.
M. Azziman a également rappelé les étapes par lesquelles est passé le rapport sur l'évaluation de l'application de la Charte nationale d'éducation et de formation entre 2000-2013, soulignant que le travail a été lancé en octobre 2013 et que la première version avait été soumise à l'assemblée générale au cours de la 2e session qui s'est tenue en septembre 2014.
Et d'ajouter que les commissions permanentes ont apporté, chacune dans son domaine de compétence, leur contribution au cours des mois de décembre 2014 à février 2015, et que l'Instance nationale d'évaluation a examiné les différentes contributions et pris en compte un grand nombre d'observations dans l'élaboration de cette dernière version du projet, affirmant que la version actuelle prend en compte les conclusions du débat de la session plénière et les contributions des commissions permanentes et peut être considérée comme une version revue, corrigée et refondue.
S'agissant de l'examen de la nouvelle version du projet de statut du personnel du Conseil, M. Azziman a noté que dans le cadre de la réorganisation du Conseil et de la mise en œuvre de la nouvelle loi, il a été jugé utile de doter son personnel d'un nouveau statut qui tienne compte de la mission du Conseil, du profil particulier de ses cadres, plus proche de celui des chercheurs que de celui des fonctionnaires, qui leur ouvre des perspectives de carrière et qui préserve les droits légalement acquis.

Samedi 11 Avril 2015

Lu 129 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif