Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La liberté d’expression sous scellés


​La liberté d’expression sous scellés
Le gouvernement Benkirane a eu, depuis qu’il est là, vieux jeu de tenter de s’en prendre à la liberté d'expression. Cette pratique est classique au regard d’arcanes d’un parti, juste rompu à l’exercice de sa propre promotion, sans plus. C’est somme toute normal quand on détient le pouvoir d’un semblant d’urnes en poche sur les 55% qui s’en sont abstenus.  
D’ailleurs, depuis que le PJD et consorts s’y sont mis, la discrimination est devenue la règle de conduite dans toute décision. Mais on ne peut reprocher à un gouvernement en ces temps où la liberté de parole est mise entre guillemets, de déroger à sa logique, celle sacro-sainte, d’atteinte à la liberté d’expression. 
Paradoxalement, cette dernière serait inappropriée pour nous autres partis d’opposition ; à l’inverse, elle serait pour servir au mieux leurs intérêts électoralistes. Tous les moyens sont bons pour tyranniser l’autre, celui « coupable » d’avoir un avis autre que le leur. 
D’ailleurs, ceux qui ont osé s’y essayer, se sont vite vus affublés de tous les stéréotypes synonymes d’indésirables.
L’affaire du Pr Chraïbi tout récemment est là, concrète, et illustre au mieux la cacophonie ambiante et les exemples en la matière sont légion. 
Louardi, El Ouafa, l’apatride politique de service dans le gouvernement Benkirane ainsi que l’expert non indépendant en la matière, la voix de son maître El Khalfi et bien d’autres encore, sur fond religieux et politique de pacotille, en plus d’être incompatible avec une réalité autre que la leur, s’en donnent à cœur joie au périlleux jeu du «casse-toi… et marche à l’ombre», au risque d’un effet boomerang.  
Benkirane et les siens qui se sont spécialisés dans la diffamation publique et le dénigrement, s’essayent à nous priver d’un droit fondamental, celui de la liberté de parole. Il y va de leur vision dangereusement simpliste. Ils peuvent parfaitement s’arroger le droit de prendre les vessies pour des lanternes. Pourtant, la liberté d’expression, quant à elle, ne saurait, en aucun cas, être muselée.
 

Libération
Vendredi 13 Février 2015

Lu 46446 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Septembre 2021 - 20:58 Edito: La social-démocratie: Ici et maintenant

Samedi 2 Mai 2020 - 10:08 Médias 24 : La vérité est ailleurs

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS