Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L’art de noyer le poisson dans une pelouse




​L’art de noyer le poisson dans une pelouse
A-t-on trop parlé du ministre Ouzzine ou pas assez ? Au fait, il a toutes les raisons du monde d’apprécier, lui qui aime tant être sous les feux de la rampe. Lui qui a fait le tour des studios, plateaux et autres rédactions, y compris l’inénarrable «Machin show» pour parler de tout et de rien. Nous avons fait l’effort de gober ses prétentions pour aller jusqu’à croire que nos stades n’ont rien à envier à Bernabeu ou Nou Camp et que sous son règne, notre sport se porte et se portera à merveille. Sauf que le ciel a vite fait de mettre à nu sa ministérielle suffisance. Bien de balais et de seaux peuvent en témoigner.  A nos dépens hélas. Au lieu de se faire discret, et raisonnablement  petit, il n’a rien trouvé de mieux que de s’en prendre à tous ceux qui ont exprimé leur tristesse et leur dépit de voir l’image du pays embourbée de la sorte. Et dans son élan, il tente désigner à la vindicte populaire quelques cadres de son ministère en procédant à une suspension à peine déguisée. Pourquoi alors avoir mis sur pied une «commission d’enquête» si ce n’est pas pour attendre les résultats de la supposée enquête ? Il faut dire que c’est là le meilleur moyen de se prémunir contre toute mauvaise surprise. De l’autoprotection à la Ouzzine. 
Sinon comment s’expliquer la privation de signature, à titre d’exemple, du directeur des sports au ministère alors qu’il n’a jamais eu à se mêler de quelque marché que ce soit et encore moins de ceux jugés trop louches aujourd’hui ?
C’est ce qu’on appelle chercher à noyer le poisson. Et dans une pelouse qui plus est !

Par Mohamed Benarbia
Vendredi 19 Décembre 2014

Lu 1304 fois


1.Posté par BEHRI ABDELAAZIZ le 21/12/2014 13:33
Tel est pris qui croyait prendre. En effet, Ouzzine a joué son rôle de chef en ordonnant la sanction de ses subalternes, mais il oublié qu'il a lui-même un chef qui peut faire la même chose, peut-être pire. Celui-ci l'a effectivement privé de la finale dont il avait beaucoup rêvé. Il est vrai qu'on ne peut pas demandé à Ouzzine de démissionner car l'équipe des directeurs et sous-directeurs était là bien avant lui. On ne peut pas, non plus perdre de vue l'éventualité d'une magouille pour l'évincer du ministère ( sous d'autres cieux, le ministre engage sa responsabilité en amenant avec lui un staff technique des gaffes duquel il répond!), et cela s'était vu par le passé. Il a eu ce qu'il mérite et ses collègues doivent savoir raison garder. Gare à l'effet boomerang!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés