Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Israël intercepte un navire de militants pro-palestiniens en mer

Le blocus de la Bande de Gaza maintenu




​Israël intercepte un navire de militants pro-palestiniens en mer
Les forces israéliennes ont annoncé avoir intercepté, sans faire usage de la force, un navire qui tentait de briser le blocus de Gaza, avant de l'escorter vers le port d'Ashdod tôt lundi, cinq ans après une tentative similaire qui avait tourné au drame.
"Conformément au droit international, la marine israélienne a demandé à plusieurs reprises au navire de changer de cap", affirme l'armée dans un communiqué. "Face à un refus, la marine a intercepté le navire dans les eaux internationales pour l'empêcher de briser le blocus de la Bande de Gaza", poursuit le texte.
Désormais escorté vers le port israélien d'Ashdod, au nord de Gaza, le navire avec à son bord des militants pro-palestiniens devrait accoster d'ici 12 à 24 heures, toujours selon le communiqué.
Une porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait du chalutier suédois Marianne, l'un des quatre bateaux de la "Flottille de la liberté III" qui compte environ 70 membres, dont le député arabe israélien Bassel Ghattas, l'ancien président tunisien Moncef Marzouki et des députés de pays européens et arabes.
Les trois autres navires ont "changé de cap et regagné leur port d'origine", selon un communiqué diffusé par les militants à bord du "Canadian Boat to Gaza," avant l'interception du bateau suédois.
Les passagers de la "Flottille de la liberté III" affirment eux vouloir attirer l'attention sur le blocus terrestre, aérien et maritime imposé par Israël à la Bande de Gaza après l'enlèvement d'un de ses soldats en juin 2006 par le Hamas puis renforcé lors de la prise du pouvoir du mouvement islamiste un an plus tard. 
Concrètement, ce blocus signifie qu'il est impossible de pénétrer dans les eaux gazaouies, ou de s'éloigner de plus de six miles nautiques des côtes de Gaza sous peine d'essuyer des tirs de la marine israélienne, comme cela arrive régulièrement aux pêcheurs palestiniens.
La Flottille, dont l'expédition a tourné court lundi matin, entendait capitaliser sur le contexte actuel, alors qu'Israël fait face à des appels au boycott et des pressions internationales, et que l'ONU vient d'accuser l'Etat hébreu, tout comme les groupes armés palestiniens, de possibles crimes de guerre durant le conflit qui a ravagé Gaza il y a un an.
Mais avant elle, des militants pro-palestiniens avaient déjà à plusieurs reprises tenté de briser le blocus par la Méditerranée.
Le 31 mai 2010, une expédition avait fini dans le sang quand des commandos israéliens avaient donné l'assaut dans les eaux internationales sur six navires civils, dont le Mavi Marmara, acheminant de l'aide humanitaire à Gaza. Dix Turcs avaient été tués, provoquant une grave crise entre Israël et la Turquie.

Mardi 30 Juin 2015

Lu 56 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.