Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Abdelkebir Tabih Rabat ne peut être tenu pour responsable de la crise avec Paris




​Abdelkebir Tabih Rabat ne peut  être tenu pour responsable de la crise avec Paris
Dans un entretien publié par notre confrère Al Ittihad Al Ichtiraki, l’avocat  Abdelkbir Tabih du barreau de Casablanca, revient sur les tenants et aboutissants de la crise diplomatique entre le Maroc et la France. Une crise qui s’est déclenchée en février dernier après que le directeur de contre-espionnage, Mohamed Hamouchi, directeur de la DST, a été convoqué par un juge d’instruction, lors d’une visite officielle à Paris, suite à laquelle le Maroc à suspendu  sa coopération judiciaire avec l’Hexagone.
Abdelkebir Tabih a tenu en premier lieu à préciser que ce n’est pas le Maroc qui  a mis fin à sa coopération judiciaire avec la France comme avancé par certains, mais la décision du Maroc était en  réaction à l’interdiction du magistrat de liaison marocain qui se trouve à Paris, en l’occurrence, Samira Maddoune, de s’acquitter de sa mission  en tant représentante du Maroc et du ministère de la Justice et des Libertés. De ce fait, c’est la France qui a mis fin de manière effective aux accords de coopération judiciaire entre les deux pays, a-t-il affirmé.  
Abdelkbir Tabih a tenu aussi à rappeler l’origine de cette crise lorsque la police  fait irruption dans la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa, pour remettre à Abdellatif  Hamouchi  une convocation émanant d’un juge d’instruction au sujet d'une plainte  déposée contre lui  pour  complicité de torture, par une organisation non-gouvernementale (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture), Zakaria Moumni, Adil Lamtalssi et Ennaâma Asfari. Ce qui est en fait une violation de la convention de Genève relative à l’immunité diplomatique et une ingérence dans la justice marocaine.   
A une question sur l’actuel accord et son efficience auquel sont parvenus la Garde des sceaux française Christiane Taubira et le ministre  de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid, Abdelkbir Tabih  a répondu que  cet accord sur l’amendement de la convention d’entraide judiciaire est susceptible d’éviter de pareille crise politique et diplomatique entre les deux pays unis par des relations historiques, stratégiques et culturelles. 
Selon Abdelkbir Tabih, le Maroc n’a pas perdu de temps pour résoudre cette  crise et n’est pas tenu pour  responsable du retard avant le dernier accord entre les deux pays. Au contraire, il était le premier à prendre des initiatives pour régler ce différend et pallier les erreurs de l’Hexagone.  

L.B
Jeudi 5 Février 2015

Lu 593 fois


1.Posté par Rahmouch Safia le 19/02/2017 14:10 (depuis mobile)
Bonjour maître tabih ,Je me présente Mme rahmouch Safia étant donné que je réside en France depuis trentes longue année ma famille et moi même avons laissé traîner le partage de notre héritage toutes ces années l''histoire est compliquée

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés