Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Zlatan Ibrahimovic : Plus je vieillis, plus j'ai de la patience


L' inaltérable star du football suédois Zlatan Ibrahimovic, 39 ans, a assuré lundi être devenu plus patient avec le temps, à l'aube de son retour après plus de quatre ans d'absence sous les couleurs de la Suède, jeudi. "Plus je vieillis, plus j'ai de la patience. Tant sur le terrain qu'en dehors", a affirmé le quasi quadragénaire lors d'une conférence de presse à trois jours d'un match de qualification face à la Géorgie pour le Mondial-2022. L'attaquant aux 62 buts en sélection, qui s'était rapproché du sélectionneur ces derniers mois pour un retour en sélection en confiant que le maillot jaune et bleu lui manquait, a assuré qu'il ne s'agissait pas de briller qu'individuellement. "Je ne suis pas là pour avoir mon propre +show+", a lâché celui qui avait la semaine dernière qualifié son come-back de "retour du Dieu". "Je ne suis qu'un morceau de puzzle parmi plein de morceaux de puzzle", a-t-il encore affirmé, "mais si vous me demandez, je suis le meilleur du monde!", a-t-il plaisanté. L'attaquant vedette de l'AC Milan avait-il imaginé porter à nouveau le maillot de la Suède après l'Euro-2016, lorsqu'il a pris sa retraite internationale? "Impossible". "J'avais dit que je ne jouerais peut-être même plus au football dans cinq ans", a-t-il reconnu. Le temps semble pourtant avoir parfaitement fait son oeuvre sur le géant suédois (1,95 m), en pleine forme cette saison en Serie A en dépit de ses blessures. Loin de la sélection suédoise, "Ibra" l'assure: "J'ai tout le temps suivi l'équipe nationale. Jouer en équipe nationale est la plus grande chose que l'on puisse faire en tant que joueur de football. Pendant que je les suivais, au fond de moi, je me disais +je pense que je peux faire quelque chose+". Personnalité clivante dont l'ego surdimensionné est souvent mis en lumière, Zlatan Ibrahimovic a également montré lundi un côté plus sensible de sa personnalité: interrogé sur ce que ses deux fils, Maximilian et Vincent, âgés de 14 et 13 ans, pensaient de son retour, le joueur a tenté de contenir ses larmes. "Ce n'est pas une bonne question que vous posez. J'ai eu Vincent ici, qui a même pleuré quand on l'a quitté. Mais ça va, ça va", at-il répondu, ému.

Libé
Mardi 23 Mars 2021

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS