Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vivement que la superbe épopée se poursuive !

Et on ne fait pas dans la nostalgie


Mohamed Bouarab
Samedi 10 Décembre 2022

Il y a 36 ans de cela, Maroc 3 Portugal 1

Vivement que la superbe épopée se poursuive !
Le Onze national croisera le fer, ce samedi à partir de 16 heures au stade Al Thumama à Doha, avec son homologue portugais pour le compte des quarts de finale de la Coupe du monde-Qatar 2022.
Voilà un match qui revêt une importance capitale pour le football national qui, de toute son histoire, n’avait jamais atteint ce stade avancé de la compétition dans une épreuve majeure de la FIFA.

Depuis l’entame du tournoi, l’on a pu voir à l’œuvre une EN héroïque, décidée non seulement à faire bonne figure mais également à jouer pleinement ses chances dans une cour exclusive aux cadors du football mondial. Et l’on voit mal comment il en sera autrement lors de cette rencontre devant une sélection portugaise et son armada de stars qui, sur le papier, partiront avec les faveurs des pronostics.
Une donne faite pour arranger les affaires des poulains de Walid Regragui qui portent bien la casquette d’outsider. Une EN qui bénéficie d’un soutien sans limite du public marocain et d’un capital sympathie énorme de tout le monde, des atouts faits pour l’encourager à aller davantage de l’avant.

Pour cette opposition qui sera sifflée par l’arbitre argentin Facundo Raúl Tello Figueroa (3ème arbitrage argentin pour le Maroc au cours de ce Mondial), l’on doit s’attendre à une équipe marocaine compacte, devant trouver son salut dans le pressing et la combativité en vue d’avorter tout assaut orchestré par les partenaires de Bruno Fernandes, l’homme qui porte vraiment cette équipe portugaise, contrairement à un CR7, ombre de lui-même, bien parti pour être retenu comme remplaçant , comme il l’a été lors du match face à la Suisse.

Il est vrai que le Portugal compte dans ses rangs des joueurs de classe mondiale, mais cela ne doit en aucun cas inquiéter outre mesure les internationaux marocains appelés à jouer libérés de toute pression.
Atteindre les quarts, ça reste une performance inédite, franchir ce cap, ça sera un exploit jamais égalé par une sélection africaine, du fait que le meilleur résultat jusqu’ici reste une qualification à ce tour décrochée par le Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002 et le Ghana en 2010.

Pour le Maroc, qui en est à sa sixième participation aux phases finales d’une Coupe du monde, la perf a été les huitièmes de finale au Mexique en 1986. Une qualification obtenue aux dépens de la sélection portugaise de l’époque battue par 3 à 1, sachant que le deuxième face-à-face entre les deux équipes a eu lieu 32 ans plus tard en Russie, match soldé sur une victoire contestée de la Séleçao par 1 à 0.

Pourvu que la belle soit marocaine sachant que les Nationaux sont bien outillés pour réaliser ce rêve tant caressé par leur coach Walid Regragui qui, à chacune de ses sorties médiatiques, n’a jamais manqué de le rappeler.

Reste à savoir dans quel état physique les joueurs marocains aborderont ce match après avoir fourni de grands efforts contre l’Espagne en match des huitièmes de finale, bouclé après 120 minutes de jeu (0-0) et le recours à la séance des penalties (3-0), durant laquelle le keeper marocain Yassine Bounou s’est illustré de la plus belle des manières en interceptant trois tirs.

Un match au cours duquel, comme précité, les joueurs ont dépensé beaucoup d’énergie et certains éléments ont terminé la partie avec des blessures dont la plus sérieuse est celle contractée par Nayef Aguerd, incertain face au Portugal.

Ça reste le seul forfait prévisible, lourd, certes, mais que Walid Regragui tâchera de surmonter en comptant sur les services de joueurs qui ont montré de la niaque, de la solidarité et de la détermination afin de couronner leur mission d’un plein succès.

Pour rappel, le Onze national était parvenu à terminer leader de la phase de poules avec 7 points et ce, après avoir forcé le nul blanc devant la Croatie et surclassé la Belgique (2-0) et le Canada (2-1). Au tour des huitièmes de finale, l’EN a sorti la Roja et a précipité le limogeage de son coach Luis Enrique remplacé désormais par un autre Luis, De La Fuente cette-fois-ci.

Outre le match Maroc-Portugal, la journée de samedi verra la programmation du dernier quart de cette Coupe du monde, un classique qui opposera la France, tenante du titre, à l’Angleterre, l’une des équipes favorites pour le sacre final.

Mohamed Bouarab


Lu 575 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS