Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une fête marocaine à travers le monde




Après un match interdit aux cardiaques, l’euphorie s’est emparée des Marocains de Paris et sa région qui, comme leurs concitoyens à travers le Royaume, ont tenu à manifester de manière éloquente leur joie immensurable à la suite de la qualification des «Lions de l’Atlas» à la Coupe du monde 2018 en Russie.
Dès le sifflet final de la rencontre que le Maroc a remportée avec brio face à la Côte d’Ivoire (2-0), les ressortissants marocains ont investi les principales artères de la capitale française donnant libre cours aux manifestations les plus expressives d’allégresse et de fierté de l’exploit réalisé par la sélection nationale. 
Brandissant le drapeau national et vêtus pour un grand nombre d’entre eux du maillot national, ils n’ont eu de cesse de scander des slogans à la gloire du Maroc et des «Lions de l’Atlas» qui viennent de signer en lettres d’or leur retour à une compétition qui, pendant trop longtemps, leur a tourné le dos.
Partout, le paysage est le même : drapeau national, chants, danses, youyou, battements de tambour… Là où il y a des Marocains, la liesse est perceptible comme c’est le cas pour la tente «Khaymatna» à Montreuil qui a accueilli, pour la circonstance, plus de 200 personnes, aussi bien des nationaux que des étrangers appartenant à des pays frères et amis.
L’ambiance chaleureuse qui a régné au sein de cette tente spécialement aménagée et dotée d’un écran géant, a été enflammée par la musique gnaouie et chaabie qui a ajouté à la ferveur régnant parmi l’assistance.
Se donnant le mot à travers les réseaux sociaux, des milliers de Marocains ont convergé du tout Paris vers la célèbre avenue des Champs Elysées pour afficher, dans une ambiance on ne peut plus festive, leur jubilation après l’exploit de la sélection nationale, au milieu d’un concert de klaxons, de youyou de femmes et de slogans magnifiant l’événement.
Plusieurs célébrités ont tenu à cette occasion à réagir sur Twitter et Instagram à l’image du comédien Jamal Debbouze qui a posté des vidéos le montrant en train d’exulter à chaque but marqué par la sélection nationale ainsi que Gad El Maleh qui, sur fond du drapeau national, a écrit «Bravo les Lions Vive le Maroc».
Pour sa part le journaliste Ali Baddou a twitté : «Le Maroc en Coupe du monde ! yeeees. Bravo les Lions».
Les Marocains résidant en Espagne, toutes générations confondues, n’ont pas manqué eux aussi de célébrer la qualification. Préférant dans leur majorité les cafés tenus par des compatriotes, les membres de la communauté marocaine en Espagne se sont précipités à y prendre place plusieurs heures avant le début du match décisif contre la Côte d’Ivoire pour vivre ensemble ce moment de liesse. Vêtus de maillots de l’équipe nationale ou arborant les drapeaux du Royaume, ils ont laissé libre cours aux expressions les plus éclatantes de joie et d’enthousiasme après le coup de sifflet final de cette rencontre, comme ce fut le cas au café-restaurant Sultan à Parla, dans la banlieue madrilène.
"La qualification de nouveau des Lions de l’Atlas aux phases finales de la Coupe du monde de football est un moment que nous attendons depuis des années. Notre joie est immense et indescriptible", a confié à la MAP Abderrahim Dhaiba, propriétaire du café.
A Barcelone, la liesse populaire était aussi au rendez-vous chez la communauté marocaine installée dans cette ville du nord-est de l’Espagne.
En effet, la "Peña Blaugrana de Bareclone", une association de supporters marocains de l’équipe du FC Barcelone, a organisé une cérémonie à l’occasion de ce match, à laquelle ont pris part les membres de cette entité et leurs familles soudés autour de leur passion pour le ballon rond et encore plus cette fois-ci avec un élan patriotique. 
Regroupant des Marocains exerçant comme cadres ou dans des professions libérales, ainsi que des étudiants, cette Peña a organisé une animation d’envergure pour faire de cet événement une fête inoubliable.
La qualification du Maroc à la Coupe du monde Russie-2018 "est un événement mémorable qui était tant attendu par les Marocains aussi bien ceux vivant dans le Royaume que ceux installés à l’étranger", a déclaré à la MAP le président de la "Peña Blaugrana de Bareclone", Abdelkader Magnas.
Par ailleurs, un grand nombre de Marocains de Genève ont manifesté leur joie dans le centre-ville, samedi soir, suite à la qualification de la sélection nationale à la Coupe du monde de football 2018, après vingt ans d'attente.
A la fin de la rencontre, les membres de la communauté marocaine ont envahi les rues où ils ont laissé éclater leur joie à coups d'interminables klaxons et de chants patriotiques.
"Nous sommes fiers de l'exploit de ce soir et de cette nouvelle génération de joueurs qui émergent, capables de relever le défi du premier tour de la prochaine Coupe du monde", s'est réjouie Meryem N., cadre marocaine de 30 ans.
"Vive le Maroc, Dima Maghrib !", a-t-elle lancé parmi un groupe de jeunes sortis célébrer cette cinquième qualification du Maroc au Mondial en brandissant les couleurs nationales.
Pour Said Assafi qui a suivi le match décisif dans un café du centre-ville, l'actuelle génération des Lions de l'Atlas a fait preuve de pragmatisme et d'un certain progrès tout au long des qualifications sous l'impulsion de l'entraîneur expérimenté Hervé Renard.
"J'espère que l'équipe nationale pourra maintenir le cap lors du Mondial russe", a-t-il dit, affirmant que le Royaume récolte aujourd'hui les fruits de la nouvelle dynamique marquée par un meilleur encadrement du football grâce à la mobilisation des moyens nécessaires, aux infrastructures de haut niveau et à une plus grande motivation des joueurs.
Les Marocains de Belgique ont fêté allègrement, samedi soir, la qualification de l’équipe nationale de football. A Bruxelles dans les quartiers qui connaissent une forte affluence de la communauté marocaine, les cafés et lieux de rencontres faisaient déjà le plein dès les premières heures de l’après-midi dans l’attente de la transmission en direct du match. Nombreux supporters étaient vêtus de maillots des Lions de l’Atlas, alors que d’autres brandissaient fièrement le drapeau national. Au sifflet final, la foule a envahi en une fraction de seconde les grandes artères agitant les drapeaux et entonnant l’hymne national et des chants à la gloire de l’équipe nationale. Au son d’interminables coups de klaxons, actionnant des feux d’artifice et des jeux de pétards et poussant des cris et des vivats, jeunes et moins jeunes ont laissé libre cours à leur joie incommensurable en ce jour mémorable où le Onze national a fait sensation. « Vive le Maroc ! », « Vive SM le Roi » répétaient en chœurs les supporters en liesse. Le même enthousiasme et la même ferveur étaient de mise à Anvers, Liège et dans d’autres villes de Flandre et de Wallonie où la communauté marocaine a vécu une véritable fête du sport. 
A l'instar de leurs compatriotes dans les différentes villes du Royaume et à travers le monde, les Marocains de Montréal ont célébré, dans une ambiance euphorique et de liesse générale, la qualification historique de l’équipe nationale au Mondial 2018 en Russie.
Quelques heures avant le début de cette rencontre footballistique décisive, des centaines de ressortissants marocains, jeunes et moins jeunes, se sont donné  rendez-vous dans plusieurs cafés situés dans le quartier "Le Petit Maghreb", qui connaît une forte présence de la communauté marocaine et maghrébine, alors que d’autres se sont déplacés au Centre culturel marocain "Dar Al-Maghrib", pour suivre ce match qui s'est soldé par la victoire des poulains du Français Hervé Renard qui ont poinçonné leur ticket, synonyme d’une cinquième participation du Maroc à la Coupe du monde, prévue dans le pays des Tsars, l’été prochain.
Dans une ambiance familiale et chaleureuse où se mêlaient les sentiments de patriotisme et de fierté nationale, les membres de la communauté marocaine, drapés des couleurs nationales ou vêtus des maillots des Lions de l’Atlas, ont bravé le froid glacial qui commence à s’installer partout au Canada, pour venir assister à cette nouvelle performance des protégés du sélectionneur de l’équipe nationale.
Cette liesse incommensurable a atteint son paroxysme avec le coup de sifflet final, les Marocains ayant donné libre cours à leur allégresse, et exprimant leur grande fierté de cet exploit qui a permis à l’équipe nationale de retrouver sa place parmi le gotha du football mondial attendu l’été prochain en Russie, après une longue traversée du désert qui a duré 20 ans. 
Outre l’échange d’accolades spontanées, des vivats, des youyous stridents et des chants à la gloire des Lions de l’Atlas, qui fusaient de toutes parts, ont retenti aussi bien à l’intérieur de "Dar Al-Maghrib" que des cafés, avant que cette euphorie inégalée ne se déplace à l’extérieur de ces mêmes cafés situés sur la rue "Jean Talon".
Agitant les drapeaux nationaux, les membres de la communauté marocaine à Montréal, qui demeurent fortement attachés à leur mère patrie, ont fait éclater leur grande joie suite à cette performance, au milieu d’un concert de klaxons, tout en saluant la prestation inoubliable des coéquipiers de Mehdi Benatia, qui ont fait preuve de combativité, d’abnégation et d’engagement pour rendre heureux des dizaines de millions de Marocains à travers le monde.

Echauffourées à Bruxelles

Les échauffourées qui ont eu lieu à Bruxelles samedi soir après un rassemblement de supporteurs célébrant la qualification du Maroc pour la Coupe du monde 2018 de football ont fait 22 blessés parmi les policiers, a annoncé la police, citée par l'agence Belga.
La police antiémeute a recouru notamment au canon à eau pour contrôler une foule d'environ 300 personnes. Plusieurs voitures ont été incendiées et des magasins pillés, selon la police.
Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montraient les policiers bloquant à des supporteurs marocains l'accès à certaines rues, tandis que d'autres fêtaient la qualification sur les marches de la Bourse de Bruxelles, traditionnel lieu de célébrations sportives.
La police antiémeutes a été envoyée sur place dès le coup de sifflet final du match.
"Agression inacceptable dans le centre de Bruxelles. Le vivre-ensemble implique le respect aussi pour les policiers qui s'engagent pour notre sécurité nuit et jour", a déclaré le ministre de l'Intérieur Jan Jambon dimanche sur Twitter.
Un reporter de l'AFP sur place a pu constater que le calme était revenu à 20H30 GMT, deux heures après la fin du match, mais que les policiers étaient déployés en nombre.

Libé
Lundi 13 Novembre 2017

Lu 1314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés